Léosphère traque les particules fines au laser

Rédigé par Eva Souto, le 12 Jul 2014, à 11 h 23 min

Les phénomènes tels que la pollution qui émane des zones urbaines, des sites industriels ou encore des aérosols rend l’observation à distance et en temps réel des basses couches de l’atmosphère indispensable. Un projet d’avenir auquel s’emploie l’entreprise Léosphère grâce à sa technologie Lidar. Enquête.

Léosphère, une entreprise au fort potentiel

Investissements d'avenirCréée par deux frères Laurent et Alexandre Sauvage, Léosphère est une société spécialisée dans l’utilisation de la technologie Lidar (lasers radars, Light Detection and Ranging).

Mais en quoi consiste ce Lidar ?

C’est simple, elle permet de disposer en temps réel et de façon précise, à distance et en 3D, de mesures des composantes et processus atmosphériques jusqu’à 20 km d’altitude. Ainsi, elle donne par exemple accès à des mesures de vent par effet Doppler*.

Le Lidar : comment ça fonctionne ?

Le radar-laser « Lidar » a été développé à partir du savoir-faire du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) et de l’Onera.

Lidar LéosphèreIl utilise le principe de la rétrodiffusion de la lumière d’un laser par les particules en suspension dans l’air.

Cela lui permet de collecter une information très précise sur la présence de particules en suspension dans l’air et sur la mesure des vents allant jusqu’à 15 kilomètres dans l’atmosphère.

Et en pratique ? Le lidar émet, récupère et analyse un signal laser lumineux. Les photons renvoyés par les particules de nuages ou de polluants sont reçus par un module optique de réception, convertis en signal numérique puis analysés par ordinateur.

Les Jeux olympiques de 2008 : un test grandeur nature pour le Lidar

 Léosphère traque les particules finesAprès une première application commerciale en Angleterre, Léosphère accompagné par Aria Technologies, spécialiste de la modélisation, réalise en 2007, l’étude de la qualité de l’air à Pékin en préparation des JO de 2008.

L’opération « Ciel bleu pour Beijing 2008 » est un succès et contribue au développement de Léosphère à l’international.

Le Lidar : les utilisations

Le Lidar peut être utile dans des domaines tels que la climatologie, la mesure de la qualité de l’air ou encore l’étude des turbulences (près des aéroports, par exemple).

Eruption volcan EyjafjölAu printemps 2010, c’est grâce à la technologie Lidar que l’éruption du volcan Eyjafjöl a pu être étudiée.

En effet, l’utilisation de Lidar a permis d’établir une cartographie très fine de ce type de phénomène et de son évolution, donc de contribuer à identifier les zones de l’espace aérien que les avions pouvaient emprunter en toute sécurité.

Et grâce à ce type d’appareils, un blocage complet du trafic aérien pourra peut-être être évité à l’avenir.

 Léosphère traque les particules finesAutre exemple : placé au sommet des éoliennes, le Lidar est capable de caractériser avec précision les vents en amont des aérogénérateurs. Cela permet donc d’optimiser le rendement des parcs éoliens.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis