L’eau : les techniques d’irrigation en action

A l’échelle mondiale, l’agriculture irriguée consomme plus de 70 % des ressources en eau, ce qui est énorme. En France, l’eau utilisée pour l’agriculture représente en moyenne annuelle environ 50 % de l’eau consommée (80 % en période sèche).

Quand on sait que la majeure partie de toute cette eau est perdue par évaporation avant même d’avoir servi…

Les techniques modernes d’irrigation

Developpement durable articleAujourd’hui, on tente une gestion plus rationnelle de la ressource. Du coup, des techniques modernes d’irrigation, plus sophistiquées mais aussi plus efficaces sont mises en oeuvre pour permettre de diminuer notre consommation d’eau.

Elles peuvent aussi être automatisées, et pilotées à l’aide d’appareils de mesure de l’état d’humidité des sols, de l’état hydrique des plantes, qui permettent de connaître avec précision à quel moment il est le plus judicieux d’arroser.

De plus, l’automatisation gérant très précisément les doses à apporter, elles permettent ainsi une économie en eau (les positions sont plus courtes, mais les rotations plus rapides).

Aujourd’hui, du plus archaïque au plus perfectionné, les systèmes d’irrigation sont diversifiés.

Parmi les plus efficaces :

  • la couverture intégrale,
  • le goutte-à-goutte
  • l’aspersion.

Trois techniques qui permettent de réduire considérablement la consommation d’eau d’irrigation mais nécessitent une infrastructure coûteuse, ce qui en limite nécessairement l’usage dans les pays pauvres.

La couverture intégrale

Developpement durable articleC’est la méthode d’arrosage la plus ancienne qui, grâce à l’utilisation des matériaux modernes comme le polyéthylène retrouve ses lettres de noblesse. Elle s’adapte facilement partout.

Elle peut être automatisable, mobile, ou enterrée avec une remontée télescopique à chaque arroseur.