Ce que cache la baisse de la consommation énergétique en Allemagne

Rédigé par Eva Souto, le 7 Oct 2014, à 11 h 33 min

Après notre sujet consacré à la Grande-Bretagne, tour d’horizon dans un pays qui fait le choix de sortir progressivement du nucléaire. J’ai nommé l’Allemagne. Enquête sur la politique énergétique allemande qui opère un virage stratégique pour l’environnement.

Allemagne, un travail de longue haleine pour le durable

La volonté de l’Allemagne à travailler sur son énergie et à proposer des solutions durables ne date pas d’hier. En effet, entre 1990 et 2001, la consommation d’énergie primaire en Allemagne baissait en moyenne de 0,3 % par an et les émissions de gaz à effet de serre de 2,1 %.

energies-renouvelables-croissance

Paradoxalement, la croissance du pays atteignait +1,5 % par an, signe que croissance et développement durable pouvaient aller de pair.

Ainsi, en référence à l’année de base 1990, l’Allemagne arguait une baisse globale de 19 % des émissions de CO2.

Allemagne : les premiers pas pour sortir du nucléaire dans les années 2000

NucléaireLes défis imposés par la sortie du nucléaire (réduction des émissions de gaz à effet de serre, sécurité d’approvisionnement énergétique…) ont très rapidement été pris en compte dans la politique du pays.

Ainsi, dès 2002, la consommation d’énergie primaire connaissait une baisse de 2,8 % par rapport à la même période en 2001*.

A la même époque, les parts du pétrole, de la houille et du nucléaire dans la consommation d’énergie primaire diminuaient respectivement de 3,9 %, 4,3 % et 5,9 %.

fleche-Ce que cache la baisse de la consommation énergétique en  Allemagne Parallèlement, les parts de l’hydraulique et de l’éolien augmentaient de 14,3 %. A titre de comparaison, les chiffres sur la même période montraient une hausse de la consommation d’énergie primaire de 15,6 % en France.

Allemagne : des investissements pour capitaliser sur l’avenir

Sur la période 1998-2000, l’Allemagne a investi plus d’un milliard d’euros pour mener à bien les différents programmes de développement des filières énergies renouvelables.

Ainsi, la production d’électricité photovoltaïque a été multipliée par 3 sur la période concernée, et cela notamment grâce au programme des 100 000 toits solaires initié en janvier 1999. Et cela, sans augmenter la fiscalité !

Toits panneaux solaires

En 2002, l’Allemagne franchissait le cap des 10 000 MW éoliens installés soit le tiers de la capacité mondiale.

L’objectif ? Atteinte un quart de la consommation totale d’électricité d’origine éolienne d’ici à 2030.

Mais depuis quelques temps, l’Allemagne a décidé de baisser les subventions des énergies renouvelables.

Allemagne : réduction des subventions aux énergies renouvelables

Dernièrement, les députés allemands ont adopté une loi pour faire baisser le niveau des subventions publiques aux énergies renouvelables.

energie-renouvelable-villes

Ces nouvelles dispositions législatives prévoient la baisse des crédits publics dans le domaine de l’éolien et du solaire. Ces derniers seront désormais soumis aux mécanismes du marché.

A noter que jusqu’à présent et depuis les années 90, les énergies propres bénéficiaient d’un régime de subventions publiques à hauteur de 20 milliards d’euros. Une ineptie pour les députés verts qui considèrent cela comme une «boule de démolition» lancée contre les énergies renouvelables.

Actuellement, la moyenne des aides aux énergies renouvelables, toutes filières confondues, s’élève à 170€/MWh.

Pour les nouvelles installations, les subventions passeront à 120€/MWH en moyenne, soit une baisse d’environ 30 %.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    L’Allemagne semble faire marche arrière sur la production d’énergie par méthanisation des lisiers d’élevage industriel, très développée ces dernières années. Cette technologie nécessite des cultures dédiées (maïs, blé) cosommant beaucoup d’engrais et de pesticides, avec un bilan énergétique médiocre (rapport énergie entrant sur énergie produite).
    Il faut saluer l’Allemagne pour les efforts très importants et de longue date en matière de réduction des besoins énergétiques : isolation des bâtiments, gestion des combustibles, encouragement des habitats participatifs, optimisation de la circulation urbaine etc. favorisés par la gestion décentralisée et la culture de la diversité technologique. La DB (SNCF locale) n’a pas eu de “tout TGV” ça permet aux transports ferroviaires de fonctionner et d’être rentables, ni de “tout nucléaire”.

  2. Je fais partie de ceux qui sont d’accord pour payer plus cher si c’est pour une VRAIE bonne cause. A condition d’une égalité entre TOUS les citoyens (et entreprises). Les éoliennes ne sont peut être pas suffisantes pour notre consommation, mais il faut quand même les développer !! le vent c’est inespéré comme énergie, il faut l’utiliser. Et pourquoi pas un petit dispositif individuel dans son jardin par exemple ? Histoire de participer individuellement à tout ça ? et il faut aussi (ré) éduquer la population pour diminuer notre consommation.
    Moi la première …
    Je n’y connais rien mais suis prête à m’investir, mais comment ?

  3. Pas étonnant que le gouvernement allemand baisse les subventions pour les énergies renouvelables. Cherchez l’instigateur de cette mesure… il y a du lobby derrière cela ! et quand je pense à l’émission d’Elise Lucet l’autre soir sur les lobbys, de la à faire le rapprochement avec cette décision…. il n’y a pas long chemin.
    Et puis, ce pays soi disant exemplaire nous achète tout de même de l’électricité nucléaire… Tiens… j’y pense… ça serait pas celui-ce le lobby ?

  4. Felicitations aux dirigeants de l’Allemagne. Cette volonté politique doit continuer et servir d’exemple aux autres puissances. Quant à nous, notre ONGD locale: Programmes de Développement Rural PDR/RDC, notre priorité des priorités est le reboisement, 11ha en 2014 et plus en 2015.

  5. Le prix du kWh en France que vous indiquez correspond au prix brut du kWh augmenté de la CSPE. Mais la réalité du prix est tout autre si vous ajoutez les autres taxes, y compris la TVA sur les taxes (depuis quand une taxe est-elle une valeur ajoutée à taxer ?). Le total des taxes représente 62 % du prix brut. Autrement dit lorsqu’EDF facture 100 € d’électricité brute, vous payez en réalité 162 €. L’abonnement doit être ajouté encore, mais il varie d’un client à un autre selon la puissance souscrite. Le prix brut varie aussi selon l’usage que vous faites des heures « creuses ». La comparaison avec l’Allemagne est difficile, car les règles et taxes sont différentes, mais en gros le particulier allemand paye son électricité deux fois plus cher que nous. De surcroît l’interconnexion entre pays nous met à la merci d’un crash du réseau allemand dû à l’éolien, comme cela est arrivé il y a trois ou quatre ans. Par ailleurs, les Allemands construisent de nouvelles centrales à charbon pour compenser les 75 % du temps où les éoliennes ne produisent pas. Une trentaine de centrales à charbon brûlant de la lignite, le plus « sale » des charbons, mais très abondante en Allemagne où on a détruit des villages historiques pour étendre les mines à ciel ouvert. Savez-vous aussi que le charbon contient des matières radioactives qui partent en fumée dans l’atmosphère. Bref, je ne crois pas que la solution « verte » allemande soit vraiment verte, elle est plutôt « noire » et ce n’est pas un bon modèle.
    J. C. Directeur de recherche

  6. L’Allemagne a tout à faits raison. Les investissements faits actuellement seront une véritable mine d’or dans le futur alors que la France sera encore coincée dans son nucléaire. Cette transition est indispensable et elle sera d’autant plus chère qu’elle sera tardive. La vision pro nucléaire est passéiste. Ceux qui croient encore au nucléaire sont un peu comme des drogués. Ils savent au font d’eux même que leur drogue leur fait du mal, mais ne voient pas comment ils pourraient s’en passer.
    De plus, le comparatif des prix entre Allemagne et France est erroné (volontairement?). La différence de prix n’est pas de 50%, mais bien de ±33%.

    • bonjour !!
      tu parles du prix de l’electricite en allemange +/-33% de plus qu’en france !!! as tu deja vécu en allemagne ??? car moi j’y vis et je peux te dire que le prix du kwh n’est pas de 13 ou 14,9cts…. mais bien plus car en tant qu’utilisateur d’electricite en allemagne tu esOBLIGE de payer les taxes sur l’electricité et donc le contribuable normal paye 28 à 29cts€/KWh !!!!!!! donc ici en allemagne c’est presque plus rentable d’avoir son propre systeme de panneau photovoltaique (meme si tres polluant comme vous devez tous le savoir (enfin j’espere parceque sinon qu’est ce que vous faites a parler sur ce site, certes bourré de fautes mais bon on peut pas en vouloir a tout le monde), donc la pollution du panneau photovoltaique comparé à la pollution de l’etat allemand a fabriquer de l’electricité avec du charbon, c’est sur que c’est mieux. En france c’est moins polluant d’utiliser l’electricité nucleaire et donc en france pour l’instant il ne faut pas installer de panneaux photovoltaique tant qu’il y aura du lobbying dans les couloirs de l’elysée !!! bref, en allemagne avec tes panneaux sur ton toit tu gagnes des sous !!!!! car a 30cts le kwh…..)

      en esperant que les gens qui ne regardent pas bien les chiffres fassent plus attention la prochaine fois !!! n’estce pas Mr Anonyme.
      Nico

  7. il faut raisonner en terme d’avenir et non d’immédiateté.
    L’Allemagne est plus courageuse que nous; nous devrons à terme payer notre électricité plus cher qu’eux.
    Le nucléaire est une bombe à retardement, d’autant qu’il n’est pas vraiment maîtrisé (maintenance et déchets)

Moi aussi je donne mon avis