La demande énergétique : état des lieux (2)

Suite de la demande énergétique : état des lieux (1)

Accroître la production énergétique nécessaire d’ici 2050

Le nucléaire :

Si on voulait, pour atteindre l’objectif de production énergétique de 2050 de 20 TeraWatts, produire 10 TeraWatts d’énergie nucléaire de plus, il faudrait installer 10 000 réacteurs nucléaires soit installer 1 réacteur tous les 2 jours en commençant maintenant en 2009 !

L’éolien :

Le vent a un potentiel de 10 à 15 TW sur la planète. Si on voulait produire 3 TW d’énergie éolienne, il faudrait installer 1 million d’éoliennes les plus modernes et résoudre le problème du stockage de l’énergie éolienne (par nature irrégulière).

Le solaire :

En une année, le soleil diffuse l’équivalent de 11 milliards de tonnes équivalent pétrole, Mtep, à la planète ; soit 8 380 fois la consommation énergétique mondiale.

  • En une seconde, le soleil fournit quelque 400 millions de milliards de milliards de joules d’énergie. A comparer avec la production annuelle d’électricité par les Terriens qui est de 600 milliards de milliards de joules par an. Une centrale nucléaire moyenne produit 1 milliard de joules par seconde.

Solaire - énergie - consoGlobe

  • La France reçoit du soleil environ 250 Mtep soit 200 fois sa consommation annuelle en énergie : selon l’Institut national de l’énergie solaire, Ines, il faudrait couvrir la moitié sud de tous les toits français pour couvrir la consommation énergétique française.
  • Si on voulait, pour atteindre l’objectif de production énergétique de 2050 de 20 TeraWatts, produire 10 TeraWatts d’énergie solaire de plus, il faudrait couvrir 1 million de toits chaque jour jusqu’en 2050 de panneaux photovoltaïques.

Le pétrole :

  • La consommation globale mondiale de pétrole en 1998 était de 11 milliards de litres par jour.
  • L’AIE (Agence internationale de l’énergie) a abaissé sa prévision de demande mondiale en pétrole pour 2008 et 2009. L’Agence table désormais sur une demande de 86,8 millions de barils par jour en 2008 et de 87,6 millions pour 2009. La demande mondiale en pétrole progressera ainsi de 0,8 % en 2008 et de 1 % en 2009.
  • Pétrole, charbon et gaz naturel représentent 83.5 % de l’énergie consommée dans le monde en 2008.
  • Selon British Petroleum, l’offre pétrolière mondiale s’établit à 81,6 millions de barils par jour. Depuis 2002, la demande mondiale de pétrole augmente plus vite que l’offre, due principalement aux hausses brutales de la demande asiatique. (Chine et l’Inde).

Le charbon :

Le charbon est la ressource d’énergie la plus abondante, hormis bien sûr les énergies naturelles renouvelables. Il existe des réserves de charbon pour plus de 150 ans à l’échelle du monde, pour plus de 200 ans dans bien des pays. Qualité supplémentaire, le charbon n’est pas concentré dans quelques zones comme l’est le pétrole, mais est à peu bien réparti équitablement sur tout le globe.

charbon - énergie - consoGlobe

  • En trente ans, la production mondiale de houille a doublé et ce n’est pas fini contrairement au pétrole dont on estime qu’il reste entre 40 à 60 ans de réserves si la consommation reste au niveau actuel (25 ans si la consommation croît de 2 % par an). Le pic de consommation et production de pétrole (le « peak oil ») devrait survenir autour de 2015.

Le C02 issu des énergies fossiles représente 80 % des émissions humaines de C02, surtout pour la production d’électricité (33 %), l’industrie (25 %) et les transports (24 %). La consommation de charbon a plus que doublé en 30 ans et devrait continuer à augmenter de 1,8 % par an et passer de 2 772 millions de tep à 4 441 M tep en 2030 (+30 %). 75 % de la production mondiale de charbon sont transformés en électricité dans des centrale thermique pour 500 g. environ par kW/h d’électricité. Le charbon représente déjà la 2ème source d’énergie primaire (Pétrole : 34,3 % ; Charbon : 25,1 %)

Le futur règne du charbon : une très mauvaise nouvelle pour l’atmosphère.

Le charbon est disponible et incontournable mais sa combustion du charbon émet 35 % de gaz carbonique en plus que le pétrole, 72 % de plus que le gaz naturel.. Les carburants liquides à base de charbon qui pourraient remplacer l’essence à l’avenir ont un rendement très faible. Basculer du tout pétrole au charbon serait une catastrophe climatique alors que la concentration de C02 dans l’atmosphère a augmenté d’environ 36 % depuis deux siècles du fait des activités humaines.

Lire la suite

Lire également