Télévision : un nouveau critère d’achat

L’institut GfK Marketing Services a effectué en juin 2008 une étude dans cinq pays européens sur l’importance de la consommation énergétique des téléviseurs dans le processus de vente.

Selon les conclusions issues de cette étude, mis à part le prix, la taille de l’écran et la qualité de l’image, c’est la consommation d’énergie qui devient un facteur clé lors de l’achat d’un téléviseur.

Comment choisir sa télévision

Dans cinq pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne et Grande-Bretagne) :

  • et 36 % comme “très importante“.

On peut en déduire que la consommation d’énergie d’un téléviseur en fonctionnement est aussi importante que la taille de l’écran dans l’acte d’achat. Toutefois, l’étude relève des différences significatives entre les pays.

La consommation d’énergie des téléviseurs

Jusqu’à aujourd’hui, concernant l’achat d’un téléviseur, la seule préoccupation éventuellement prise en considération était la consommation en mode veille. Cela a complètement changé avec l’introduction sur le marché de téléviseurs plus grands et mieux équipés, avec pour impact une consommation énergétique plus élevée.

La plupart des fabricants a déjà diminué la consommation de leurs produits en mode veille, qui ne constitue qu’une infime fraction de la dépense d’énergie totale de celui-ci. La consommation en électricité d’un téléviseur en mode de fonctionnement est dorénavant un critère à prendre en compte pour le consommateur.

“La consommation d’énergie du téléviseur peut avoir un impact important sur la facture d’électricité.” précise Michaël Mathieu, chef de groupe télévision au sein de GfK France. “L’exemple d’un test mené sur deux écrans plasma similaires de 107 cm de diagonale met en valeur que le plus économique va consommer 215 watts contre 380 pour un appareil standard.

50 % d’économie sur la consommation du téléviseur

En se basant sur une utilisation de 4 heures par jour en moyenne, l’économie peut atteindre 50 % de la dépense annuelle (dépense de 60 euros/an environ pour le premier contre 110 euros pour l’appareil standard)” conclut-il.

Un grand nombre de distributeurs déclarent que leurs clients évoquent régulièrement le problème de la consommation énergétique lorsqu’ils envisagent d’acheter un nouveau téléviseur. Dans les cinq pays européens cités ci-dessus, deux revendeurs sur trois notent que les clients soulèvent eux-mêmes ce problème.

Sur ce point aussi il y a des différences importantes entre les pays. Si jusqu’à aujourd’hui en Espagne très peu de consommateurs s’intéressaient à la consommation énergétique des produits bruns, pour le consommateur français et allemand ce sujet a beaucoup plus d’importance lors de l’acte d’achat.

Par ailleurs, il est également intéressant de constater que pour les pays où les consommateurs n’abordent “pas ou rarement” ce sujet, ce sont les distributeurs qui mettent cet aspect plus en avant.

Les fabricants ont déjà pressenti cette nouvelle tendance. La technologie OLED, un nouveau procédé grâce auquel des diodes électroluminescentes remplacent les cristaux liquides (LCD), apparaît comme un choix d’avenir pour les constructeurs. Les futures télévisions OLED seraient notamment plus économes en électricité.

Rappelons que tout récemment, Samsung, le premier fabricant mondial d’écrans plats a décidé d’investir 529 millions d’euros  dans cette nouvelle technologie d’affichage.

Enfin, notons que la durée d’utilisation de la télévision continue d’augmenter puisqu’en 1995, celle-ci était regardée en moyenne pendant un peu plus de 5 heures, pour près de 6 heures en 2007… par jour !

Je réagis

*

Sur la télévision :