Télévision : vivre sans électricité pendant une semaine

Télévision : vivre sans électricité pendant une semaine

Allumer la lumière en pressant un interrupteur, regarder la télévision et zapper de son fauteuil, surfer sur Internet durant des heures, se servir dans le frigo une boisson fraiche… Tout cela nécessite de l’électricité.

Si nos grands-parents n’ont pas toujours disposé d’électricité courante, et vivaient parfaitement sans la profusion d’appareils électriques qui fleurissent dans les maisons aujourd’hui, la société et les familles se sont habituées aujourd’hui à disposer de divers appareils électriques bien pratiques, comme un réfrigérateur, un sèche-linge, des lumières dans toutes les pièces de la maison etc.

Mais comment vivrions-nous si l’accès à l’électricité était considérablement restreint ?

France 2 proposent une émission-réalité sans électricité

Il y a quelques mois, la chaine France 2 avait fait parler d’elle en proposant un nouveau genre d’émission-réalité : “Une semaine sans… les femmes“.

L’occasion alors de vider un village d’Indre et Loire de présence féminine et ainsi livrer les hommes à eux-même, histoire de leur faire comprendre que les femmes font beaucoup pour peu de reconnaissance.

Suivant le même concept, l’émission revient bientôt avec un nouveau thème : “Une semaine sans… électricité“. Ainsi, France 2 s’est associé à la BBC Worldwide France Productions, explique 20minutes, pour produire cette émission et serait en ce moment même à la recherche de l’immeuble parisien qui voudra bien se prêter à l’expérience.

Au programme, une restriction importante d’électricité disponible à chaque famille, soit entre 1.000 et 1.500 watts par jour. (Planetoscope : Consommation totale d’électricité en France).

 

Coller au plus près des préoccupations environnementales des Français

Voir les hommes jongler difficilement entre enfants, travail et tâches ménagères dans “Une semaine sans… les femmes” est sans doute plus drôle que de voir une famille choisir entre repas chaud et réfrigérateur afin d’économiser l’électricité.

Et pourtant, ce numéro de “Une semaine sans électricité” a été pensé afin de “coller à l’actu et aux interrogations sur le climat. On verra quels choix environnementaux les gens font quand ils sont rationnés en électricité” explique Véronique Mounier à 20 minutes.

En effet, il pourra être intéressant et instructif de voir les familles se plier elles-mêmes aux règles de réduction de la consommation électrique pour éviter le gaspillage et ainsi observer comme elles peuvent facilement se passer de certains appareils gourmands en électricité.

L’occasion également de mettre en pratique certains gestes économes simples comme l’arrêt total des appareils électriques plutôt que la mise en veille.

L’électricité : un enjeu environnemental majeur

A priori, l’électricité n’est pas une énergie polluante. Du moins, son utilisation est peu polluante ce qui pousse de nombreux constructeurs automobiles à produire des voitures électriques toujours plus performantes et plus propres que les voitures nécessitant du pétrole.

Ce qui pose problème concernant l’électricité, c’est la façon dont l’énergie est produite.

Ainsi, grâce aux panneaux photovoltaïques et aux éoliennes, c’est le soleil et le vent qui génèrent de l’électricité.

Mais l’énergie électrique est également produite en grande partie par des centrales nucléaires qui produisent des déchets radioactifs, ou encore des centrales thermiques qui rejettent une quantité importante de gaz à effet de serre.

Aujourd’hui, l’électricité est devenue une énergie capitale dans certaines industries qui se doivent de l’utiliser pour être plus propres, tandis que le monde doit s’appliquer à produire une électricité plus durable, aux conséquences moindres sur l’atmosphère et le réchauffement climatique.

 

*

Cela me donne une idée

A lire aussi :