Ecorésistants, ces consommateurs qui refusent de consommer durable

Tout le monde semble faire plus attention à consommer « durable », « responsable », à avoir un comportement plus respectueux de la planète. Tout le monde deviendrait ce « nouveau consommateur », plus soucieux de valeurs, qui choisit et maîtrise sa consommation. Tout le monde ? Et bien pas vraiment

Rédigé par Jean-Marie, le 2 Feb 2012, à 18 h 04 min

L’écolo satisfait, écorésistant malgré lui ?

Ce type de consommateur qui résiste au changement est le plus paradoxal : il s’agit d’un consommateur écolo qui finit par ne plus adopter de comportements vertueux. Pourquoi ? A cause d’un effet dont on a déjà parlé lors du débat sur le réchauffement climatique.

L’effet de rebond post conso-durable

reducteur d'eauL’effet de rebond se manifeste lorsqu’un consommateur qui a fait un effort, trouve dans cet effort, un alibi pour ne plus le faire. On n’éteint pas les ampoules basse conso parce qu’elle consomme moins, on laisse couler l’eau car on a installé un réducteur sur le robinet, on fait plus de kilomètres car on roule en voiture hybride, etc. Illustration :

« Toute l’année, je fais attention, j’achète bio et tout. Et je me suis acheté une Prius. Alors en matière de consommation verte, je fais largement ma part et je n’ai pas du tout honte de prendre l’avion pour mes vacances d’été. »

L’effet rebond mesuré

Steve Sorrell, de l’Université du Sussex, a étudié l’impacct de 3 écogestes d’économie d’énergie :  remplacer les courts trajets en voiture par du vélo ou de la marche vélo / baisser son chauffage de 1°C / gaspiller un tiers de moins de nourriture. Selon cet expert, si vous menez ces 3 actions mais consacrez l’argent économisé à vos dépenses habituelles, l’effet de rebond sera de 34 %, ce qui annule d’un tiers vos gains d’émissions de gaz à effet de serre. (6)

Décryptons.
Ce consommateur qui ne suit pas le changement ecocitoyen, comme nous tous, n’est ni tout blanc ni tout noir : il metun peu – de vert dans ses actes. Mais objectivement, l’effet rebond le pousse, consciemment ou pas, à revenir à une consommation non vertueuse, en contre-point de ses ecogestes. Du point de vue des économistes, ce phénomène est possible car les « externalités » ne sont pas assez chères : autrement dit, le prix des biens et services « non durables et polluants » n’est pas assez élevé et  ne tient pas assez compte de leur impact négatif.

L’éco-sceptique éco-résistant, combien de divisions ?

Depuis 2008, on voit donc une proportion minoritaire mais nette des consommateurs faire preuve, au mieux d’éco-lassitude et au pire d’éco-rejet, avec en toile de fond, un regain de l’éco-scepticisime qui se nourrit des théories climato-sceptiques. A la question « Les éco-résistants,combien de division ? », bien difficile de répondre. En croisant les études et notre observation du marché depuis 6 ans, on l’estime de un quart à un tiers des consommateurs.

*

Sans doute, avez vous reconnu quelques traits de vos proches parmi ces portraits de consommateurs car ils représentent en réalité 90 % des consommateurs. Cette revue gagnerait à être enrichie de vos témoignages. Partagez-les avec nous !

Je veux témoigner

(6) Pour en savoir plus sur l’effet rebond : ecologie.blog.lemonde.fr/2011/02/24/lefficacite-energetique-peut-nuire-a-la-lutte-pour-le-climat/

Sur la consommation engagée :

Si vous voulez approfondir le sujet de la consommation engagée, je vous conseille le numéro spécial de la Documentation française de « Problèmes politiques et sociaux » : Les enjeux de la consommation engagée, mars 2011. et notamment les articles :
Motivations des consommateurs engagés, de ?Nil Özçaglar-Toulouse
Une pratique inégalement partagée dans la société, P.Croutte, F. Delpal, G. Hatchuel

– Encyclo-ecolo : la nouvelle consommation (une synthèse globale des nouveaux comportements de consommations).

 


Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. En y réfléchissant la génération des 30 Glorieuses est née au mieux après, au pire pendant la guerre. Trop jeune pour connaître vraiment ou se rappeler les périodes de disette. C’est la génération précédente, c’est-à-dire leurs parents, qui savent économiser les ressources. Mes parents en font partie, même si je ne suis né qu’en 71. Et ils m’ont transmis ce souci de ne pas gaspiller et je les en remercie.
    Pour ce qui est de financer l’achat d’un équipement coûteux, la solution serait de faire comme les Asiatiques. Ils se prêtent entre eux, dans leur communauté, sans intérêt, et ils n’achètent que quand ils ont réussi à rassembler la totalité de la somme nécessaire. Ca évite de s’endetter chez les banquiers. La vérité, c’est que depuis 40 ans, l’Etat nous a conditionné au consumérisme, nous a rendus addicts car tel est son intérêt. Et nul personnage politique ne pourra nous en sortir. Seule une révolution, un « printemps français » le pourra.

    • «Je suis éco-résistante, et aussi une vrai écologiste. Je préfère les centrales nucléaires aux centrales au charbon ou au gaz, je refuse d’adopter les toilettes sèches, mais je suis une vraie écologiste. Je me chauffe très peu et fais attention à toute consommation d’énergie (maison et voiture), achète de préférence des produits locaux, ne suis pas hyper consommatrice(mode, produits de beauté, livres…) mais achète de qualité et qui dure.

      Je jardine beaucoup sans utiliser d’engrais et sans insecticide . Autrement dit j’essaie d’avoir une consommation raisonnée et de faire attention à l’environnement, mais sans jeter le bébé avec l’eau du bain (bébé ne prend pas de douche!)»

  2. « La génération des trente glorieuses est imperméable au changement! Elle s’est goinfrée et mal comportée et en plus elle refuse de changer maintenant ! » Je suis toujours agacée par cette forme d’agression envers ma génération car on a l’impression que l’écologie vient d’être inventée !!!!! de mon temps …. ( oui je suis une mémé ! ) il n’y avait pas de télévision à la maison ( et surtout pas une dans chaque pièce … )et pas de lecteurs DVD ou CD ni de jeux électroniques. La cuisinière réchauffait les pièces du rez de chaussée …. mais nos chambres étaient à l’étage, nous partions y dormir avec une « brique » enveloppée dans un torchon parce que chauffée dans le four … l’eau était chaude était dans la bouilloire sur la cuisinière ….pas de douche 2 fois par jour ! on connaissait l’usage du gant de toilette et de la cuvette en émail posée sur le coin de la cuisinière ! quelle économie d’électricité !! et nous n’avions que des légumes bio et de saison …. papa cultivait le jardin ….. et nous ne connaissions pas les sacs en plastique mais les cabas, le lait se vendait au détail dans nos pots à lait et les cahiers d’école duraient ….sur 2 années s’il restait des pages de même pour les crayons et ne parlons pas du cartable qui faisait presque toute la scolarité et les vêtements qui « passaient » d’un enfant à l’autre etc ….( je précise que je ne suis pas « très vielle » je viens de prendre ma retraire ! )Ayant appris l’économie, en arrivant ensuite sur le marché du travail ma génération ne s’est pas endettée pour avoir tout et tout de suite !!!! je pense que cette débauche de surconsommation est relativement récente et que c’est la génération actuelle ( et sans doute aussi la précedente ) qui a voulu donner à ses enfants tout ce que les nouvelles technologies permettaient et c’est « la courses aux dernières fabrications  » toujours plus de nouveautés ! ! mais pas les personnes qui ont la soixantaine même si, maintenant à la retraite, elles se permettent plus de dépenses
    une mamie irritée

  3. Je vois plein de gens autour de moi qui tirent le diable par la queue, et qui ont des réactions limite hostiles envers le bio, parce qu’ils prétendent que c’est scandaleusement cher. A ceux-ci je voudrais répondre 2 choses :
    1) Le bio n’est pas toujours plus cher que le conventionnel, moi par exemple je vais souvent à la biocoop et dans les rayons bio des hypers, et j’achète quand c’est possible des produits bio à -20, -30, -50% car proches des dates limites. Dans ces cas-là le bio est carrément moins cher. De plus regardez bien le prix de la viande et du fromage bio : j’en trouve souvent moins cher que leur équivalent conventionnel ! (incroyable mais vrai)
    2) ceux qui prétendent que le bio est hors de prix mettent parfois des fortunes dans les cigarettes, les apéros, l’achat d’un écran plat dernier modèle, l’abonnement à Canal +, la grosse bagnole, sans oublier des forfaits téléphoniques ruineux comme s’ils étaient des Ministres devant passer 5H par jour au téléphone et envoyer 100 SMS/jour à leur entourage…
    En fait tout dépend où l’on souhaite mettre la priorité de ses dépenses : moi je ne fume pas, je bois très rarement, j’ai pris un forfait mobile à 2 euros, je n’ai ni Canal+ ni écran plat, par contre mes enfants mangent bio presqu’à tous les repas. La santé de mes enfants passe avant un consumérisme vain pour mon nombril.

    • le mot bio me sort par les trous de nez. C’est un phénomème inventé par des espèces d’écolos qui ne font que découvrir ce que faisaient nos parents et grands parents et c’est ce que vous appeler du conventionnel. Pourquoi ne parle t-on pas plutôt de produits alimentaires INDUSTRIELS et de produits naturels. On utiliserait les terres en jachères ( imposées ) pour compenser la perte de rendement.
      D’autre part, quand l’état vous pique l’équivalent d’un mois de salaire ( je vis seul ) entre un paquet de pâtes à 1 euros et le même à 2 euros, le choix est vite fait. Le problème est bien là.

  4. « L’écorésistant est souvent un technophobe qui est peu avancé dans l’adoption des nouveaux outils proposés par l’internet. C’est l’opposé d’un pionnier. »

    Bonjour, j’ai trouvé l’article intéressant, même si mettre les personnes et les comportements dans des cases me pose souci…mais bon…

    MAIS j’avoue que le passage que j’ai copié collé plus haut me laisse perplexe…

    De ce que je peux constater autour de moi, les personnes qui sont CONTRE la conso durable, avec leurs motifs divers et variés, (et tout autant  » compréhensibles » les uns que les autres (dans leurs modes de raisonnements…)sont plutôt pour les nouvelles technos.

    Je dirais plutôt que pour ceux qui ne sont pas dans les nouvelles technologies et pas dans la conso durable , ce n’est pas par véritable choix d’être « CONTRE » mais par manque de moyens matériels , manque d’infos aussi peut-être, saturation d’infos au contraire et ils s’y perdent. Au final c’est leur porte monnaie qui parle.

  5. Article intéressant. La génération des trente glorieuses n’est pas plus uniformément anti-écolo que les autres (Fondé une asso de défense de l’environnement en 72!!!!!)
    Il suffit d’aller dans un super marché X et d’observer, la quantité de produits bio ne dépasse pas 2 ou 3% de l’offre, si vous regardez comment les gens achètent, le pourcentage de ceux qui regardent les étiquettes, l’origine, etc…là aussi on doit frôler les 2%, les reste rempli rempli rempli… regardant le prix ou pas selon ses moyens,les enfants des le plus jeune age apprennent à fonctionner de cette façon le plus souvent sans restriction et sans contrôle.
    Je crains fort que l’écologie ne concerne encore qu’une minorité, même s’il y a eu un progrès notoire, (en 72 on passait pour des fous et on suscitait des haines violentes et ce n’est pas fini, même si c’est plus sournois) Empêcheurs de gagner du fric, de se regarder le nombril « qu’il est le centre du monde ».
    Nous devons lutter contre les avalanches de pub, la « décérébration » des masses par des infos futiles et permanentes, des musiques au kilomètre dans tous les temples de la conso. Mais Bon… Faut quand même se battre
    pour essayer de sauver notre belle bleue de l’invasion des bipèdes avides. Tatata!!!!!!!

  6. Et bien article intéressant. Quand on touche le rsa, même en devenant végétarienne, en cuisinant tout soit même, en éliminant plat cuisiné et autre, On ne peut pas acheter tout bio, car le rsa permet juste de survivre.
    Sinon pour les ampoules basses consommation: je n’ai que ça à la maison et bien il y en a 2 sur 10 qui ont grillées en un an.Donc je pense que c’est ce qui accentue le septicisme de certain vu que certains vendeurs vendent de la mauvaise qualité! Je fais tout ce que je peux à mon niveau pour la planète, mais effectivement si les gouvernements,entreprises…agissaient vraiment se serait plus simple! tient pourquoi le bio ne deviendrait -il pas obligatoire?par exemple.ça ferait baisser les prix du coup!
    Et puis pourquoi au lieu de faire tous ses petits arrangements pour essayer de sauver notre planète; il n’y a pas une Vrai décision de changement total, où on pense à la planète et aussi au bonheur des humains, des animaux, des plantes…tant qu’il n’y a pas ça, on ne fait que prolonger la vie pour quelque temps, mais on ne règle rien! et un jour ça ne suffira plus!

    • Complètement d’accord avec vous, en tant que rsa’ste aussi ^^…

  7. Article très intéressant. En travaillant sur le sujet depuis quelques temps nous avons identifié également 2 grands types d’éco-resistants. D’un coté, ceux qui resistent par réaction à la communication souvent culpabilisante. C’est le fameux « ras le bol de l’environnement ». De l’autre, sans doute une majorité, la population qui a autre chose à penser. On peut sans doute prendre l’hypothèse que cette dernière population va croitre, alimentée par le contexte de crise du pouvoir d’achat.

  8. La génération des trente glorieuses est imperméable au changement! Elle s’est goinfrée et mal comportée et en plus elle refuse de changer maintenant ! Un comble!

Moi aussi je donne mon avis