Un néonicotinoïde coupable de la perte de poids d’oiseaux migrateurs !

Les oiseaux ne cessent plus d’être sous pression et la liste de ce qui les met en difficulté n’a de cesse de s’allonger. On sait désormais que les oiseaux migrateurs sont également impactés par un néonicotinoïde très répandu, l’imidaclopride.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 23 Sep 2019, à 7 h 55 min

Les néonicotinoïdes sont devenus une réelle préoccupation pour la biodiversité dans son ensemble et non plus seulement pour les insectes pollinisateurs. Il est désormais démontré qu’ils ont également une incidence sur les populations d’oiseaux migrateurs.

Pourquoi les oiseaux migrateurs maigrissent-ils ?

Les néonicotinoïdes sont utilisés en agriculture conventionnelle et ont une réelle incidence sur bien des insectes mais aussi sur les oiseaux. De plus en plus d’études sur le sujet prouvent le large spectre d’action négatif sur l’avifaune allant des moineaux en passant par bien des espèces que l’on retrouve en milieu agricole… mais pas que !

Pour mémoire c’est quasiment un tiers de nos oiseaux des champs qui ont disparu les 15 dernières années.

Les terres agricoles sont si vastes qu’on ne peut guère passer à côté quand on est un migrateur © Loekiepix

Mais il n’y a pas que les oiseaux qui vivent sur les terres agricoles qui sont touchés par ce principe actif de bien des pesticides.

Oiseaux migrateurs et néonicotinoïdes

Tous les oiseaux migrateurs ne sont pas de ceux qui vont dans des réserves naturelles plus ou moins grandes et prévues justement pour eux, oiseaux de passage.

Le phénomène de migration, s’il a ses « voie » habituelles, est en réalité réparti un peu partout que ce soit dans le sens des départs ou des arrivées.

Cela revient donc à dire que, lors de leurs haltes, de très nombreuses espèces d’oiseaux, vont consommer des graines de plein champ afin de se requinquer.

Effet du néonicotinoïde incriminé

Les effets de l’imidaclopride sur les oiseaux migrateurs sont tout simplement incroyablement lourds. Ainsi le Bruant à couronne blanche (Zonotrichia leucophrys) qui est représentatif des oiseaux migrateurs Canadiens et qui a été étudié, a perdu 3 % de sa masse corporelle en seulement six heures après en avoir consommé, et a réduit la quantité de son régime alimentaire de près de 70 %(1).

Le Bruant à Couronne est un petit passereaux que la perte de poids impacte énormément © Tim Zurowski

On imagine aisément les conséquences d’une telle perte de poids et d’appétence pour un oiseau qui est en train de déployer une énergie incroyable pour réaliser sa migration et survivre

Illustration bannière : Le Bruant à couronne blanche, oiseau migrateur révélateur de ce déclin © Steve Byland
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis