Le méthanol :carburant de l’avenir ?

Les réserves de pétrole s’épuisent progressivement. Pour préserver l’environnement, des solutions alternatives aux énergies fossiles se développent. Bien que les carburants de substitution soient disponibles depuis de nombreuses années notamment au Canada, ils occupent aujourd’hui une place importante dans les stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le méthanol, carburant alternatif

  • Le méthanol est utilisé de plus en plus dans de nouvelles applications telles que la dénitrification des eaux usées, le biodiesel, les mélanges d’essence et les piles à combustible (= pour alimenter des téléphones portables ou des ordinateurs, pour les futures voitures électriques…)

methanol

Les carburants de remplacement à basse teneur en carbone sont particulièrement intéressants. Le méthanol, cousin de l’éthanol, peut être produit à partir de multiples ressources de biomasse contenant du carbone comme le bois, les algues et le charbon. Actuellement, le méthanol est fait principalement à partir du gaz naturel, ou de méthane.

Mais le méthanol, tout comme l’éthanol, est un carburant liquide à haut rendement. Tous les principaux constructeurs d’automobiles ont déjà produit des véhicules qui fonctionnent au "M85", un mélange de méthanol à 85 % et d’essence à 15 %.

Les véhicules alimentés au méthanol pur (M100) permettent une meilleure qualité de l’air et une plus grande efficacité énergétique que ceux fonctionnant au M85 ; cependant, le fait que le M100 brûle avec une flamme invisible entraîne un souci de sécurité. De plus, on se pose des questions concernant la contamination des eaux souterraines.

  • L’utilisation du M85 tiré de sources renouvelables permet d’avoir environ 78 % moins d’émissions de CO2 qu’avec l’essence traditionnelle.

En dépit de son contenu énergétique moins élevé que l’essence, le méthanol brûle plus proprement et avec plus d’efficacité. Les émissions de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures, d’oxydes d’azote et de particules générées par les véhicules alimentés au méthanol sont moins élevées que celles des véhicules à essence. 

methanol

D’ailleurs, dans une étude diligentée par Vägverket (l’Administration nationale des routes en Suède), le méthanol issu de matières premières forestières a été désigné comme principale option au remplacement de l’essence.

En revanche, les émanations de formaldéhyde, cancérigènes connus, peuvent être plus élevées. Les émissions de GES causées par la production et l’utilisation de méthanol tiré de sources renouvelables sont beaucoup plus faibles que celles générées par le méthanol produit à partir du gaz naturel comprimé (GNC).

Le méthanol obtenu à partir des matières organiques constituant un bio-alcool, pourrait-il alors vraiment s’avérer être un bon substitut alternatif et renouvelable aux hydrocarbures pétrolières ?

Lire également