Le renouveau de la filière éolienne en France

En 2017, presque 22 % de la consommation électrique dans l’Hexagone provient des énergies renouvelables révèle le dernier baromètre des énergies renouvelables électrique. Et la filière éolienne en France est en plein essor. Décryptage.

Rédigé par François Lefevre, le 11 Jan 2018, à 7 h 25 min

L’énergie éolienne à l’heure du repowering

Les avantages sont nombreux et pourraient permettre au ministère d’atteindre l’objectif fixé pour 2023. En effet, ces parcs installés au début des années 2000, sont souvent ceux qui bénéficient de conditions météorologiques idoines. Profiter des données et des infrastructures déjà existantes pour mettre en place des installations plus performantes permettrait d’éviter le circuit complexe de mise en route d’un projet, et de son acceptation, et ainsi faire gagner à la filière de nombreuses années.

filière éolienne en France, énergie éolienne, France

© Ppictures

La principale difficulté pour ce marché nouveau est le flou juridique qui entoure cette pratique. En France, les parcs éoliens sont soumis à l’obtention du permis de construire et à la réglementation des installations classées (ICPE) qui autorise l’exploitation. Dans le cas de travaux sur les infrastructures, ces deux autorisations pourraient devoir être modifiées, voire faire l’objet d’une nouvelle demande.

Lire aussi : Les énergies renouvelables : l’éolien en France et dans le monde

Les industriels du secteur ont déjà expérimenté plusieurs projets. En Bretagne, Quallista Energy et Quadran, deux exploitants, ont, à 80 kilomètres de distance, renouvelé leur parc, chacun d’une manière différente.

Le parc de Goulien (Finistère), exploité par Quadran, a ainsi obtenu une autorisation de renouvellement « à l’identique ». C’est-à-dire que le remplacement des anciennes éoliennes de 750 kW a été limité à 800 kW. « Quand le terreau local est fertile, c’est un peu dommage de se limiter à cela, alors qu’avec un peu plus haut on pourrait multiplier la production par deux », regrette Laurent Albuisson directeur régional de l’exploitant. « Comme la réglementation s’est durcie depuis la construction initiale du parc, notamment avec la loi littoral, nous n’aurions pas obtenu d’autorisation pour un parc différent », précisait-il fin décembre 2017 dans les colonnes des Échos.

filière éolienne en France, énergie éolienne, France

© pedrosala

A Plouyé toujours dans le Finistère, Kallista Energy a eu moins de difficultés concernant les autorisations puisque les éoliennes installées avant Noël, beaucoup plus hautes que les précédentes, vont multiplier par quatre la production d’électricité. Cependant, cette fois, le projet a nécessité le même parcours administratif qu’un projet totalement neuf. La seule différence réside dans l’acceptation par les acteurs locaux, qui, étant habitué à l’ancien parc, n’ont pas opposé de résistance particulière au nouveau projet.

Découvrez les chiffres de la production d’électricité éolienne en France sur le Planetoscope

D’autres projets devraient voir le jour. EDF Énergies Nouvelles se prépare par exemple à renouveler deux parcs éoliens, l’un en Corse et l’autre en Guadeloupe. Même si ces deux territoires insulaires sont soumis à une Programmation pluriannuelle de l’énergie distincte, les atouts de l’éolien en matière d’autonomie énergétique ne sont plus à prouver.

Concernant la réglementation sur le repowering, l’entourage du secrétaire d’État Sébastien Cornu déclarait aux Échos le 28 décembre dernier que « le ministère a la ferme intention de libérer les dossiers de renouvellement de certaines contraintes administratives ». Le groupe de travail « éolien » rendra ses conclusions sur le sujet le 18 janvier prochain.

Lire page suivante : Nicolat Hulot trace les grands axes du développement des énergies renouvelables en France

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Chef de projet énergies renouvelables et ingénieur en génie énergétique, François Lefevre supervise depuis plus de 10 ans de nombreux projets, touchant...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Solution vraiment débile et inutile, très polluante des régions où celles-ci seront placées car inesthétiques , tributaires du vent, alors qu’il y a d’autres solutions qui produisent de l’énergie électrique et qui ne sont tributaires ni du vent, ni du soleil ne dégageant aucune matière ou gaz polluants…….

Moi aussi je donne mon avis