Bientôt des hydroliennes dans la Seine ?

Dans le cadre de son Plan Climat 2020 adopté en 2007, la Mairie de Paris ne cesse d’envisager de nouvelles pistes pour augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation de la capitale. Dernière en date et pas la moins étonnante, : l’installation d’hydroliennes dans la Seine d’ici le printemps 2011.

Des hydroliennes dans la Seine, c’est sérieux …

Après avoir mené une étude de concert avec les Voies Navigables de France, le service « écologie » de la Mairie a en effet annoncé avoir identifié 4 sites adéquats à la production hydroélectrique.

  • Huit ponts ont été examinés pour accueillir les turbines (ou hydroliennes) nécessaires, mais seuls la moitié a été retenue : les ponts de Garigliano, de la Tournelle, le Pont au Change et le pont Marie. Ces emplacements ont été sélectionnés car le courant s’y accélère légèrement, ce qui favorise la production d’électricité.
  •  La Mairie a ensuite lancé un appel d’offre aux compagnies d’énergie pour installer deux hydroliennes entre les arches de chacun de ces ouvrages.

Hydroliennes

EDF s’est déjà déclarée « intéressée » par le projet. L’entreprise publique et les autres postulants ont jusqu’à l’automne pour soumettre leur projet, et le nom du lauréat sera connu en janvier. Les turbines sont donc sensées être installées pour le printemps prochain. Voilà pour la théorie.

Hydroliennes ; les incertitudes 

En pratique, le rendement de ces quelques hydroliennes est encore inconnu, bien que la faible vitesse des courants de la Seine (moins de 1,0 mètre par seconde) laisse présager une production électrique très faible.

Hydrolienne

Ainsi, selon la Mairie elle-même, l’objectif n’est pas énergétique mais symbolique  : il s’agit de rappeler aux Parisiens l’importance des énergies renouvelables.

Aux parisiens qui s’inquiètent, la Mairie rappelle que les installations de turbines seront essentiellement sous-marines et ne défigureront pas la Seine, ce fleuve qui avait inspiré Monet, Matisse et Turner – entre autres.

La Mairie précise également dans son appel d’offres que les installations ne doivent pas entraver la circulation fluviale, et que le financement et les frais de fonctionnement des hydroliennes sont entièrement à la charge du lauréat. La Mairie se contentera de louer les emplacements à l’entreprise (pour 550€ par an et par emplacement).

Cette action essentiellement pédagogique s’inscrit en parallèle avec quelques autres projets lancés par la Mairie : l’installation de mini-éoliennes sur la Maison de l’air, la géothermie dans le 19ème ou l’installation des vélibs’.

Hydroliennes ; pédagogie ou gadget ?   

Autant de mesures expérimentales qui, si elles ne permettront à priori par de remplir les objectifs du plan climat 2020, montrent un certain volontarisme de Paris. Mais beaucoup de spécialistes soulignent le coté gagdet de l’initiative : le débit de la Seine de 1m /s serait trop faible pour justifier une hydrolienne dont la puissance sera très petite.

Un courant de 2 à 3 ms est nécessaire pour une production d’environ 120 kW… affirme la société Sabella, leader français des hydroliennes. Les futures hydroliennes du St-Laurent au Canada auront cette puissance fin 2011.

Source : le site de la Maire de Paris sur paris.fr et l’appel d’offre officiel  

Lire également sur les énergies renouvelables