Téléphones solaires : pas si verts que ça… (3)

Etre solaire pour être plus vert : tel pourrait être le nouvel adage (et le nouveau dada) de certains fabricants de téléphones portables qui se sont lancés tout azimut dans le développement de mobiles dotés de cellules photovoltaïques pour recharger leur batterie.

Or, si la démarche apparaît écologiquement vertueuse, c’est oublier que la fabrication de ces produits l’est beaucoup moins…

Téléphones solaires : attention, gadgets couleur vert pâle

Désireux d’en savoir plus sur les téléphone solaires,  notre engouement pour ces mobiles aura été de courte durée dès lors que nos yeux se sont posés sur la note environnementale globale du Samsung Blue Earth, attribuée par SFR et basée sur son cycle de vie (de la fabrication au recyclage)  : 2 sur 5.
Developpement durable article
Tout n’est donc pas si rose (ou plutôt vert) chez ce portable bleu qui pourtant était présenté comme LE téléphone solaire écocçoncu par excellence (plastique recyclé, chargeur sans toxiques, fonctions écolo…).

Et nous en concluons que ses congénères ne sont pas mieux lotis, et peut-être donc à ranger au rang de gadgets pouvant berner des consommateurs non avertis…

Pourquoi de telles contre-performances ?

Des panneaux solaires de faible capacité

15 min de conversation  : voici en moyenne ce que permet 1h d’exposition au soleil des cellules photovoltaïques des différents modèles de téléphones solaires  disponibles.

Developpement durable article
Puma Phone : le téléphone solaire pas comme les autres… en moins bien ?

Concrètement, ces mini-panneaux solaires intégrés aux mobiles n’ont pas la capacité suffisante pour assurer une autonomie complète de la batterie des téléphones. D’ailleurs ces derniers sont tous vendus avec un chargeur sur secteur classique qui reste donc le principal mode de recharge de leurs batteries.

Exposez-le au soleil… mais pas trop !

Sans compter que les téléphones solaires ne doivent pas être exposés trop longtemps au soleil, même (surtout) derrière une fenêtre, dixit les différentes notices des appareils, au risque de  les endommager. Un téléphone solaire allergique au soleil : on exagère mais c’est presque ça…

Developpement durable article

On ne voit pas non plus de brassard ou autres accessoires permettant un rechargement un peu plus ergonomique car combien seront-nous à nous balader mains à et en l’air avec son téléphone pour le recharger…

  • Et si on utilisait une lampe au bureau alors ? Non, non, non : leurs cellules photovoltaïques ne fonctionnent pas avec la lumière artificielle, c’est même déconseillé, ce qui n’est par exemple pas le cas des chargeurs solaires universels

Une fabrication des panneaux polluante

On se dit dès lors que les panneaux solaires intégrés sont tout de même un complément pratique et écolo pour augmenter l’autonomie de la batterie :  on utilise une énergie renouvelable donc forcément la planète y gagne…

  • Que nenni : c’est oublier que la fabrication des cellules photovoltaïques de ces téléphones est très gourmande en énergie, avec la purification et la transformation du silicium qui les compose.Developpement durable article
  • Ainsi une cellule photovoltaïque doit fonctionner 4 ans pour produire l’énergie qui a été nécessaire à sa production. Et les Français renouvellent en moyenne leur téléphone tous les 20 mois…

Bref, si on y regarde bien, l’énergie consommée pour la  fabrication de ces mini-panneaux solaires sera bien difficile à amortir à l’usage, d’où la jolie note de SFR… A croire que le trop vert est l’ennemi du vert ?

Developpement durable article
A découvrir :