Quant e-Sportlimousine, la voiture qui fonctionne à l’eau de mer

Rédigé par Eva Souto, le 7 Dec 2014, à 10 h 01 min

Présentée en mars dernier à Genève, lors du salon de l’automobile, Quant e-Sportlimousine risque bien d’étonner. Et pour cause, il s’agit d’une vraie révolution dans le secteur de l’auto : une voiture qui fonctionne… à l’eau salée ! Zoom sur une voiture futuriste.

Quant e-Sportlimousine : une super berline innovante

Il s’agit d’un ovni dans le paysage automobile, j’ai nommé la super berline Quant e-Sportlimousine.Alors que le secteur du transport présente à lui seul ¼ des émissions mondiale de CO2, les voitures électriques apparaissent de plus en plus comme une solution d’avenir.

Quant e-Sportlimousine

Cependant, elles sont encore loin de proposer des performances similaires aux véhicules « classiques ».

fleche-Quant e-Sportlimousine, la voiture qui fonctionne à l'eau de merMais la donne pourrait bientôt changer grâce au prototype de supercar électrique révolutionnaire qu’est la Quant e-Sportlimousine.

Quant e-Sportlimousine, la superberline qui roule… à l’eau de mer !

Quant e-Sportlimousine est fabriquée par NanoFlowcell, une société du Liechtenstein. Cette dernière utilise une technologie méconnue, encore au stade expérimental : un système de propulsion, baptisé Nanoflowcell qui fonctionne… à l’eau salée !

Mais, comment cela se passe-t-il en pratique ? La berline est équipée de 2 réservoirs d’électrolyte liquide qui passent à travers une membrane spécialement conçue.

Ceci génère un courant et alimente les puissants moteurs électriques de la voiture (au nombre de 4), pour une puissance totale de 920 chevaux. Lorsqu’ils se rencontrent au niveau de la membrane, ils produisent une réaction chimique qui induit un courant électrique.

Quant e-Sportlimousine 1

picto-etoile-paragraphe Quant e-Sportlimousine, la voiture qui fonctionne à l'eau de merPour faire le plein, il suffit donc de verser de l’eau chargée d’électrolytes, essentiellement de l’eau salée.

Les avantages de ce procédé révolutionnaire résident notamment dans l’absence de vulnérabilité au froid et dans la possibilité de recharger la batterie soit lentement par courant électrique, soit plus rapidement en changeant les solutions électrolytiques.

Quant e-Sportlimousine : une berline futuriste qui ne manque pas d’originalité !

L’originalité du système proposé par NanoFlowcell, c’est que les 2 liquides qui alimentent la berline ne se mélangent jamais et que les cellules d’écoulement conservent chaque électrolyte à l’extérieur de la batterie, au sein de réservoirs de stockage.

C’est donc comme si on avait une batterie traditionnelle mais que toutes les réactions chimiques avaient lieu à l’extérieur de cette dernière.

Quant e-Sportlimousine 2

Dès lors, on peut renouveler les 2 électrolytes à loisirs, comme on le fait avec du carburant pétrolier.

fleche-Quant e-Sportlimousine, la voiture qui fonctionne à l'eau de merEt le résultat est probant : plus question d’attendre des heures que la voiture se charge à l’aide d’une borne, comme c’est le cas actuellement pour les véhicules électriques. On fait le plein d’électrolyte et on repart !

Mais des questions restent encore en suspens : comment faire un plein d’électrolyte et combien cela coûtera-t-il ? Une chose est sûre, et c’est positif, il ne risque pas d’y avoir pénurie d’eau de mer !

Quant e-Sportlimousine : une superberline qui détonne par son style !

Sa carrosserie couleur « Chrystal Lake Blue » qui se distingue par ses portes battantes « papillon » ne laisse pas indifférents ceux qui ont croisé son chemin. Ni son gabarit qui s’approche de celui du BMW Série 7 versions longues.

Quant e-Sportlimousine 3

Enfin, sa configuration qui offre beaucoup d’espace à ses occupants finit de dresser le portrait d’une berline qui a tous les atouts de charme pour séduire. Mais les plus convaincants restent sûrement ses performances.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. il faut 400 litres d’eau salé pour un véhicule de 920 chevaux présenté par QUANT? donc c’est normal qu’elle pèse 2,3 tonnes, bien entendu, si il se mettait a fabriquer un model de 100 chevaux, déjà, ca serai moins lourd et aussi moins de consommation d’electrolyte, ainsi 9 fois moins gourmand en énergie, donc un plein ferai 50 litres comme nos véhicule au pétrol .IL FAUT REAGIR (QUANT) ET VITE!
    FINIT LE PETROL!!!!!
    FINIT LE PETROL!!!!!
    FINIT LE PETROL!!!!!

  2. trop beau pour être vrai , faut une très grosse remorque d’eau salée !

  3. Trop beau pour être vrai , faut une remorque d’eau salée de combien de tonnes ?

  4. Bonsoir .C’est pénible de toujours lire ces commentaires sur le moteur à eau .Si vous êtes convaincu,mettez de l’eau dans votre réservoir .Le seul moteur à eau qui fonctionne,c’est le moteur à vapeur des vielles locomotives descendant du fardier de Cugnot et qui fonctionnait en fait au bois,puis au charbon .La décomposition de l’eau par electrolyse consomme 3 KW pour récupérer péniblement 0.5 Kw en energie utile aux roues .Théoreme de Carnot) .Même l’aquasole(nom déposé) a été abandonné(ajout d’eau a différents carburants en différentes proportion °L’énergie d’avenir,c’est de rester chez soi si on a rien d’important a faire ailleurs;Cordialement ,Gilles .

  5. Je pense que le commentaire de “Mémé”, est bien vu ! De toute façon, pour avoir de meilleures précisions sur le “nanoflowcell”, il suffit de le taper dans Google, et de lire ! Il y a d’abord l’ambigüité, venant du fait que le mot “battery”, veut dire “pile”, en anglais, et non, “batterie” ! Donc, en fait, le générateur de cette superbe voiture, n’est pas une batterie, mais une pile, qui, qd elle est “usée”, doit être changée, c-à-d, qu’il faut changer les électrolytes ! Les 2 sont ioniques. L’un, peut-être, seulement est de l’eau salée, mais l’autre contient des ions vanadium, ou tantale, ou … uranium ! Comme ds une centrale nucléaire ! Et, en plus, ça fait 400 l, à chaque fois !
    Déjà, qd on voit que l’aussi superbe Tesla (voir article ds Auto-Moto de ce mois), pèse plus de 2 tonnes !
    Et que la tension aux bornes du bloc de batteries de la Zoé est de 400 V, et que l’intensité du courant vers le moteur, est de 300 A, je suis inquiet pour ceux qui vont s’amuser à mettre les doigts sous le capot (tout ceci, je l’ai trouvé sur internet ! Il suffit de chercher un peu !)!

  6. Mémé très très curieuse, je me rappelle de la petite fille que j’ai été et qui avait reçu sa première boîte de petit chimiste.

    Entre autres produits se trouvant dans la boîte de cette époque (lointaine), du sulfate de cuivre, du permanganate de potassium, une pile, du papier filtre, et en rajoutant de l’eau et quelques explications d’un jeune papa qui voulait s’amuser aussi, voilà des éléments magiques pour faire rêver la petite fille et “allumer” la personne que je suis devenue sur les sujets concernant l’électrolyse en général et le transfert des ions en particulier.

    A’ la question : Trouvez-vous qu’il soit ingénieux d’utiliser l’eau de mer pour de telles propositions ?
    Bien sûr ! qui ne s’est pas émerveillé de faire l’expérience de l’électrolyse en classe de 5ème.

    Toutefois, le raccourci est un peu rapide entre la Quant e-Sportlimousine et la simple utilisation de l’eau de mer.

    D’une part, les deux réservoirs de ce “rêve sur roues” ne contiennent pas de l’eau de mer mais des eaux chargées en sels métalliques.
    Un réservoir d’eau chargée positivement et l’autre d’eau chargée négativement. (d’où le rappel de l’expérience élémentaire avec le sulfate de cuivre et le permanganate de potassium dans mes premières lignes).

    D’autre part, à mon point de vue, outre la décomposition d’eau chargée d’électrolytes, le plus important de cette création dispendieuse mais, néanmoins porteuse d’espoirs est le système révolutionnaire de la membrane qui se trouve “entre” les deux réservoirs (nanoflowcell) et dont le “carrossier” Quant n’a, bien sûr, pas la paternité.

    Donc à mon sens, je ne serais pas capable d’émettre des avis sur la fabrication et l’approvisionnement des liquides chargés de sels métalliques ainsi que la fabrication et l’utilisation des membranes nanoflowcell qui doivent (je suppose) se “manger” à vitesse grand V.

    Bien évidemment, je laisserai le soin aux ingénieurs de l’environnement de calculer le rapport bénéfices/risques à l’utilisation de tant d’eau et de la susceptible pollution électrolytique de l’air due à l’utilisation des sels métalliques. Ce n’est qu’une crainte de ma part que je ne saurais étayer d’un savoir personnel.

    La Quant e-Sportlimousine ne peut, à mon avis, être considérée comme le véhicule de demain……. mais peut-être d’après demain. Et je ne parle pas que de véhicules mais de bien d’autres applications de cette nouvelle génération d’électricité.

    Puisque nous parlons de l’utilisation de l’eau de mer, il y a une expérience qui “m’allume” encore plus.
    J’ai lu qu’un certain John Kanzius, créateur d’un générateur de radiofréquences pour le traitement du cancer qui en essayant de dessaler de l’eau de mer avec son générateur s’est aperçu que les radiofréquences affaiblissaient le lien entre les composantes de l’eau de mer, le chlorure de sodium, l’hydrogène et l’oxygène, et libérait l’hydrogène, qui s’enflammait et brûlait tant qu’elle était exposée au champ d’énergie des radiofréquences.
    Qui en a entendu parler ?
    ….Quand je vous disais que j’étais une mémé très très très curieuse
    Merci à tous ceux qui ont des avis, des expériences, de la curiosité à partager sur consoGlobe.

    Faisons comme des ions (traduction du grec : en allant) et allons, allons, allons plus loin ….. mais avec de moindre pollutions

  7. On ne nous dit pas tout ! . . .
    Malheureusement l’eau de mer ne doit pas suffire… si c’était vrai, il faudrait très vite construire toutes nos centrales électriques en bord de mer.

  8. Moi, je me demande pourquoi ces concept car sont toujours des véhicules très très haut de gamme. C’est une insulte à 99.99% des utilisateurs.
    Que cette très belle technique soit mise a la disposition de tous et non pas des seuls milliardaires.
    Honte à la société Quant!

    • Réfléchissez, il s’agit là d’un prototype unique et de haute technologie. Si tant est que cette solution soit validée par les 4 prototypes prévus, soit économiquement et techniquement viable…., avant d’en faire un produit de masse, il devra se passer de longues années ! Et avant cela, cette société doit bien projeter de “rentabiliser” ses premières recherches en se positionnant sur le seul “marché” capable de payer ces sommes: quelques milliardaires collectionneurs qui accepteraient d’essuyer les plâtres pour rouler dans une voiture unique au monde !

  9. merveille de technique depechez vous de democratiser et faire palire segolene et son jet.

  10. merveille de tech,nologie

  11. Un plein de quatre cent litres d’eau de mer fait au moins 410 kg. Ce n’est pas rien comparé à 80 litres d’essence.D’autant que qu’il n’y a pas que de l’eau de mer dans cet électrolyte.

    • CHL dit qu’il faut essuyer les plâtre mais mon garçon les voitures à eau c’est pas d’hier alors si il y avait des plâtre a essuyer cela aurait du être fait il y a 30 ans. Non le problème c’est qu’il y a encore du fric à se faire avec le pétrole. et les plans de la voiture à eau : brevet acheté par Elf en son temps.
      la marche à pied les transport en commun le covoiturage et surtout sortez des villes la vie c’est pas la ville la ville c’est la société de con saut massion.

  12. Est il envisagé une application maritime si oui j’ai les plan de base d’une coque qui pourrait correspondre.

Moi aussi je donne mon avis