Voiture électrique : des batteries bientôt moins chères ?

Des chercheurs de l’Université de Stanford étudient les batteries au lithium-sulfide, qui permettraient de stocker plus d’énergie que les classiques batteries au lithium-ion.

Rédigé par Annabelle, le 9 Apr 2013, à 17 h 05 min

La batterie électrique représente le nerf de la guerre en matière d’écomobilité. Si aujourd’hui la batterie lithium-ion est en passe de devenir la technologie standard qui équipe les voitures électriques, elle présente tout de même de sérieux inconvénients notamment en terme de coût et d’autonomie. C’est en contournant ces contraintes que l’on pourra amener les automobilistes à opter pour la voiture électrique. La batterie lithium-sulfide semble une solution envisageable.

Principes et inconvénients de la batterie Li-ion

batterie-pour-voiture-electriqueLa batterie Lithium-ion est le réservoir d’énergie du véhicule électrique. Elle est composée de plusieurs modules contenant chacun 4 cellules dans lesquelles ont lieu les réactions électrochimiques. Le nombre de modules varie selon les besoins en capacité et les contraintes d’architecture.

L’énergie est produite par le déplacement des ions lithium de l’anode en graphite vers la cathode en oxyde métallique.

Si le lithium permet de stocker beaucoup d’énergie, la batterie Li-ion nécessite encore de nombreuses améliorations comme augmenter sa capacité de stockage, diminuer son temps de charge et améliorer sa sécurité.

Egalement, le grand défit à relever pour la batterie électrique est son coût. Des experts estiment en effet que pour rendre l’offre de véhicules électriques attractive et compétitive, il faudrait réduire le coût de leur batterie de 80 %.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

17 commentaires Donnez votre avis
  1. Moi je suis ABASOURDIE que PERSONNE ne dénonce les méfaits du lithium dont les batteries des voitures électriques sont faites. Et pourtant c’est une CALAMITE avec un impact écologique très élevé. Mais bien sûr ici sous nos lattitudes on ne s’en rend pas comptes, et pour ceux qui trouvent que la voiture électrique est une voiture propre demandez-vous comment est-ce qu’on extrait le lithium notamment au Chili, ou d’immenses plaines de pâturage ne ressemblent plus qu’à de vastes déserts oranges et pollués, et les gens qui y vivaient depuis toujours on dû être déplacé, car l’eau n’est plus potable du tout. Et ça ce n’est que la pointe emergée de l’iceberg ! J’avais déjà demandé à consogloble de creuser le sujet….mais force est de voir que rien n’a été fait : ça emmerderait trop de bien-pensants !!! Je suis furax.

  2. La malheureuse évidence physique. Le constat

    Il existe 2 énergies solaires :
    – la calorifique ou vrai chauffant de l’eau très percevable avec les mains ; qui va se nicher seule en haut dans tout réservoir…
    – la fictive dont on peut dire qu’entre elle et le nucléaire il y a 9 zéros. 9 Zéros ! La nucléaire dangereuse est faite par des groupes de 1000 MW Mégawatts chacun 1.000.000 KW KiloWatts 1.000.000.000 de Watts
    – tandis que la photo voltaïque met en jeu des photons sans masse et sans charge par rapport à l’électron… Photons aptes il y a qq années à entraîner une aiguille de mesure de lumière (photographie) donc un panneau de cellule produit des Watts. On perçoit les 9 zéros

    Autre Pb. La cellule photoélectrique dite panneau solaire produit du continu, or le réseau est alternatif 50hz. Il faut donc batterie d’accus pour le stocker. Rien de plus polluant que les accus !
    Fabrication, décharge vers la Tunisie où les ions dangereux ne sont pas.
    Enfin il faut un convertisseur continu =>50Hz, avec une mise en phase si on se connecte sur EdF
    Quelle est la durée de vie de tout ceci, quelles pollutions engendrent ces fabrications de captage et transformations d’énergie virtuelle infime. N’en dépense-t-on pas plus à l’extraction, fabrication, installation etc… que ce qu’on en récolte ? Pourquoi aucune ébauche de tout ceci dans les années lointaines ?

  3. La malheureuse évidence physique. Le constat

    Il existe 2 énergies solaires :
    – la calorifique ou vrai chauffant de l’eau très percevable avec les mains ; qui va se nicher seule en haut dans tout réservoir…
    – la fictive dont on peut dire qu’entre elle et le nucléaire il y a 9 zéros. 9 Zéros ! La nucléaire dangereuse est faite par des groupes de 1000 MW Mégawatts chacun 1.000.000 KW KiloWatts 1.000.000.000 de Watts
    – tandis que la photo voltaïque met en jeu des photons sans masse et sans charge par rapport à l’électron… Photons aptes il y a qq années à entraîner une aiguille de mesure de lumière (photographie) donc un panneau de cellule produit des Watts. On perçoit les 9 zéros
    sans charge par rapport à l’électron… Photons aptes il y a qq années à entraîner une aiguille de mesure de lumière (photographie) donc un panneau de cellule produit des Watts. On perçoit les 9 zéros

    Autre Pb. La cellule photoélectrique dite panneau solaire produit du continu, or le réseau est alternatif 50hz. Il faut donc batterie d’accus pour le stocker. Rien de plus polluant que les accus !
    Fabrication, décharge vers la Tunisie où les ions dangereux ne sont pas.
    Enfin il faut un convertisseur continu =>50Hz, avec une mise en phase si on se connecte sur EdF
    Quelle est la durée de vie de tout ceci, quelles pollutions engendrent ces fabrications de captage et transformations d’énergie virtuelle infime. N’en dépense-t-on pas plus à l’extraction, fabrication, installation etc… que ce qu’on en récolte ? Pourquoi aucune ébauche de tout ceci dans les années lointaines ?

  4. je crois que les capacités des batteries seront aussi limitées par les capacités de recharge. S’il faut 24h pour une recharge à domicile on n’aura plus le temps de rouler avec. Et s’il faut 30mn dans chaque station “électrique”, il n’y aura pas beaucoup de voyageurs à les utiliser ces stations.
    La voiture électrique restera une solution complémentaire aux autres modes de déplacements.

  5. bonjour
    “La batterie électrique représente le nerf de la guerre en matière d’écomobilité”.
    Des nerfs de la guerre pour l’écomobilité il y en a bien d’autres, comme le vélo, les transports en commun et la marche à pied. Oui à l’électricité pour les transports, mais en commun..
    Si on fait des voitures électriques on devrait les réserver au covoiturage, à la colocation, à la voiture partagée. ça veut dire aussi remettre des commerces alimentaires en centre ville, favoriser le télétravail, etc.
    On imagine le scénario : en hiver à 18-20h, toutes les centrales nucléaires et toutes les éoliennes, plus tous les barrages et les panneaux solaires sont sollicités pour répondre à la demande de chauffage et aux voitures électriques, il faut remettre en marche des centrales à gaz et fuel, lesquelles consomment 3 litres pour fournir en électricité l’équivalent de 1litre de carburant…La voiture électrique individuelle participe de la même impasse que la voiture à carburant. Seules quelques voitures hybrides à récupération d’énergie dans les descentes ou au freinage pourraient “tenir la route ” si j’ose dire

    • je me demande si l’énergie est bien optimisée dans les transports en commun. Quand je vois le nombre bus vides ou presque, l’énergie considérable nécessaire aux tgv, je me demande s’il ne faut pas moins d’énergie électrique en voiture.

    • les voitures ne se chargent pas entre 18h00 et 20h00 mais à pendant les heures creuses et aux tarif des heures creuses.

  6. Comment produit-on l’électricité ?

    • Excellente question, c’est ce qu’on appelle la quadrature du cercle, si on passait les véhicules en électrique grande échelle, comment va-t-on suivre pour augmenter la production de façon exponentielle ?

    • et comment produit-on le pétrole ?
      bientôt il n’y en aura plus alors que l’électricité pourra être produite à partir d’une énergie à profusion, le soleil, mais aussi l’eau des barrages, le vent dans les éoliennes, les courants marins,…

  7. Si tout le monde roulait avec une voiture électrique , les centrales même nucléaires ne suffiront pas quel merdier ça fera . Le fonctionnement a l’hydrogène est bien plus approprié et quand Toyota le sortira , les autres constructeurs seront agenoux sauf peut etre B M W qui travaille la dessus depuis des années , pauvre France nos ingénieurs sont déja partis

    • Bonjour,

      L’hydrogène n’est pas un carburant naturel, il est actuellement produit à 95% à partir d’énergie fossile. Heureusement, on peut aussi le produire à partir… d’électricité !
      En clair, pour le moment et tant que les bio-procédés ne sont pas encore assez efficaces, voiture électrique ou voiture à hydrogène, ça ne change pas grand chose au niveau de la ressource énergétique initiale.

    • tout le monde ne roule pas en électrique et on recharge les batteries sur du courant de nuit invendu.

  8. “La batterie lithium-sulfide” lithium-sulfure ?
    Il y a du lithium dedans donc la pénurie à prévoir sera la même.
    Les oxydes métalliques des batteries Li-ion, c’est quoi, qu’on puisse situer (idée : je vais peut-être regarder Wikipedia) ?
    Le lithium métal est dangereux car réagit à l’eau (s’enflamme), l’azote (se nitrure, bleuit, en s’échauffant (déjà vu au labo)) [à manipuler sous argon]… Sous forme combiné, il est plus facile à gérer.
    Vive la pile à combustible quand elle se démocratisera !! Juste une batterie “banale”.

    • Pour ça il faut encore arriver à résoudre tous les problèmes de la pile à combustible. Et ça malheureusement ce n’est pas encore pour demain.
      ekopedia.org/Pile_%C3%A0_combustible

  9. J’avais entendu parler d’un prototype ( par Sony je crois) d’une batterie à base de cellulose et de bactéries, qui avait fait des essais concluants.
    Que devient il ?
    A priori, une rame de papier et quelques enzymes, pas très cher à produire…

  10. On verra dans cinq ans.
    300-cycles c’est pareil que le plombs.
    Aujourd’hui Le Kwh lithium tourne autour de 1000€ pour 600-cycles.
    Pour garder la parité avec le Lithium-Ion Le Lithium-Soufre doit être à 500€ le Kwh.

Moi aussi je donne mon avis