Ampoules basse conso, le guide d’achat

Maison et éclairage : les conseils pour chaque pièce

Zoom

consoGlobe vous recommande aussi...


Jean-Marie fonde consoGlobe en 2005 avec le service de troc en ligne, s'occupe de .... ? un peu de tout en fait. :)Il convertit ses proches, sa famille à l'écologie pratique à la maison, à l'école. Lecteur acharné, fan de SF, de BD, auteur de thrillers (Les confiscateurs), ou d'ouvrages sur le marketing, il manque toujours de temps pour partager ses idées comme il le voudrait. Il a également lancé le site et le projet citoyen Professionnel d'un jour, pour aider les lycéens et étudiants à trouver leur voie. Il est l'auteur de l'"Absolu marketing" aux Editions Kawa.

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Aurelie tu ne crois pas que c’est nous

  2. Wesh la banane !

  3. goudou goudou goudou goudaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  4. bonsoir

  5. Bonjour,
    Je me permets de vous faire connaître une découverte, c’est un produit en cours de lancement par des jeunes diplômés canadiens, une ampoule qui optimise le rendement des Leds, et aui n’a jamais consommé aussi peu. Je vais en acheter une pour ma part:
    kickstarter.com/projects/619878070/nanolight-the-worlds-most-energy-efficient-lightbu

  6. Bonsoir,
    Juste une question :
    D’aprés l’oms la concentration du mercure dans l’eau ne doit pas dépasser 0.5 microgrammes par litre.
    et je vois que dans une ampoule basse consommation il y en à ‘quelques » milligrammes de mercure, ce qui fait « quelques » milliers de microgrammes de mercure,
    mais alors mille ampoules, ça fait « quelques » millions de microgrammes ainsi de suite alors les déchets quand elle sont grillées?
    Bien sûr comme c’est pas du tout surveillé je suppose que, discipliné,chacun ramène son ampoule et que les gens qui les déchets d’ampoule ne perdent rien en route parce que le mercure d’une ampoule dans un litre d’eau ça fait quand même « quelques milliers de fois plus que la norme de potabilité.Il faut surtout pas la perdre.
    Je suppose que c’est pas le même mercure ?

  7. Les objectifs de cette décision, qui constitue par ailleurs un engagement du Grenelle de l’environnement, sont tout d’abord d’ordre écologique : le remplacement programmé devrait permettre d’économiser 8 térawatts-heure (8 milliards de kWh) par an à l’horizon 2016, soit deux fois la consommation électrique de Paris. « Il évitera par ailleurs l’émission de près de 1 million de tonnes de CO2 chaque année », selon Bruno Lafitte, ingénieur à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

    Car côté efficacité énergétique, les lampes basse consommation (LBC) affichent des performances à faire pâlir de jalousie leurs voisines à incandescence : elles convertissent en lumière 40 % de l’énergie électrique qu’elles consomment, contre 5 % pour les lampes à filament. En moyenne, les fluocompactes de 12 W possèdent ainsi le même flux lumineux, de 740 lumens, que des incandescence de 60 W. Résultat : elles affichent 80 % d’économies d’énergie au compteur.

  8. Je viens de découvrir cette info : 3,8 millions de ménages consacrent plus de 10% de leurs ressources à leurs factures d’énergie … vive les ampoules basse conso !

Moi aussi je donne mon avis