Fonte du plus gros glacier français !

Le réchauffement climatique continue de faire des siennes. La calotte Cook, le plus gros glacier en territoire français situé aux îles Kerguelen, à 12 000 km de la France, dans l’océan Indien austral a perdu 22 % de son volume en 40 ans, alors que la vitesse de diminution de sa surface a doublé depuis 1991…

Une fonte spectaculaire

Des résultats inquiétants qui ont été mis au jour par les glaciologues du laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiale. Ils ont recoupé des informations historiques via des données satellitaires.

  • La calotte Cook perd près d’1,5 mètre de glace par an !

Selon Etienne Berthier, du Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS) : "les bilans de masse qu’on a l’habitude de voir, même dans des régions comme l’Alaska ou dans les Alpes ces 10 dernières années sont de l’ordre de un mètre par an"…

fonte de la calotte cookEn surface, "la perte de glace était de l’ordre de 1,9 km2 par an entre 1963 et 1991 et a augmenté pour atteindre 3,8 km2 par an après cette date", selon l’étude des chercheurs du LEGOS et leur collègue Raymond Le Bris, de l’université de Zurich.

Outre le réchauffement consécutif au petit âge de glace (1650-1850), c’est la réduction des précipitations sur l’archipel de Kerguelen qui a également participé au recul de la calotte. Toutefois, l’accélération actuelle des pertes de surface et d’épaisseur ne peut pas être due au réchauffement consécutif à la fin du petit âge de glace mais est la conséquence du réchauffement récent, selon M. Berthier.

>>>La fonte des glaciers et la montée des eaux sont sans aucun doute les premières conséquences du réchauffement terrestre, dont on attend aussi des répercussions plus globales sur tous les climats de la planète.

Le saviez-vous ?

  • En France, la durée d’enneigement en montagne a diminué de 25 à 40 % à 1.500 mètres d’altitude.
  • Le suivi des 30 glaciers de référence aux quatre coins du monde indique que la fonte moyenne des glaciers a presque triplé entre 2004 et 2006, passant de 0,5 m à 1,4 m par année.

Lire également