Fonte des glaces – il va vivre un an sur un iceberg

Rédigé par Nolwen, le 25 Aug 2014, à 15 h 03 min

Alex Bellini est un aventurier italien, fort connu dans son pays, coutumier d’exploits à fortes retombées médiatiques. Alarmé par les conséquences du réchauffement climatique, il s’est assigné un projet fou : il va vivre pendant une année sur un iceberg et au long de sa dérive, suivre les étapes de sa fonte, puis de sa disparition.

Les icebergs, témoins actifs du réchauffement

Alex Bellini va donc dériver pendant une année sur un iceberg, d’où le nom de son projet “Adrift 2015” qui suggère cette lente dérive de son futur territoire de glace.

Un an sur un iceberg pour la bonne cause

Alex Bellini a déjà parcouru 23,000 kilomètres lors de différents marathons, il a fait des traversées solitaires à la rame de la Méditerranée et des océans Atlantique et Pacifique.

glacier-iceberg-un-an

L’Italien est-il en train de se faire un coup de pub ou bien simplement un aventurier courageux prêt à se mettre en danger pour le bien commun ? Difficile de répondre mais ce qui est certain, c’est la réalité de la question soulevée, celle du réchauffement climatique et de la montée subséquente des eaux.

iceberg-bellini

adrift-icebergAlex Bellini, conférencier de talent et aventurier professionnel, va donc vivre seul pendant un an sur un iceberg qui va fondre sous ses pieds. A partir du printemps 2015, il s’installera sur un iceberg choisi dans le nord-ouest du Groënland, pourvu de 300 kilos de nourriture déshydratée et abrité par une capsule en kevlar. Cette capsule, qui lui servira de maison, pourra flotter sur la mer quand l’iceberg aura totalement fondu.

Le matériel emporté servira à faire des relevés climatiques et sera alimenté par un dispositif qui convertira l’énergie musculaire de l’aventurier en électricité.

un-an-sur-iceberg

Un projet opportun, voire opportuniste

A la suite du cinquième rapport du GIEC, le projet est lancé fait à un moment particulièrement bien choisi puisque des scientifiques viennent à nouveau de pousser un cri d’alarme devant la vitesse inattendue de la fonte des glaces arctiques, bien plus rapide que prévue.

A situation d’urgence, réponse extrême avec un projet fou dont Bellini s’explique lui-même dans la vidéo ci-dessous (en anglais) :

> Pensez-vous que le projet de cet aventurier italien est susceptible de faire bouger les choses dans le bon sens ou bien n’est-ce qu’un coup de publicité bien habile ?

iceberg-plateforme

Les plus belles photos d’icebergs

*

Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Si plus de gens se sentaient concernés par le réchauffement climatique, nul n’aurait à vivre ce genre d’aventure extrême et éprouvante. Mais comme, tout le monde s’en fiche car pour l’instant notre vie quotidienne n’est pas (en tout cas en France) trop perturbée par la fonte des glaces, on ne se rend pas du tout compte de ce qui arrivera dans 100 ans. Et la plupart des gens disent, soit que les médias cherchent à nous alarmer pour rien, soit que de toute façon ils ne seront plus là quand les gros problèmes arriveront. Telle est la nature humaine. Elle se fiche du reste du moment que son petit monde tourne.
    Bonne chance à Alex, en espérant que son expérience réveillera un peu les consciences. Il n’aura peut-être pas fait cela pour rien.

  2. Très beau défit symbolique, bonne chance Alex Bellini.

  3. L’homme met en péril la faune et la flore de cette planète. Les chemtrails sont un danger pour la planète renseignez vous : Acseipica.fr

  4. la glace fond depuis la fin de la dernière période glacière…!! Au moyen âge elle était encore plus fondu que de nos jour et ça va tjrs en être ainsi! le climat de notre planète a tjrs changé,change et changera tjrs…

  5. Bravo a cet homme courageux, qui se met en péril pour faire prendre conscience à l’humanité que le réchauffement climatique n’est pas qu’un sujet comme un autre .

Moi aussi je donne mon avis