La voiture électrique : vraiment écologique ?

Rédigé par Eva Souto, le 30 Nov 2014, à 10 h 42 min
La voiture électrique : vraiment écologique ?

La nouvelle va faire mouche et pourtant, certains modèles de véhicules électriques risquent d’être retoqués. La cause ? Ils ne pourraient pas être considérés comme « écologiques » ni « propres ». Zoom sur une information sujette à controverse.

Voiture électrique : l’argument écologique à revoir ?

actualités chaude La voiture électrique : vraiment écologique ?Dernièrement, 3 avis publiés par le jury de déontologie publicitaire (JDP) concernant des publicités pour 2 véhicules en libre-service du groupe Bolloré*, ainsi que la voiture électrique Zoé de Renault soulignent que la voiture électrique ne peut pas être considérée comme « écologique » ni « propre ».

En avril dernier le JPD, instance de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a été saisi par l’association Observatoire du nucléaire contre plusieurs pages du site Internet d’Autolib’ qui qualifient la voiture « d’écologique » et de « propre ».

Zoé Renault

Mais également contre un encart publicitaire présentant Bluely comme « très pratique, écologique et économique ».

picto-etoile-paragraphe La voiture électrique : vraiment écologique ?Parallèlement, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) déposait une plainte en mars contre une publicité pour la Zoé titrée « Pour lutter contre la pollution, roulez en voiture », qui précisait « Renault Zoé : 100 % électrique, 0 % d’émissions ».

Voiture électrique : relativiser les prouesses écologiques

Les avis rendus concernant les 2 voitures en libre-service soulignent « le jury constate que la publicité litigieuse fait état du caractère écologique du service promu, sans le moindre élément de relativisation ou de comparaison, indiquent les avis concernant les deux voitures en libre-service.

Or, l’utilisation de ce service induit nécessairement certains effets négatifs sur l’environnement, notamment les pièces d’usure des véhicules utilisés et l’électricité nécessaire à leur rechargement, dont il n’est pas établi qu’elle serait intégralement issue de sources renouvelables ».

Autolib'

L’avis du JDP sur la Zoé est plus modéré : « la publicité n’induit nullement l’idée que les véhicules électriques n’auraient aucun impact négatif sur l’environnement ».

fleche-La voiture électrique : vraiment écologique ?En effet, il est précisé – toutefois en petits caractères après l’astérisque – que l’absence de CO2 se réfère à l’utilisation du véhicule (hors usure) et non à l’ensemble de son cycle de vie ou à la production de l’électricité nécessaire à son rechargement.

Voiture électrique : le JDP met en garde sur les publicités qui vantent les véhicules électriques

Pour le JDP, « la publicité en cause incite explicitement les consommateurs à rouler en voiture électrique pour réduire la pollution atmosphérique, alors qu’il existe de nombreux autres moyens de locomotion dont il est communément admis qu’ils sont moins nocifs pour l’environnement, comme les transports collectifs ou le vélo ».

Voiture électrique La voiture électrique : vraiment écologique ?

Il est donc nécessaire de pondérer et de relativiser ce type de publicités. Et il faut surtout garder à l’esprit que tout véhicule quel qu’il soit a un impact sur l’environnement, que ce soit lors de sa construction ou au cours de son cycle de vie.

Comme le souligne Stéphane Martin, directeur général de l’ARPP « on ne peut pas qualifier la voiture électrique de propre mais on peut avancer qu’elle contribue au développement durable ou qu’elle est plus propre que les voiture thermiques, à condition d’en apporter la preuve ».

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

29 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est exact et on a tendance à oublier toutes les étapes de transformation coûteuses notamment en énergie ! En faisant le bilan complet du cycle de fabrication, d’utilisation et de recyclage, il y a fort à parier que les batteries n’ont pas d’intérêt dans la plupart des application de transport.
    Exemple : on parle du rendement excellent de la traction électrique, mais indépendamment du rendement de production (~40%), de transport(~95%) et de distribution(~90%)soit environ un tiers , il y a celui de la voiture: chargeur (~80%), charge de la batterie (~80%), auto-décharge dépendant du temps de non utilisation et du type de batterie, mais non négligeable, décharge de la batterie, rendement dépendant de son utilisation, les fortes décharges le diminuant, les pertes étant en RI² (estimation à 60 % …), le variateur électronique de puissance (~80%), le moteur lui-même, dont la courbe de rendement démarre à zéro (et oui), et plafonne en fonction de son dimensionnement, de sa construction, du type d’aimant, etc, les meilleurs étant les plus chers… (estimation 80% avec le vent dans le dos …), cela fait environ 25 % entre le compteur et la sortie moteur (hors auto-décharge), soit environ le rendement d’un moteur thermique dont le carburant ne s’évapore pas significativement et qui permet de chauffer gratuitement l’habitacle !
    Si l’on rajoute le rendement entre centrale thermique et compteur, on arrive à 8 à 9 % !
    L’intérêt en terme de rendement n’est pas avéré.
    Le seul intérêt pourrait être d’utiliser des énergies non utilisables autrement: nucléaire, excédent de production solaire ou éolien, à condition que le stockage par batterie soit intéressant à cette échelle, ce qui n’est pas prouvé.

  2. Je voudrais quand même préciser un certain nombre de choses, de base :

    – l’électricité, n’est pas une forme d’énergie primaire, c-à-d, qu’il faut d’abord l’obtenir, justement, à partir d’une forme d’énergie primaire, par ex. : nucléaire, chimique (ds un carburant, comme le charbon, le fuel, le gaz naturel ou méthane, …), solaire, …, etc, etc, … Ceci est réalisé ds une centrale thermique classique (au charbon, au fuel, ou au gaz), ou nucléaire, ds des panneaux solaires photo-voltaïques, ds des centrales hydroélectriques, ds des éoliennes, …

    Une centrale thermique classique ou nucléaire, a, à peu près, le même rendement, à savoir, 1/3. C’est-à-dire, que 1/3 de l’énergie contenue initialement, ds le carburant ou le combustible nucléaire, est transformé en énergie électrique, les 2/3 restant, devant être IMPERATIVEMENT, évacués sous forme de chaleur ! C’est pour cela qu’elles se trouvent ttes au bord de la mer, d’un lac, ou d’un fleuve !

    Mais, c’est exactement la même chose, ds tout moteur thermique, qu’il fonctionne à l’essence ou au fuel ! Vous savez très bien que si vous ne mettez pas de liquide de refroidissement ds le moteur de votre voiture, vous avez vite fait de “couler une bielle” ! Eh oui, songez y : sur l’essence ou le gazole, que vous achetez à la pompe, seul le tiers fait avancer la voiture ! Les 2 autres tiers, partent, sous forme de chaleur, ds la nature ! Quel gâchis, vous ne trouvez pas ! Et, on ne sait pas faire mieux, ou, pire, ON NE PEUT PAS FAIRE MIEUX ! Dieu, l’a voulu ainsi !
    Je suis bien d’accord, un moteur électrique ne chauffe pas énormément. Donc, son rendement est un tt petit peu moins de 100 % Mais, si on revient à la base, c-à-d, à l’énergie primaire qui a servi à produire l’électricité qui le fait tourner, au bon du compte, eh bien, son rendement n’est jamais, une fois de plus, que de l’ordre de 1/3 !

    De plus, quand l’Etat se décidera, logiquement, à taxer, et non à subventionner la voiture électrique, comme il le fait maintenant, on en reparlera, de la voiture électrique !

  3. Bonjour à tous

    mon épouse roule en Zoé, elle consomme 150 kWh pour 1000 KM par mois
    elle est très agréable à conduire sur des parcours bien sûr limités,
    Nous en sommes en cohérence puisque nous avons une installation photovoltaique de 18 kWc qui a déjà produit 24 000 kWH
    VOUS aussi pouvez participer à produire de l’électricité verte
    en participant à un collectif de citoyens en soutenant ERCISOL
    une sas de type coopératif , voir le site
    http://www.ercisol.com , bien sûr le nucléaire est dangereux, c’est surtout
    le futur démantellement qui viendra tôt ou tard qui va nous coûter les
    yeux de la tête .. et alors pauvres citoyens consommateurs nous passeront à la caisse … en attendant félicitons les ingénieurs de Renault pour leur travail … salutations ensoleillées d’Alsace
    si quelqu’un veut m’écrire : schneiderjo68@gmail.com le 02 12 2014

  4. Comme le colibri peut “faire sa part” pour éteindre un incendie, le solaire peut faire une part, nettement plus importante que celle du colibri, pour produire de l’électricité.

    http://energeia.voila.net/transport/agrocarburant_pv.htm

    Comme le solaire produit moins en hiver mais que la nature n’est pas trop mal faite, l’éolien produit davantage en hiver qu’en été.

    A côté de cela, il y a encore l’hydraulique, que l’on oublie trop souvent, et la biomasse.

    Avec du stockage dans des batteries stationnaires à l’échelle de la journée et de la semaine, qui va se développer fortement à partir des prochaines années (2015-2020), le colibri et ses copains auront fait du bon boulot.

    Juste pour compenser le déclin du pétrole qui va commencer très bientôt.

  5. Pour répondre à jack, je suis d’accord avec lui, surtout pas de diesel (les constructeurs français proposent des hybrides-diesel. AHAHAHAH C’est grave, non? toujours à la traine !!!! enfin!!!)
    Pour l’instant j’ai une hybride Yaris et en attendant mieux, bien sûr, j’en suis très satisfait. Ce que je veux dire sur l’électrique, c’est que tant qu’on ne nous proposera que du nucléaire comme seule énergie “soi disant” propre, je ne cautionnerai pas cela. c’est tout.

  6. Elle vient d’ôu cette ELECRICITE miracle ?
    Le gouvernement devrait commencer par empécher la fabrication de véhicules DIESEL ! pour ces deux marques nationales, mais fabriquées en France mais aussi à l’étranger ! Ce serait déjà un bon début !

  7. Effectivement la voiture electrique n’est pas encore ecologique mais celle-ci pollue bien moins que les autres, c’est donc un pas vers un monde plus propre et reste bien évidemment à améliorer surtout au niveau de sa batterie.

  8. De toute facon la voiture electrique est une avancee technologique, un pas de plus pour la protection de l environnement.Elle est moins polluante que nos voitures classiques.

  9. Pour ma part, il me semble tout à fait logique d’intégrer dans le prix, et le degré de pollution, d’un objet fabriqué par l’homme, en partant de la matière première (telle qu’on la trouve dans la nature !), nécessaire à la construction de cet objet.
    Donc, pour l’exemple qui nous concerne, à savoir, la voiture électrique, je ne prendrai que le cas de la fabrication de la batterie au lithium.
    Je serais curieux de savoir, où on peut trouver, sur la Terre, du lithium à l’état pur, simplement, en se baissant, pour le ramasser ?
    C’est bien simple : nulle part !
    Pourquoi ? Eh bien, parce que le lithium est un métal alcalin, comme le sodium et le potassium, qui se trouve à l’extrême gauche de la classification périodique de Mendeleïev, c-à-d, la 1ère colonne. C’est donc un métal très réactif, qui réagit violemment, même avec l’eau ! Pour le conserver, à l’état pur, on doit le mettre, à l’abri de l’eau (et Dieu sait, s’il y en a sur la Terre !), e.g., dans de l’huile minérale. Comme le sodium d’ailleurs.
    Alors, où en trouve t’on et sous quelle forme ? Eh bien, comme le sodium, là où il y a eu autrefois la mer, et sous forme de chlorure de lithium, de la même façon que le sodium, lui, est trouvé sous forme de chlorure de sodium, le fameux sel de cuisine !
    Plus précisément dans certains déserts salins, comme le désert de l’Acatama, partagé essentiellement entre le Chili et la Bolivie, et aussi dans des déserts chinois. Mais, je pense que, eux, ils vont le garder pour eux !
    Et ensuite, à partir du chlorure de lithium, comment fait-on pour obtenir du lithium pur ? Il faut déjà le faire fondre, en le chauffant, et en faire ensuite, une électrolyse ! Or, tout le monde sait que l’électricité est une forme d’énergie chère, et qu’en plus du lithium, on va aussi récupérer du chlore, qui est un gaz très corrosif (il était utilisé comme gaz de combat, pendant la guerre 14), donc très polluant !
    Moralité : ne serait-ce que fabriquer une batterie au lithium, ce n’est pas une partie de plaisir !

    • ici par exemple http://fr.wikipedia.org/wiki/Salar_d%27Uyuni
      Dans les batteries on n’utilise pas le lithium pure, mais du carbonate de lithium.

    • C’est exact et on a tendance à oublier toutes les étapes de transformation coûteuses notamment en énergie ! En faisant le bilan complet du cycle de fabrication, d’utilisation et de recyclage, il y a fort à parier que les batteries n’ont pas d’intérêt dans la plupart des application de transport.
      Exemple : on parle du rendement excellent de la traction électrique, mais indépendamment du rendement de production (~40%), de transport(~95%) et de distribution(~90%)soit environ un tiers , il y a celui de la voiture: chargeur (~80%), charge de la batterie (~80%), auto-décharge dépendant du temps de non utilisation et du type de batterie, mais non négligeable, décharge de la batterie, rendement dépendant de son utilisation, les fortes décharges le diminuant, les pertes étant en RI² (estimation à 60 % …), le variateur électronique de puissance (~80%), le moteur lui-même, dont la courbe de rendement démarre à zéro (et oui), et plafonne en fonction de son dimensionnement, de sa construction, du type d’aimant, etc, les meilleurs étant les plus chers… (estimation 80% avec le vent dans le dos …), cela fait environ 25 % entre le compteur et la sortie moteur (hors auto-décharge), soit environ le rendement d’un moteur thermique dont le carburant ne s’évapore pas significativement et qui permet de chauffer gratuitement l’habitacle !
      Si l’on rajoute le rendement entre centrale thermique et compteur, on arrive à 8 à 9 % !
      L’intérêt en terme de rendement n’est pas avéré.
      Le seul intérêt pourrait être d’utiliser des énergies non utilisables autrement: nucléaire, excédent de production solaire ou éolien, à condition que le stockage par batterie soit intéressant à cette échelle, ce qui n’est pas prouvé.

  10. Malgré la partie de bras de fer actuelle dans le pétrole, celui-ci ne sera pas éternel. Le nucléaire pas davantage.

    Alors, la voiture électrique présente tout de même quelques avantages, malgré son coût actuel. Avantages qui iront en croissant au cours des dix prochaines années, quant la production de pétrole amorcera son déclin inéluctable et définitif.

    On peut produire de l’électricité avec autre chose que du nucléaire. D’autant plus qu’un véhicule électrique a un meilleur rendement énergétique qu’un véhicule thermique.

    C’est très bien dit ici :

    http://energeia.voila.net/transport/vehicule_electrique_twh.htm

    En cherchant bien sur le même site, vous verrez qu’on peut produire 90% de l’électricité consommée chaque année chez nous avec de l’éolien et du solaire, sans aucun problème de surface disponible. Sans compter la biomasse, le biogaz et l’hydraulique, en attendant la géothermie et les énergies marines.

    • Le nucléaire telle que nous le connaissons n’a pas de réserve infini, (quoi que, couplé avec un réacteur consommant le plutonium produit dans les autres…)
      Mais il existe d’autre manière de produire de l’énergie atomique par fission.
      Et à partir d’élément bien plus présent, comme le thorium.
      D’ailleurs les produits de fission généré par ces éléments sont moins actif.

      Il ne faut pas enterrer le nucléaire car il est nucléaire. Mais plutôt concentrer nos efforts pour régler ces problèmes, le temps d’avoir la technologie nécessaire pour produire une électricité 100% issu d’énergie renouvelable (si possible solaire spatiale)

      Aujourd’hui, le principale problème de nos réacteurs à eaux pressurisé, c’est qu’ils doivent en toute circonstance être refroidit, et pour cela il faut les maintenir un pression.
      Ce qui en cas de grande catastrophe pose problème.

    • C’est exact et on a tendance à oublier toutes les étapes de transformation coûteuses notamment en énergie ! En faisant le bilan complet du cycle de fabrication, d’utilisation et de recyclage, il y a fort à parier que les batteries n’ont pas d’intérêt dans la plupart des application de transport.
      Exemple : on parle du rendement excellent de la traction électrique, mais indépendamment du rendement de production (~40%), de transport(~95%) et de distribution(~90%)soit environ un tiers , il y a celui de la voiture: chargeur (~80%), charge de la batterie (~80%), auto-décharge dépendant du temps de non utilisation et du type de batterie, mais non négligeable, décharge de la batterie, rendement dépendant de son utilisation, les fortes décharges le diminuant, les pertes étant en RI² (estimation à 60 % …), le variateur électronique de puissance (~80%), le moteur lui-même, dont la courbe de rendement démarre à zéro (et oui), et plafonne en fonction de son dimensionnement, de sa construction, du type d’aimant, etc, les meilleurs étant les plus chers… (estimation 80% avec le vent dans le dos …), cela fait environ 25 % entre le compteur et la sortie moteur (hors auto-décharge), soit environ le rendement d’un moteur thermique dont le carburant ne s’évapore pas significativement et qui permet de chauffer gratuitement l’habitacle !
      Si l’on rajoute le rendement entre centrale thermique et compteur, on arrive à 8 à 9 % !
      L’intérêt en terme de rendement n’est pas avéré.
      Le seul intérêt pourrait être d’utiliser des énergies non utilisables autrement: nucléaire, excédent de production solaire ou éolien, à condition que le stockage par batterie soit intéressant à cette échelle, ce qui n’est pas prouvé.

  11. actuellement les voitures electriques peu nombreuses utilisent en heures creuses de l’électricité qui serait perdue car produite par les centrales nucléaires mais non consommée,donc c’est positif,il en serait tout autrement si leur nombre devenait important,la voiture éléctrique c’est l’avenir,mais pas dans sa forme actuelle,peut ètre avec les piles à combustibles,ou avec des systèmes d”électrolytes régénérables!!!ou autres,à suivre

  12. ENFIN, un article pertinent, objectif, qui devrait ouvrir les yeux de certains
    Je suis profondément écologiste, et c’est pourquoi, je ne cautionne pas la voiture électrique, justement, pour tout ce qui est démontré dans cet article
    Ne faisons pas l’autruche.!
    NON, la voiture ELECTRIQUE N’est PAS aussi “PROPRE” que ça !!.
    Ayons un ESPRIT CRITIQUE !!!! BON SENS

    • Donc restons en à notre cher diésel, faudrait voir à pas faire de l’ombre à nos bons pétroliers.
      Tant que le mode de déplacement de l’an 3000 ( si on y arrive) n’est pas au point foin de toutes les alternatives.

  13. Je suis très étonné que vous accordiez du crédit aux propos de ce monsieur Stéphane LHOMME dans votre article, en effet ces méthodes sont pour le moins totalitaires et illégales, on peut le voir dans une vidéo récente diffusée sur une chaine publique (France5) débrancher volontairement des véhicules électriques en charge sur la voie publique, devant la caméra, au motif que ces voitures consomment de l’énergie nucléaire !! Navrant de faire confiance à ce type de personnage.

  14. Voilà bien un article inutile… probablement subsidié par les lobby pétroliers ?
    Cela me rappel les arguments des fumeurs qui ne passent pas à la cigarette électronique car elle n’est pas 100% inoffensive pour la santé… et ils continuent à fumer jusqu’au cancer!
    Non sérieusement le progrès se fait pas à pas et quand on vous propose une voiture électrique plus légère avec moins d’éléments mécaniques, plus d’huile de boite et moteur, sans rejets, où l’on est libre du choix de son électricité (solaire, hydroélectrique, nucléaire, …) on attends pas et on prend!

  15. Les arguments de Karl Lefrancois sont massue.
    l’Électricité nucléaire n’est pas très ecolo, certes. Mais on n’y est pas astreint, contrairement au pétrole. Rien n’empêche de produire son électricité, comme moi, ou d’en acheter de la verte (Enercoop, Planète Oui, etc.).
    Pour les autres arguments, Karl parle d’or !

  16. et l’électricité nécessaire aux pompes des stations services.
    aux machines “contrôles pollutions” des centres techniques, les machines de recyclage des hydrocarbures….ect…
    Tout ceci est bien sur comptabilisés pour les voitures thermiques….
    arrêtez d’endormir le peuple sur une évidence: la voiture électrique pollue 100 fois moins qu’une thermique que ce soit à l’usage ou du puit à la roue.
    voyez simplement le carburant brulé inutilement dans les bouchons,stop et feux rouges…et même le stop and start est une abbération…sauf pour le constructeur qui vous assommera à la premiere panne

    • Bien entendu chacun sait que nous produisons notre électricité à partir de centrales nucléaires essentiellement et chacun sait que ces centrales ne produisent aucun déchet. Le peu de déchet qu’elles produisent est totalement sans importance d’ailleurs. De plus quand une centrale nucléaire a fini son cycle de production chacun sait aussi qu’on n’a aucun problème pour les démanteler… Oui, les voitures électriques sont très écologiques.

  17. EFFET DE SERRE : les centrales nucléaires sur le podium !

    POur rappel, le principal gaz à effet de serre reste la vapeur d’eau, alors certes le nucléaire est une énergie dé-carbonée (pour sa partie production , on excepte alors l’extraction) mais cela reste une production à très fort effet de serre ! Ne confondons pas tout.

    • HAHAHHAHAHAHAHA

      Non sérieux? Dite moi que vous avez inventé ça? C’est quand même pas un magazine sérieux qui raconte de tel conneries?

      Sur le principe, oui les nuages ont un effet de serre, mais ils se même, ils ne reste pas dans l’atmosphère à tout jamais!

      Et malgré ça, mettre les centrales nucléaire sur le podium, pour le panache de vapeur des aéro réfrigérants (que l’ont trouve que sur les central bord de fleuve) c’est franchement ridicule ^^

  18. Pour le moment et encore pour longtemps la voiture électrique sera une seconde voiture, c’est du à sa très faible autonomie. Mais acheter une voiture électrique en seconde voiture, il faut en avoir les moyens, c’est à peine 10% de la population, donc elle n’est pas près de se développer.

    • 72% de l’effet de serre est lié à la vapeur d’eau mais cette vapeur n’est pas liée à l’industrie (et donc indépendant du nucléaire) car c’est les océans qui agissent à ce niveau.
      notre seule action contre l’effet de serre c’est la limitation du CO2, Méthane, N2O,… mais c’est sur le CO2 que nous pouvons principalement agir.

  19. En Chine la majorité de la population roule électrique, mais cette électricité est obtenue par la combustion du charbon et ça donne :
    http://fr.sott.net/image/s10/212866/full/chine_2Bpollution_2BNASA2.jpg

    • En chine c’est comme chez nous, presque personne à l’électrique.
      Par contre le gouvernement le soutient enormement pour justement regler ce genre de problème…

  20. Pas d’inquietude pour l’extraction du lithium, il suffit de ce baisser pour le ramasser, et il faut bien comprendre plusieur point:
    1) il ne faut que quelques kilo de lithium pour faire une batterie qui va durer la vie de la voiture
    2) le lithium n’est qu’un élement parmi tant d’autre qui finiront bien vite par le remplacer. Les batteries ne sont qu’au tout début de leur developpement
    3) le lithium acutellement utilisé est un déchet de certaine exploitation de terre rare. Le lithium en lui meme se trouve tres facilemet dans les etendu des lacs salés.
    4) meme si la filière n’est pas reelement developpé, recycler ce lithium dans les batteries de fin de vie est techniquement parfaitement realisable.

    Il faut arrêter d’urgence d’écouter les argument sans fondement de monsieur Lhomme, qui tiet plus du fanatique religieux en croisade, que d’une personne cherchant a contribuer à améliorer l’automobile.
    Certe la voiture electrique n’est pas 100% propre, mais il faut la comparrer à ce qu’elle remplace.
    Et ca reste une voiture electrique. On peut faire cette electricité dans des centrale thermique fonctionnant au charbon, ou avec des panneau solaire.
    Le petrole on a pas le choix, ca reste quelque chose de poluant, mais l’electricité peut elle etre prduite de facon propre.
    Alrs sachant que ces véhicules sont déjà plus écologique que les diesel et essence, pourquoi leur faire une mauvaise pub?

    Dernier point pour rectifier. Les voitures electrique ne sont pas beaucoup plus poluante a produire, si jamais leur prodction etait egale aux vehicules thermiques. Ce n’est surement pas l’extraction du lithium qui va faire baisser la note. Et de toute maniere, prend on en compte l’extraction du carburant necessaire aux véhicules thermiques?

Moi aussi je donne mon avis