Votre consommation en 2010 : mieux mais pas moins !

Qui dit crise économique dit forcément baisse de notre consommation ? A en croire la 21ème et édition de
l’Observatoire Cetelem, il s’agit bien là d’une idée reçue : la volonté des consommateurs ne serait pas de consommer moins mais mieux.

Prise de conscience écologique, recherche de bien-être, développement du marché de l’occasion…. : l’heure n’est pas à la «décroissance» mais à des comportements de consommation plus responsables.

  1. Mieux consommer : la rationalisation des achats
  2. La consommation verte : un phénomène bien réel
  3. Le marché de l’occasion en plein essor
  4. Occasions et bons plans : le phénomène Internet
  5. Interview avec Pascal Roussarie

Mieux consommer : la rationalisation des achats

Developpement durable article

L’heure est à la rationalisation du mode de consommation” : une des phrases clés de cette étude menée dans 12 pays d’Europe. En France, les intentions d’épargne sont ainsi à la hausse et même désormais supérieures aux intention de consommer. Ce qui ne signifie pas consommer moins mais consommer mieux, avec la recherche du meilleur rapport qualité/prix :

  • 73 % des Français pensent que la crise va certainement ou probablement modifier leur façon de consommer ;
  • le prix et la qualité du produit sont les 2 premiers critères qui orientent le choix des consommateurs, mais plus de la moitié des répondants affirme que le caractère équitable et le coût écologique du produit influencent désormais leur comportement d’achat.

Si la crise a fini d’installer durablement les concepts de low-cost et de hard discount, l’heure est avant tout au mieux vivre, et avec une véritable prise de conscience écologique.

La consommation verte : un phénomène bien réel

PDeveloppement durable articleapier recyclé, produits d’économie d’énergie et / ou d’eau, produits bio et / ou locaux… : leurs achats sont de plus en plus répandus. Par exemple, 63 % des Européens disent avoir déjà utilisé du papier recyclé et 40 % réaliser des petits aménagements domestiques écologiques.

L’achat de produits écologique reste très minoritaire.

Par contre, la majorité n’est pas encore prête à faire des investissements lourds, tels que l’achat d’une voiture propre, ou à renoncer à son confort en faveur de l’écologie. Car consommation verte doit aussi être synonyme de bien-être…  La consommation écologique ne représenterait en 2010 que 2,4 % du commerce de détail en Europe…

La victoire des produits bio sur les produits équitables

37 % des Français disent avoir déjà acheté des produits bio alors que seulement 9 % disent avoir déjà acheté des produits équitables ou socialement responsables. :

  • l’achat de produits issus du commerce équitable reste ainsi encore un geste occasionnel, plus des 2 tiers des consommateurs jugeant leur prix trop élevé et l’offre insuffisante.
  • A l’inverse ils sont prêts à payer plus pour des produits bio, perçus comme meilleurs non seulement pour l’environnement mais aussi pour leur bien-être personnel.