Il a planté une forêt à lui seul

Il a planté une forêt à lui seul
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

Voici l’histoire digne d’un conte ou d’une vieille légende indienne. C’est celle de Payeng, un homme qui n’a jamais voulu renoncer. Depuis plus de 30 ans, il fait pousser des arbres sur un simple banc de sable. Devenu une véritable arche de Noé, le petit havre de paix de Johrat s’est transformé en refuge pour plusieurs animaux, dont des tigres du Bengale et des rhinocéros menacés d’extinction.

Payeng, l’homme de la forêt

payengL’histoire commence il y a plus de 30 ans sur l’île de Majuli, en Inde. La petite étendue de sable flottant sur la rivière est régulièrement victime de fortes crues, qui pourraient causer sa perte en quelques décennies à peine.

Payeng qui vit là-bas avec sa famille a eu le choc de sa vie, lorsqu’il découvrit un jour de l’année 1979 des centaines de milliers de corps inanimés de serpents gisant sur sur le sol : « Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait pas d’arbres pour les protéger. Je me suis assis et j’ai pleuré sur leurs corps sans vie. C’était un carnage. J’ai alerté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont dit d’essayer de planter des bambous. »

Si la plupart d’entre nous auraient sans doute baissé les bras, Payeng lui s’est plutôt retroussé les manches. Le jeune homme âgé alors de 16 ans à peine s’est effectivement attelé à la tâche qui deviendra l’oeuvre de toute une vie.

Il commença à planter des bambous, un par un. Au bout de quelques années de travail en solitaire, le banc de sable est devenu une petite forêt de bambous. Payeng ne s’est pas arrêté là. « J’ai alors décidé de faire pousser de vrais arbres. J’en ai ramassé et je les ai plantés. J’ai aussi rapporté des fourmis rouges de mon village : les fourmis rouges changent les propriétés du sol. J’ai été piqué plusieurs fois ».

L’Arche de Payeng, un refuge pour la faune et la flore

rhino_java1C’est alors que Payeng a recrée un véritable écosystème : d’autres végétaux se mirent à pousser, des oiseaux migrateurs sont arrivés ainsi que des espèces menacées comme le rhinocéros ou le tigre du Bengale, attirés par le bétail venu en masse.

Ce qui est incroyable c’est que cette oasis soit restée inconnue des autorités pendant 30 ans. Le ministère des Forêts eut vent de cet endroit en 2008, lorsqu’un troupeau d’une centaine d’éléphants y a trouvé refuge après avoir détruit des villages sur leur passage, et la cabane de Payeng.

“Nous avons été surpris de trouver une forêt aussi dense sur le banc de sable. Les gens du coin dont la maison avait été détruite par les pachydermes voulaient abattre ce bois, mais Payeng leur a dit qu’il faudrait le tuer d’abord. Il traite les arbres et les animaux comme si c’étaient ses enfants. Quand on a vu ça, on a décidé de contribuer au projet. Payeng est incroyable. Ça fait trente ans qu’il est là-dessus. Dans n’importe quel autre pays, il serait un héros.”

Cette histoire incroyable d’un seul homme capable de changer le monde a de quoi être saluée !

*

Je réagis

Source : The Times of India -The man who made a forest

D’autres portraits de héros de la biodiversité :

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


126 commentaires Donnez votre avis
  1. Un grand homme comme il en faudrait plus ! Bravo à vous Payeng, vous êtes un modèle d’inspiration pour nous tous. Merci pour cette leçon de vie et de générosité.

  2. 1000 bravo à cet homme. Ce sont les gouvernements qui devraient soutenir et créer de telles actions. Il faudrait une gouvernance mondiale sur la protection de la planète pour empêcher les désastres qui sont en train de se produire indépendamment des gouvernements ou avec leur accord tacite.

  3. j’ai tjrs cru que qlqun le fera..tt le monde doit retrousser les et faire comm

  4. partout les hommes ne pensent qu’a profiter de cette nature génereuse:en abattant des arbres pour différentes raisons ,peu pensent à replanter,j’ai a mon niveau ,réalisé une plantation forestère de 2500 arbres,chacun peut et doit réaliser son rève,comme Payeng qui auraient bien mérité d’être honoré pour avoir oeuvré pour le bien commun,MERCI à lui

  5. Bravo Monsieur MAIS ne serons que quelques uns a nous lire car je ne pense pas que cette belle personne ait un ordi dans Sa forêt.

  6. ça c’est un bon exemple, beaucoup de courage et de détermination. si tout le monde pouvait voir l’avenir ainsi.

  7. Bel exemple de foi, mais ce n’est pas le seul, ce qui est exemplaire dans ce genre d’histoire, c’est que bien souvent ce sont des pratiques de préservations des sols des anciens qui sont le fruit d’une réflexion d’un homme ou groupe d’homme qui remettent au gout du jour des pratiques ancestrales de gestion du sol ou de l’eau, ils n’ont aucuns diplomes mais un sens et un respect de bonne pratique que bien souvent hélas le monde moderne à oublier. Le respect de la vie est bien souvant plus profitable à tous. Détruire un écosystème, est bien souvent hélas une vue à cour terme d’un intéret sans respect des usages passés…

  8. Merci pour ton courage Payeng et Bravo pour son amour et respect à l’environnement

  9. JE VOUS TIRE BAS MON CHAPEAU MONSIEUR

    AVEC DES GENS COMME VOUS LE MONDE SERAIT SUREMENT BEAUCOUP PLUS HUMAIN

    MES RESPECTS

  10. Cet homme est extraordinaire. Il fait partie des rares humains à avoir compris, combien il est important et indispensable de planter des arbres. Nous sommes habitués à des nouvelles beaucoup moins joyeuses.
    Cet homme nous donne l’envie de sourire.
    Merci de nous avoir fait partager cette superbe histoire.

  11. Wow… c’est incroyable… merci à cet homme pour sa générosité envers la nature et la biodiversité…

  12. Bravo, Bravo pour son amour et son immense respect à l’environnement … il a tout compris !! le plus beau c’est qu’il a agit, il a fait, il a cru … le Prix Nobel pour quand ?

  13. Bravo, Bravo pour son amour et son immense respect à l’environnement … il a tout compris !! le plus beau c’est qu’il a agit, il a fait, il cru … Prix Nobel pour quand ?

  14. RESPECT !

  15. Merci Payeng pour ton courage et ta persévérance, je suis un peut comme toi mais en beaucoup plus petit, j’aime planter et créer des jardins, presque chaque jours je plante quelque chose simplement pour le plaisir de voir grandir la nature.
    Merci Merci si les gens au lieu de faire la guerre plantaient quelque chose chaque jours, il n’y aurait plus de guerre et tout le monde auraient a manger.
    Merci Merci

  16. Je suis un acteur de l’environnement et j suis très ému par le travail remarquable de Payeng. Tout cela montre que Payeng a vraiment de l’amour pour l’environnement.Nous sommes une association et nous luttons énergiquement pour la protection des espèces menacées de disparition et nous encourageons les jeunes et les moins jeunes de toutes les couches sociales pour la protection du principe de Noé

  17. Thanks for shnrgai. What a pleasure to read!

  18. ADMIRATION!!!

  19. « Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d‘une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d’erreurs, devant un caractère inoubliable. »

    Jean Giono

  20. je viens de lire avec beaucoup d’admiration cette incroyable histoire, je m’incline de respect devant cet homme d’un foi exceptionnel et d’un courage particulier.

  21. si certain gouvernement écoutait les humbles ….

    • Cà fait tellement de bien de pouvoir admirer quelqu’un , respect total et merci pour tout,mr Payeng , vous avez toute notre admiration , vous rendez à l’humain une dignité à laquelle on a du mal à croire aujourd’hui, que l’on raconte vos exploits partout sur notre planète et surtout que l’on vous donne les moyens de conduire tous vos projets.

Moi aussi je donne mon avis