Rosa Tapioca, projet de recupère-couleurs

Rosa Tapioca, projet de recupère-couleurs

Rosa Tapioca… Rien que le nom sent bon le printemps, l’été et inspire de jolis rêves couleur pastel. Rosa Tapioca est une manufacture de mode française mais surtout l’emblème d’un joli projet made in France, très local, celui d’un récupère-couleurs. Rien que ça !

Rosa Tapioca : le naturel et le local avant tout

Aujourd’hui, Rosa Tapioca est une manufacture de mode 100 % française. Les collections sont définies comme écologiques, laissant la part belle au local.

Rosa Tapioca est l’oeuvre d’Aurelia Wolff et de son équipe. Une formation en modélisme en poche et tout droit sortie du London College of Fashion, la créatrice suit le parcours de ses aînées et notamment de Rosa, couturière de la famille. En 2008, Rosa Tapioca est créée et propose aujourd’hui des lignes féminines et poétiques.

Aurelia travaille beaucoup sur la sélection et le recyclage des matières, la réduction de l’impact environnemental de ses collections, sur les fibres organiques et recyclées et met un point d’honneur à tout réaliser à échelle locale.

Pour aller plus loin, la marque ambitionne prochainement de proposer des pièces teintées à la teinture végétale écologique.

Du Dye-Lab à KissKiss BankBank

La teinture végétale écologique à échelle semi-industrielle, c’est aujourd’hui un beau projet. Pour échanger et apprendre, le Dye-Lab a été ouvert, une plateforme d’informations et d’échanges sur le sujet. Dans cette même lignée intervient le projet de récupère-couleurs, une machine de teinture et d’extraction de pigments.

Le récupère-couleurs : qu’est-ce que c’est ?

Techniquement, le récupère-couleurs prend la forme d’une cuve, équipée d’un système de chauffe, de filtration et de circulation. L’extraction des pigments permet de teinter les vêtements doucement et durablement.

Mais à partir de quoi fabrique-t-on des teintures écologiques ? Pour Rosa Tapioca, les sources sont nombreuses : fleurs, thé, plantes, café, fanes de carottes et tout ce qui est végétal, coloré et surtout local !

*

La suite p.2> Récupère-couleurs : pourquoi c’est écologique