Légiférer pour encadrer l’exportation de squelettes de lions

En Afrique du Sud, la vente de squelettes de lions est courante. Le commerce vers l’Asie explose, il est donc nécessaire de mieux légiférer.

Rédigé par Maylis Choné, le 9 Mar 2017, à 11 h 00 min

L’Afrique du Sud vend des carcasses de lions d’élevage depuis près de 10 ans. Le commerce vers l’Asie est en hausse et doit être encadré par la loi pour protéger les lions sauvages.

Les squelettes de lions vendus en Asie

La vente de squelettes de lion vers les pays asiatiques est une pratique courante et en plein développement. C’est pour cela que l’Afrique du Sud souhaite encadrer cette pratique, afin de mieux protéger les populations de lions sauvages. La vente de carcasses ne concerne en effet que les lions élevés en captivité.

Car si les demandes augmentent, l’Afrique du Sud et les pays voisins peuvent craindre, à juste titre, que les braconniers tentent de participer à ce marché, en abattant illégalement des lions sauvages. Ainsi pour encadrer cette pratique, il est nécessaire de pouvoir tracer la provenance des lions, et d’être certain qu’ils ont grandi en captivité dans des fermes d’élevage.

corps-lion-squelette

Encadrer une pratique existante

La vente d’os de lions est née il y a dix ans, pour satisfaire notamment les besoins de la médecine asiatique. C’est en 2007 que l’Afrique du Sud a autorisé la vente d’ossements, lorsque l’Asie a exprimé ses premiers besoins. Il est désormais question de fournir 800 carcasses par an pour répondre aux demandes. Un chiffre qui fait bondir les associations de protection des animaux.

Que se passera-t-il si les demandes explosent, si les quotas doivent être revus à la hausse pour alimenter le marché ou que les élevages de lions en captivité deviennent interdits dans les années qui viennent ? Ces éventualités représentent un risque pour les 20.000 lions sauvages d’Afrique du Sud. 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Les asiatiques et leur “médecine” traditionnelle est la source de trafics et disparition d’espèces animales, rien que le terme “fermes d’élevages” pour ces animaux majestueux que sont les lions et les transformer en poudre d’os me fait bondir.

Moi aussi je donne mon avis