Quand Disney se consacre à Dame Nature

Tandis que le groupe vient de lancer son label de production DisneyNature avec "Les Ailes Pourpres", le Rotary International organise des avant-premières du film pour la bonne cause…

Dans la plupart de ses films, Walt Disney met la nature et les animaux en avant, à qui il fait jouer une part importante dans l’histoire ( Le livre de la jungle, Nemo, Bambi, le Roi Lion …). Surfant sur la vague du documentaire "environnement" dans le cinéma actuel, le président des studios Walt Disney annonçait le 21 avril 2008 la création de DisneyNature, spécialisée dans la production de films à grand budget sur la nature.

Ce n’est pas nouveau pour Disney de s’interroger à l’écologie. En effet, "le Figaro" nous rappelle que dès 1948, Walt Disney épousait la cause écologique. Il avait même créé une série documentaire grandeur nature, "True-Life Adventure", sur le retour aux origines de la vie, et cela dura près de quinze ans.

Selon Bob Iger, Président Directeur Général de The Walt Disney Company : "Disney est un équilibre entre héritage et innovation. DisneyNature en est le parfait exemple (…) et c’est un concept que nous allons développer dans le monde entier, pour chacune des activités du groupe. Et nous espérons que ces films contribueront à une meilleure compréhension de la beauté et de la fragilité du monde dans lequel nous vivons".

Sous couvert de ce nouveau label de production, le groupe Disney va développer et produire un grand nombre de films entièrement consacrés aux merveilles de Dame Nature.

C’est le Français Jean-François Camilleri, jusqu’ici Directeur Général du groupe, qui prend la tête de ce nouveau label. Il explique : "Ce n’est pas Winnie l’Ourson présentant l’encyclopédie des animaux, mais de grands films sur les merveilles du monde".

Il ajoute : "la nature invente les plus belles histoires ; nous avons envie de les faire partager avec passion et enthousiasme. En travaillant avec les plus grands réalisateurs, nous offrirons au public du monde entier, la nature telle qu’elle n’a jamais été vue, et permettrons de faire découvrir l’incroyable beauté du monde qui nous entoure.

Grâce à ces films, Jean-François Camilleri espère également aider un large public à prendre conscience des défis qui sont les nôtres pour les générations futures.

A ce titre, DisneyNature révèle son programme, déjà en production, jusqu’en 2012 :

  • "Les Ailes Pourpres"

Présenté en avant-premières dans 250 villes de France à l’occasion de la quatrième édition de l’opération ESPOIR EN TETE. L’objectif : récolter un maximum de fonds, qui seront ensuite reversés à la recherche contre les maladies du cerveau. Plus de deux millions d’euros ont déjà été collecté au cours des trois années précédentes.

  • "Orangs-Outangs : Minuit moins une"

Annoncé pour 2010, le documentaire parlera de cette espèce vouée à disparaître au travers d’une mère et ses deux enfants et de leur voyage à travers la jungle pour lutter contre l’extinction.

  • "Les fleurs de l’amour"

Prévu pour 2011, nous fera partager l’intimité des rapports entre le monde végétal et le monde animal, essentiel pour l’équilibre de la planète.

  • "Félins"

Nous raconte l’histoire émouvante et captivante d’un groupe de lions, d’un léopard solitaire et d’un couple de guépards prêts à tout pour protéger leur famille. On les verra en 2012.

  • "Chimpanzé"

Va nous plonger dans le monde fascinant des chimpanzés, le plus proche cousin de l’homme, également pour 2012.

Enfin, notons que Un jour sur Terre, sorti en 2007, sortira sous le label DisneyNature en 2009 aux Etats Unis et Océan de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud datant de 2004 posera le pied outre-atlantique en 2010.

Grâce à cette nouvelle société de production, le studio américain espère fédérer des biologistes, des scientifiques et des réalisateurs sous un même label pour réaliser des films concrets et attractifs.

"C’est un label de films, mais ça peut-être beaucoup plus", Jean-François Camilleri se félicite que ce nouveau label DisneyNature soit basé à Paris. "La France et l’Angleterre sont le centre névralgique de ce genre de cinéma".

Lire également

 

Article rédigé par Elwina, décembre 2008