La consommation électrique a fait un bond en 2012

Rédigé par Mark, le 18 Feb 2013, à 15 h 25 min

67 milliards d’euros. C’est la différence entre la facture énergétique française entre 2011 et 2012. Les énergies alternatives font de plus en plus hésiter, ne serait-ce que pour des raisons économiques.

-8,1 % en décembre mais +10,4 % sur l’année 2012

charbonLe Commissariat Général au Développement Durable a publié sa Conjoncture énergétique de décembre 2012, qui établit le bilan annuel des dépenses énergétiques en France et ce grâce à des données corrigées des variations saisonnières, climatiques et des jours ouvrables (CVS-CVC-CJO). En fin d’année, la facture totale était moins élevée qu’en octobre par exemple, mais sur l’année complète on constate une hausse de 10,4 %, soit 67,2 milliards d’euros.

En décembre, la consommation en charbon a baissé de manière significative, tout comme celle de pétrole. Le pétrole, d’ailleurs, représente à lui seul 80 % du total. Les biocarburants tirent donc leur épingle du jeu, avec une augmentation de 35 % en un an en essence sans plomb 95-E10. Leur part de marché a atteint 24 % pour les essences et a dépassé celle du sans plomb 98.

La production énergétique en baisse en 2012

Sur toute l’année 2012 et sans compter les énergies renouvelables thermiques et déchets, la production d’énergie a baissé de 2,6 % par rapport à 2011. On notera que le nucléaire a reculé de 3,8 % tandis que l’hydraulique et l’éolien ont augmenté considérablement, de 26 % et 23,5 % respectivement. Le taux d’indépendance énergétique a donc perdu un point en 2012 et se stabiliser à 48,5 %.

Là encore, le mois de décembre change un peu la donne : +0,8 % par rapport à décembre 2011.

Image bannière : © CC, Andreas Klinke Johannsen

*

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Quand il n'écrit pas, Mark jardine ! Partageant son temps entre Dijon et Londres, il met au service ses compétences pour faire avancer le monde vers un...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. je me sens comme un otage sans défense. Malheureusement, il faudrait une armée pour lutter contre les géants assoiffés d’argent.

  2. Je suis toujours aussi stupéfaite de lire tout et son contraire dès qu’on parle d’énergie, y compris sur des sites censés défendre le développement durable…Je voudrais être sûre sûre que les lobbys pétroliers ne sont pas à l’origine de ce type « d’analyse » pour remporter la bataille du gaz de schiste censé donner à la France son indépendance énergétique à bas prix…
    Au lieu de jouer sur la production, ne vaudrait-il pas mieux tabler sur la baisse de la consommation, non pas retournant au Moyen Age mais en améliorant la performance énergétique de l’habitat, en consommant mieux et local…
    L’energie bon marché et toujours plus abondante est un leurre qui nous envoie droit dans le mur…
    A quand des politique qui verront plus loin que le court terme et qui oseront prendre en matière de Développement Durable des mesures aussi impopulaires que celles destinées à « rassurer les marchés »? A quoi serviront des finances saines dans un environnement détruit?

    • Bonjour
      je suis tout à fait d’accord avec vous, il faut réduire la consommation d’énergie au plus vite, et dans ce domaine le gouvernement actuel est d’une hypocrisie sans nom. Je ne sais pas comment les élus socialistes se comportent vis à vis du lobby pétrolier, mais vis à vis du lobby nucléaire ça s’appelle servir la soupe, comme pour celui des gaz de schiste. Laisser dire comme j’entends ce matin à la radio que le prix du kWh va augmenter de 30% en 3 ans à cause des investissements en renouvelables et en occultant le coût de mise à niveau de sécurité des centrales nucléaires demandé par l’ASN relève de la propagande pour les lobbies cités. Je ne vois pas ce que les écologistes font dans ce gouvernement, leur silence est assourdissant, comme d’ailleurs sur le débat agricole et les agrocarburants.

  3. Je ne comprends pas en quoi le fait que le nucléaire ait baissé de 3,8 % et les énergies renouvelables augmenté de plus de 20 %, implique une perte d’un point du taux d’indépendance énergétique ??? Il me semble que l’augmentation des énergies renouvelables dans la production nationale donne au contraire plus d’indépendance…

    • oui, on se demande pourquoi ils écrivent des articles ?

Moi aussi je donne mon avis