Il a planté une forêt à lui seul

Il a planté une forêt à lui seul

Voici l’histoire digne d’un conte ou d’une vieille légende indienne. C’est celle de Payeng, un homme qui n’a jamais voulu renoncer. Depuis plus de 30 ans, il fait pousser des arbres sur un simple banc de sable. Devenu une véritable arche de Noé, le petit havre de paix de Johrat s’est transformé en refuge pour plusieurs animaux, dont des tigres du Bengale et des rhinocéros menacés d’extinction.

Payeng, l’homme de la forêt

payengL’histoire commence il y a plus de 30 ans sur l’île de Majuli, en Inde. La petite étendue de sable flottant sur la rivière est régulièrement victime de fortes crues, qui pourraient causer sa perte en quelques décennies à peine.

Payeng qui vit là-bas avec sa famille a eu le choc de sa vie, lorsqu’il découvrit un jour de l’année 1979 des centaines de milliers de corps inanimés de serpents gisant sur sur le sol : « Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait pas d’arbres pour les protéger. Je me suis assis et j’ai pleuré sur leurs corps sans vie. C’était un carnage. J’ai alerté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont dit d’essayer de planter des bambous. »

Si la plupart d’entre nous auraient sans doute baissé les bras, Payeng lui s’est plutôt retroussé les manches. Le jeune homme âgé alors de 16 ans à peine s’est effectivement attelé à la tâche qui deviendra l’oeuvre de toute une vie.

Il commença à planter des bambous, un par un. Au bout de quelques années de travail en solitaire, le banc de sable est devenu une petite forêt de bambous. Payeng ne s’est pas arrêté là. « J’ai alors décidé de faire pousser de vrais arbres. J’en ai ramassé et je les ai plantés. J’ai aussi rapporté des fourmis rouges de mon village : les fourmis rouges changent les propriétés du sol. J’ai été piqué plusieurs fois ».

L’Arche de Payeng, un refuge pour la faune et la flore

rhino_java1C’est alors que Payeng a recrée un véritable écosystème : d’autres végétaux se mirent à pousser, des oiseaux migrateurs sont arrivés ainsi que des espèces menacées comme le rhinocéros ou le tigre du Bengale, attirés par le bétail venu en masse.

Ce qui est incroyable c’est que cette oasis soit restée inconnue des autorités pendant 30 ans. Le ministère des Forêts eut vent de cet endroit en 2008, lorsqu’un troupeau d’une centaine d’éléphants y a trouvé refuge après avoir détruit des villages sur leur passage, et la cabane de Payeng.

“Nous avons été surpris de trouver une forêt aussi dense sur le banc de sable. Les gens du coin dont la maison avait été détruite par les pachydermes voulaient abattre ce bois, mais Payeng leur a dit qu’il faudrait le tuer d’abord. Il traite les arbres et les animaux comme si c’étaient ses enfants. Quand on a vu ça, on a décidé de contribuer au projet. Payeng est incroyable. Ça fait trente ans qu’il est là-dessus. Dans n’importe quel autre pays, il serait un héros.”

Cette histoire incroyable d’un seul homme capable de changer le monde a de quoi être saluée !

*

Je réagis

Source : The Times of India -The man who made a forest

D’autres portraits de héros de la biodiversité :

Réagissez :
Donnez votre avis

Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une vraie philosophie de vie et je suis heureuse de constater qu'autour de moi, beaucoup sont convertis :o)

154 commentaires Donnez votre avis
  1. peace …………………….

  2. tu es un magnifique homme . Bravo ! bravo ! bravo !; Longue vie à toi

  3. Nous ne pouvons qu’applaudir cette belle et courageuse initiative en 2015, cette année internationale des sols.
    La restauration de la biosphère, gravement dégradée, passe par celle des sols.
    C’est aussi le point de départ pour la maîtrise des changements climatiques.
    Il est plus que temps de lancer à l’échelle mondiale un vaste programme de gestion durable de la biomasse qui équivaut à la restauration de la teneur en humus des sols.
    Cette démarche passe par l’abandon rapide des techniques suicidaires de destruction massive de la biomasse comme:
    – L’épuration des eaux usées (le « tout à l’égout »);
    – La fabrication des bio-carburants, des pellets et du bio méthane;
    – La « ruée » vers les énergies « dites vertes » par combustion de la biomasse à grande échelle n’est qu’illusion …et investissements colossaux impossibles à amortir car les détenteurs de ces « déchets », prennent de plus en plus conscience de leur valeur. Ils ne sont donc plus disposés à payer pour s’en débarrasser…depuis peu, ils ne les cèdent qu’au plus offrant des gestionnaire de « bio » méthaniseurs en manque de « nourriture » de qualité pour alimenter leurs installations extrêmement complexes à gérer qui seraient toutes en faillite sans les subsides de toutes sortes !!

  4. Chapeau bas pour ce monsieur; dommage que se soit si rare.
    Toutes mes félicitations, en espérant que la faune sera en sécurité.

  5. Salut il n’est pas le seul à le faire il y a également un africain qu’il la fait en Afrique voila

  6. Thank you Paying for what you did. If only more people could plant a seed like you. I am impressed with what you accomplished. Thank you for the bottom of my heart.

  7. Grand bravo à Payeng c’est un géni de l’écologie et de l’ingéniosité
    Ils sont si rares des gens comme lui, félicitations

  8. Merci Annabelle pour ce très bel article. Vraiment super.
    C’est l’occasion de voir et revoir « L’homme qui plantait des arbres », de Jean Giono, mis en film d’animation tout en finesse par le canadien Bach, et raconté avec la voix de Philippe Noiret. Magnifique, simple et émouvant.
    C’est le moment aussi de soutenir les initiatives et associations qui travaillent dans le même sens.

  9. Je suis admirative devant la détermination et la ténacité de cet homme qui agit seul, Chapeau et Merci, Payeng! Vous donnez beaucoup d’espoir de changement à notre société!

  10. Magnifique histoire. Merci!

  11. Chouette

  12. Bravo, Mr .Cet homme est ce qui manque le plus à nôtre terre.

  13. M E R C I à cet HUMAIN DIGNE et si RESPECTUEUX de TOUS cette QUALITE MAJEURE qui permet l’EQUILIBRE PRESERVE en tout. Il est SI INTELLIGENT et fait ainsi remarquer que l’IGNORANCE a des CONSEQUENCES MORTELLES. BIEN à VOUS TRES CHER MONSIEUR P A Y E N G VOUS avez les BONNES APTITUDES pour REMPLACER ceux du « G20″, …

    • Très d’accord avec votre façon de voir,Franca, mais je crains ue ceux du  » G20 et autres décideurs puissants fassent tout pour ne pas se laisser détrôner…! Heureusement, Payeng n’est pas le seul à « faire changer le monde! Et si chacun de nous s’y mettait – à sa mesure.., hein?

  14. Merci ami lointain pour ce travail magnifique.
    Ton Histoire devrait passer sur les chaines et radios du monde entier.

  15. Magnifique !!! La preuve qu’il est possible de rendre le sol fertile même là ou on ne l’attend pas ! Bravo Payeng tu es un grand sage !

  16. Bravo, Mr .
    Cet homme est ce qui manque le plus à nôtre terre.

  17. Je vote tout de suite pour que cet homme rentre au gouvernement:
    – pour ses capacités
    – pour des économies certaines
    – pour la sagesse qui manque à nos dirigeants.
    Je valide.

  18. magnifique. et le déclencheur (la mort des serpents) très fort. les hommes qui plantent des arbres sont des sages. lire et relire « l’homme qui plantait des arbres » de jean giono. il y a même une merveilleuse animation qui accompagne la lecture à haute vois de ce court roman de sagesse, sous ce titre, sur youtube.

  19. Protégeons et aidons tou(te)s les hero(ïne)s tel(le)s que Payeng. Que tout le monde ait cette constance à PRÉSERVER notre monde, plutôt que de vouloir en tirer satisfaction immédiate et causer sa destruction.

  20. Payeng tu es un bijou
    tu as compris l’interférence entre les ètres vivants
    et tu a résisté face à l’inertie des autorités
    tu as fait un travail merveilleux

Moi aussi je donne mon avis