L’Europe refroidie par le réchauffement et la fonte de la banquise

L'Europe refroidie par le réchauffement et la fonte de la banquise

L’Europe qui a plus froid parce-que le climat mondial se réchauffe. C’est l’effet paradoxal du réchauffement. Selon une étude britannique publiée dans la revue scientifique Nature Geoscience en 2012, le réchauffement climatique risque de refroidir l’Europe car l’eau douce qui s’accumule dans l’océan Arctique pourrait venir nous priver des effets cléments du Gulf Stream.

Le réchauffement risque de refroidir l’Europe

Des chercheurs de l’University College de Londres et du Centre national d’océanographie de Southampton et dirigée par Katharine Giles, ont démontré la présence d’une énorme quantité d’eau glacée sous la banquise, dans l’ouest de l’océan Arctique. Leur étude qui s’appuie sur les données accumulées par 2 satellites européens, Envisat et ERS-2, montre que cette gigantesque masse d’eau douce grandit régulièrement avec la fonte de la banquise. Cette réserve, sorte de bassin ou piscine glacée, serait en majorité alimentée par les cours d’eau, mais aussi par la fonte des glaces accélérée par le réchauffement climatique.

banquise arctique en 1978

La banquise arctique en 1978

La fonte des glaces aurait gagné 15 centimètres et pas moins de 8 000 kilomètres cubes depuis 15 ans. Autrement dit, environ 10 % du total de l’eau douce  contenue dans l’océan Arctique provient de la fonte des glaciers.

D’après les chercheurs, cette étendue d’eau douce se regroupe à cet endroit sous la forme d’un dôme qui se constitue sous l’influence des courants marins et des vents de surface. Ces puissants vents arctiques accéléreraient le gyre de Beaufort, qui est un immense ensemble de courants océaniques qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, et qui favorise le stockage de l’eau dans cette zone.

Le Gulf stream affaibli par le réchauffement

rechauffement glaciersSi le régime des vents changeait, cela pourrait finir par modifier  ce phénomène d’accumulation de l’eau.  Pour simplifier, le sens actuel du tourbillon a pour effet de concentrer l’eau en son centre. Avec des vents qui changeraient de sens, l’eau serait repoussée vers l’extérieur, c’est dire vers … l’Europe notamment. Ainsi le gigantesque volume d’eau s’écoulerait dans tout l’Atlantique nord. L’impact serait un très net affaiblissement du Gulf Stream, courant chaud qui assure à l’Europe, à latitudes égales, un climat bien plus doux que d’autres régions du monde situées au même niveau (comme au Canada par exemple).

De plus, les chercheurs craignent que la fonte de la banquise arctique n’accroisse l’effet des vents dominants sur le gyre océanique. Dans cette cas précis, la glace qui avait jusqu’alors fait écran entre l’eau et l’air perdrait son influence. Avec quel effet à long terme ? C’est que désormais vont chercher à déterminer les chercheurs britanniques.

*