La chaleur prend ses aises, l’ozone aussi

C’est toujours la même chanson ! Records de chaleur, vent absent… Tous les ingrédients sont réunis pour créer d’importants pics de pollution. La pollution à l’ozone revient en force sur une bonne partie de l’Europe.

Quels sont les conséquences de ce gaz sur la santé ? Toute la France est-elle touchée? Comment y remédier?

Les habitants des Bouches-du-Rhône (pour la douzième fois depuis le 20 juin), du Vaucluse, du Gard et des Alpes-de-Haute-Provence devront faire preuve de civilité en réduisant de 30 km/h les vitesses normalement autorisées, dans la limite de 70 km/h.

Concernant les industriels, ils devront à nouveau réduire leurs rejets polluants. Ces mesures d’urgence sont essentielles car le seuil de pollution par l’ozone de niveau 1 (240 microgrammes par m3 d’air) devrait être dépassé.

  • La pollution par l’ozone se manifeste au-dessus des agglomérations françaises. Elle augmente avec l’intensité du soleil et la faiblesse des vents

Cette pollution par l’ozone peut avoir de graves répercussions sur des personnes atteintes de troubles respiratoires. Ces dernières, tout comme les personnes âgées, doivent éviter les efforts physiques intenses.  

                                                                                                pollution par l'ozone

Qu’est-ce que l’ozone exactement?

C’est un polluant photochimique, causé par plusieurs réactions chimiques entre plusieurs polluants dits précurseurs tels que l’oxyde d’azote. le dioxyde d’azote laisse échapper une molécule d’oxygène sous l’effet des ultraviolets, qui se mêle à l’oxygène de l’atmosphère pour former de l’ozone.

  • La pollution automobile, l’absence de vent et la chaleur des couches d’air élevées accentuent le phénomène.
  • Contrairement à d’autres polluants comme le benzène, l’ozone peut circuler et n’est pas forcément originaire de la région où il est mesuré.

Quel est l’impact de l’ozone sur la santé?

L’ozone est considéré comme un gaz agressif pour les muqueuses oculaires et respiratoires. Pénétrant sans difficulté jusqu’aux voies respiratoires les plus fines, il entraîne des irritations du nez, des yeux et de la gorge, des altérations de la fonction pulmonaire, des essoufflements, des toux et une dégradation des défenses de l’organisme aux infections microbiennes .

Ses effets sur la santé dépendent évidemment du niveau et de la fréquence des expositions mais, chez les personnes sensibles comme les enfants, asthmatiques ou encore les allergiques, les symptômes sont présents.

                                                                                                                    pollution

Toutefois, les effets d’une exposition fréquente sur le long terme restent encore peu connus.

Il est bon de privilégier la marche à pied car elle représente généralement le mode de déplacement qui expose le moins à la pollution atmosphérique, suivie du vélo et des transports en commun.

Par ailleurs,toutes les grandes agglomérations et leurs régions sont victimes tour à tour des alertes à la pollution à l’ozone :

  • L’île-de-France,
  • La Lorraine,
  • La Provence,
  • La région lyonnaise,
  • Clermont-Ferrand,
  • Strasbourg…

Comment contrer cette pollution?

Pour être efficace, la lutte doit s’attaquer à la pollution de fond. Limitation des émissions de l’industrie, des véhicules,  une politique de transports qui privilégierait le fret ferroviaire et le transport fluvial, autant de mesures aussi délicates les unes que les autres à mettre en oeuvre.

 Le Ministère de l’environnement recommande de limiter dans la mesure du possible les déplacements automobiles. Si cela n’est pas envisageable, il est essentiel d’adopter une conduite calme. Par ailleurs, voici quelques pratiques à effectuer en cas de pic de pollution :

  • Eviter d’accentuer les effets de la pollution par des facteurs irritants (tabac, peinture, solvants, colles…) ;
  • Eviter les efforts physiques intensifs en plein air ;
  • S’abstenir de sortir pendant les heures les plus chaudes de la journée.

Il est vrai que les habitudes sont parfois difficiles à changer :

  • une fois sur deux, les Européens ont recours à leur voiture pour faire moins de 3 kilomètres,
  • une fois sur huit, pour faire moins de 500 mètres

Mais ne soyons pas pessimistes, puisque les mesures prises depuis 10 ans ont permis de diminuer les concentrations de dioxyde d’azote de 20 % dans les agglomérations en six ans.

Lire aussi Un point sur la pollution de l’air… et du reste

Toujours plus d’ozone

Consulter l’encyclo-Ecolo

***

Article rédigé par Elwina, juillet 2008