Télévision : vivre sans électricité pendant une semaine

Rédigé par Aurore, le 1 Aug 2011, à 17 h 59 min
Télévision : vivre sans électricité pendant une semaine

Allumer la lumière en pressant un interrupteur, regarder la télévision et zapper de son fauteuil, surfer sur Internet durant des heures, se servir dans le frigo une boisson fraiche… Tout cela nécessite de l’électricité.

Si nos grands-parents n’ont pas toujours disposé d’électricité courante, et vivaient parfaitement sans la profusion d’appareils électriques qui fleurissent dans les maisons aujourd’hui, la société et les familles se sont habituées aujourd’hui à disposer de divers appareils électriques bien pratiques, comme un réfrigérateur, un sèche-linge, des lumières dans toutes les pièces de la maison etc.

Mais comment vivrions-nous si l’accès à l’électricité était considérablement restreint ?

France 2 proposent une émission-réalité sans électricité

Il y a quelques mois, la chaine France 2 avait fait parler d’elle en proposant un nouveau genre d’émission-réalité : “Une semaine sans… les femmes“.

L’occasion alors de vider un village d’Indre et Loire de présence féminine et ainsi livrer les hommes à eux-même, histoire de leur faire comprendre que les femmes font beaucoup pour peu de reconnaissance.

Suivant le même concept, l’émission revient bientôt avec un nouveau thème : “Une semaine sans… électricité“. Ainsi, France 2 s’est associé à la BBC Worldwide France Productions, explique 20minutes, pour produire cette émission et serait en ce moment même à la recherche de l’immeuble parisien qui voudra bien se prêter à l’expérience.

Au programme, une restriction importante d’électricité disponible à chaque famille, soit entre 1.000 et 1.500 watts par jour. (Planetoscope : Consommation totale d’électricité en France).

 

Coller au plus près des préoccupations environnementales des Français

Voir les hommes jongler difficilement entre enfants, travail et tâches ménagères dans “Une semaine sans… les femmes” est sans doute plus drôle que de voir une famille choisir entre repas chaud et réfrigérateur afin d’économiser l’électricité.

Et pourtant, ce numéro de “Une semaine sans électricité” a été pensé afin de “coller à l’actu et aux interrogations sur le climat. On verra quels choix environnementaux les gens font quand ils sont rationnés en électricité” explique Véronique Mounier à 20 minutes.

En effet, il pourra être intéressant et instructif de voir les familles se plier elles-mêmes aux règles de réduction de la consommation électrique pour éviter le gaspillage et ainsi observer comme elles peuvent facilement se passer de certains appareils gourmands en électricité.

L’occasion également de mettre en pratique certains gestes économes simples comme l’arrêt total des appareils électriques plutôt que la mise en veille.

L’électricité : un enjeu environnemental majeur

A priori, l’électricité n’est pas une énergie polluante. Du moins, son utilisation est peu polluante ce qui pousse de nombreux constructeurs automobiles à produire des voitures électriques toujours plus performantes et plus propres que les voitures nécessitant du pétrole.

Ce qui pose problème concernant l’électricité, c’est la façon dont l’énergie est produite.

Ainsi, grâce aux panneaux photovoltaïques et aux éoliennes, c’est le soleil et le vent qui génèrent de l’électricité.

Mais l’énergie électrique est également produite en grande partie par des centrales nucléaires qui produisent des déchets radioactifs, ou encore des centrales thermiques qui rejettent une quantité importante de gaz à effet de serre.

Aujourd’hui, l’électricité est devenue une énergie capitale dans certaines industries qui se doivent de l’utiliser pour être plus propres, tandis que le monde doit s’appliquer à produire une électricité plus durable, aux conséquences moindres sur l’atmosphère et le réchauffement climatique.

 

*

Cela me donne une idée

A lire aussi :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Prete a vivre sans electricité pendant 3 jours.

  2. Message pour VIARD:

    Bonjour,

    Effectivement pourquoi pas l’hydraulique?

    A mon avis, c’est une question de rendement. Bien que ce procédé soit non polluant, son utilisation reste quand même limité.

    En effet, dans la mesure où, éventuellement, 2 voir 3 villes d’environ 20000 habitants alimentés grâce à ce procédé, ne poserait pas trop de problème. C’est l’exemple typique que l’on trouve en montagne ( l’energie hydraulique est très utilisée).

    En revanche, si le nombre de foyers, d’industries…. augmentent, ce procédé ne serait plus efficace face à ces nombreuses demandes.

    De plus…il faut de l’eau…. donc ces centrales doivent impérativement être à proximité de fleuves, d’affluents, de barrages…et par concéquent, des installations de plus en plus nombreuses, coûteuses, et plus difficiles à gérer.

    Malgré des efforts également dans la conception des alternateurs ( plus performants ), l’énergie électrique sortant des ces derniers, grâce à la force hydraulique, reste limité.

    Il est vrai qu’aujourd’hui, des études sont toujours en cours, concernant l’électricité à partir de l’énergie hydraulique.
    Les progrès sont à suivre…

    Cordialement

    Audran DOAT

  3. bonjour,

    la consommation et la production d’énergie sont 2 problèmes distincts même si intimement liés.Anonyme vit sans tv, frigo ni chauffage … peu commun dans la société de consommation de Célestin avec lequel je suis d’accord tout comme avec Rosay pour qui 10 fois plus d’habitant font 10 fois plus de consommation: on nous pousse à acheter des produits électriques (et nous ne sommes pas raisonnables, n’est-ce pas Coluche?) et nous sommes plus nombreux, CQFD, la facture augmente! tout comme les voitures qui consomment moins mais dont les équipements électriques augmentent la consommation et donc la pollution! toute notre société dépend de l’électricité, ne nous voilons pas la face: pas d’électricité pas d’industrie et tout s’arrête ou bien on retourne au moyen âge mais … sans moi!

    également, l’énergie verte, c’est beau mais largement insuffisant pour la production mondiale même avec l’énergie hydraulique de Viard (même si des turbines au fil de l’eau sont en voie de production), l’éolien ou le photovoltaïque (dont je suis équipé).primo, par exemple, parce-que notre belle France ne possède ni assez de vent, ni de soleil, ni de cascade et fleuve large pour produire suffisamment de manière constante, l’énergie que nous consommons. secundo, comment fait-on une nuit d’été quand un bel anticyclone a fait tomber le vent (rappelez-vous l’été de la canicule de 2003!)? on ne sait pas stocker l’électricité (voir les voitures électriques).
    il reste donc le nucléaire très sale et potentiellement très dangereux … mais on ne sait pas faire autrement. entre parenthèse, pour ceux qui pensent à l’Allemagne qui s’en débarrasse, rappelez-vous que la France lui vend l’électricité qui lui manque!!! à bon entendeur …

    • Les constatations me paraissent globalement très justes. Je crains par contre qu’une DESCENTE ENERGETIQUE soit inévitable. Les ressources s’épuisent. Arrêtons de nous voiler la face, les énergies fossiles (pétrole, gaz et nucléaire) devront être remplacées par d’autres sources et… une consommation raisonnée d’énergie. Chacun peut commencer par réfléchir au transport nécessaire. Transport de personnes (train ou avion? – région voisine ou outre-mer?) mais également et surtout de marchandises, parmi celles-ci principalement celles de consommation quotidienne (pommes-de-terre du paysan voisin ou d’Israel? – pomme du verger ou de New-Zeeland? …). Nombre de gestes simples existent et ceci sans péjorer notre qualité de vie. Rappelons-nous que le bien-être ne croît pas avec le PIB, ni avec la consommation d’énergie…
      Allez, chacun à ses petits gestes, engagements et autres! Les petits ruisseaux font les grandes rivières… sans attendre les impulsions politiques (au fait, à quand une taxe sur l’énergie nécessaire plutot que sur la valeur ajoutée?). Un mouvement de la base, du peuple, est efficace et salvateur!

  4. Je pense que la pollution de la planète est due plutôt à la surpopulation qu’à la consommation individuelle . Il y a 100 ans la Terre comptait environ 2 milliards d’habitants , aujourd’hui 6 milliards , dans 50 ans nous serons 12 milliards …on instaure des quotas de pêche parce qu’il n’y a plus assez de poissons dans les mers qui d’ailleurs sont polluées , les communes bretonnes n’ont plus d’eau potable à cause des élevages de porcs , on nous prêche partout d’économiser de l’énergie et en même temps on met en service des liaisons maritimes Nice -Corse au moyen de bateaux filant à 100 kmh , ou presque , on construit des trains qui roulent de + en + vite , 200 , 300 et après 350 kmh …on construit des avions monstrueux en taille pour transporter toujours plus de gens et de marchandises…Est-ce la voie de l’économie d’énergie ?
    La désertification rend certains pays inhabitables alors que les populations augmentent …
    La seule voie à long terme pour la survie de l’humanité est la réduction drastique des populations , comme a essayé de faire la Chine .
    A niveau de vie égal 10 fois moins d’habitants autorise 10 fois moins de pollution , 10 fois plus d’habitants impose au moins 10 fois plus de pollution …Si l’humanité continue à croître son niveau de vie est voué à diminuer , son espace vital individuel diminuera et perdra en qualité , d’autant plus que nous serons nombreux …

  5. Et pourquoi pas vivre dans une caverne tant qu’à faire ?

    Est-ce donc cela l’évolution du monde que nous préparent nos “Politiques” alors que par ailleurs ces mêmes “élus” ont fait de l’Homme un être incapable de subvenir par lui-même à ses besoins vitaux en mettant tout en oeuvre pour rendre l’humanité esclave de la “Consommation industrielle à grande échelle” ?

    Quelle tristesse pour nos enfants et petits enfants ?

    Hier encore nos grands-parents savaient lire dans le ciel avec une relative précision le temps des jours suivants, cultivaient un jardin potager, voire même un champs pour les pommes de terre, et les enfants, très actifs dans l’environnement familial ne songeaient pas à la délinquance, quand au ramadan et à l’immigration tout le monde était si attaché à nos propres valeurs régionales et nationales que rien ne semblait pouvoir ébranler notre foi, nos convictions et notre société.

    Quel lamentable échec politique des temps modernes !

  6. J’aimerais bien participer a “une semaine sans electricite” sachant Que nous n’avons ni tv ni frigo ni chauffage, on part gagnants !

    • je suis intéressée pour vivre en “décroissance” et toutes les expériences des autres me sont bénéfiques, pouvez vous me raconter votre expérience ?

    • Venez dans notre endroit sans electricité.

  7. pourquoi dans la production d’électricité ne parle t-on jamais de l’hydraulique?

    • Audran dit : 4 janvier 2012 à 09h57

      Message pour VIARD:

      Bonjour,

      Effectivement pourquoi pas l’hydraulique?

      A mon avis, c’est une question de rendement. Bien que ce procédé soit non polluant, son utilisation reste quand même limité.

      En effet, dans la mesure où, éventuellement, 2 voir 3 villes d’environ 20000 habitants alimentés grâce à ce procédé, ne poserait pas trop de problème. C’est l’exemple typique que l’on trouve en montagne ( l’energie hydraulique est très utilisée).

      En revanche, si le nombre de foyers, d’industries…. augmentent, ce procédé ne serait plus efficace face à ces nombreuses demandes.

      De plus…il faut de l’eau…. donc ces centrales doivent impérativement être à proximité de fleuves, d’affluents, de barrages…et par concéquent, des installations de plus en plus nombreuses, coûteuses, et plus difficiles à gérer.

      Malgré des efforts également dans la conception des alternateurs ( plus performants ), l’énergie électrique sortant des ces derniers, grâce à la force hydraulique, reste limité.

      Il est vrai qu’aujourd’hui, des études sont toujours en cours, concernant l’électricité à partir de l’énergie hydraulique.
      Les progrès sont à suivre…

      Cordialement

      Audran DOAT

Moi aussi je donne mon avis