Les agrocarburants, un danger pour l’écosystème ?

Suite de notre zoom sur l’impact environnemental des agrocarburants et de leurs remises en causes par de récentes études scientifiques.

Les agrocarburants, la nature sacrifiée ?

Les agrocarburants utilisés en Europe sont  issus principalement de soja du Brésil, d’Argentine et des Etats-Unis, et ont de lourdes répercussions sur ces pays producteurs.

Les terres monopolisées par le développement progressif des agrocarburants, dont le soja, entraîneraient ainsi :

  • la disparition de cultures agricoles existantes,

Ainsi, l’expansion des agrocarburants provoque le sacrifice de  forêts tropicales, forêts sèches et tourbières. Or, ces milieux stockent d’impressionnantes quantités de carbone qui, au moment de leur transformation en champs d’agrocarburants, sont libérées dans la biomasse ou dans le sol.

Developpement durable article

Évidemment, ce constat concerne l’ensemble des pays revendiquant actuellement le recours aux agrocarburants.

Le coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre France, Sébastien Godinot, ajoute : "En France également, le gouvernement ne prend pas en compte les changements d’affectation des sols dans ses statistiques. Plutôt que de s’entêter dans cette voie, il devrait se concentrer sur le développement des transports publics et doux, le transfert de la route sur le rail, et la réduction de la vitesse, qui ne comportent aucun risque, contrairement aux agrocarburants. "…

Le saviez-vous ?

  • En 2005, l’UE a produit 3,9 millions de tonnes d’agrocarburants (hausse de 60 % par rapport à 2004).
  • Le Brésil est le premier producteur mondial de bioéthanol, avec près de 13 millions de tonnes produites en 2005, suivi des États-Unis avec 11,8 millions de tonnes produites.
  • L’UE a prévu de faire passer le volume d’oléagineux destinés à la production d’agrocarburants d’un peu plus de 10 millions de tonnes en 2006 à 21 millions de tonnes en 2016.

Les agrocarburants carburent à l’eau…

La culture des agrocarburants issus du maïs ne fait pas qu’entrer en concurrence avec la culture alimentaire : elle est aussi très consommatrice en eau, selon une étude américaine parue le 10 mars dans la revue Environmental science and technology. Les chercheurs ont analysé les besoins en eau pour produire 1 litre de bioéthanol, de la culture du maïs à la pompe, dans 41 Etats entre 2005 et 2008 :

  • la consommation en eau pour produire 1L de bioéthanol varie de 5 (Ohio) à 2138 litres (Californie) selon les pratiques d’irrigation  (des études précédentes l’ont estimé entre 263 et 784 litres).
  • L’étude indique que la consommation d’eau nécessaire à la production de bioéthanol a augmenté de 246 %, passant de 1900 à 6100 milliards de litres entre 2005 et 2008, alors que la production de bioéthanol en elle-même n’a augmenté «que» de 133 % pendant la même période, passant de 15 à 34 milliards de litres.

Developpement durable article
Et l’avenir n’incite pas à l’optimisme : cette consommation d’eau devrait encore s’accroitre puisque la capacité annuelle américaine de production de bioéthanol devrait atteindre 57 milliards en 2015 contre 34 milliards de litres en juillet 2008. Or 95 % des agrocarburants américains sont issus de la culture de maïs…

*"Water embodied in bioethanol in the United States", Sangwon Suh et al.(Université du Minnesota, Etats-Unis), Environmental science and technology, mars 2009.

Lire également