Greenwashing : les règles bientôt durcies !

A la suite de la signature d’une charte pour une communication éco-responsable par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP), les professionnels de la publicité ainsi que les pouvoirs publics, c’est au tour du Conseil Paritaire de la Publicité (CPP) de demander à l’ARPP de rédiger une toute nouvelle Recommandation appuyant les principes relatifs à l’emploi de l’argument environnemental dans la publicité.

peinture - greenwashing - consoGlobeAinsi, le CPP propose d’encadrer de manière plus efficace la publicité contenant un argument écologique en renforçant les règles existantes afin de favoriser une juste information du consommateur, mettre un terme à l’utilisation abusive de propos écologiques dans la publicité, et enfin exclure tout message allant à l’encontre d’un réflexe éco responsable.

Que contient cette Recommandation ?

Selon l’avis du CPP, cette Recommandation devra intégrer 8 points :

1) Une clarification de l’utilisation des labels et signes pour éviter tout amalgame avec les labels officiels.

2) Un meilleur encadrement des messages environnementaux afin d’éviter les confusions entre la communication sur une action de l’entreprise à l’état de prototype et un message laissant supposer sa généralisation.

3) L’adjonction de règles encadrant les messages relatifs à des problématiques environnementales apparues depuis 1998. Cela concerne entre autres la mise en avant d’atouts environnementaux comme le Bilan Carbone, la compensation mais aussi plus globalement les ACV.

4) Tout message comportant l’affirmation d’une avancée environnementale reposant sur une allégation scientifique devra indiquer l’origine des résultats annoncés et être en mesure de présenter la méthodologie ayant servi de base de calcul. Une vigilance particulière sera portée sur certains secteurs notamment les transports et le bâtiment, et sur des domaines prêtant à fortes controverses.

5) La publicité ne doit pas discréditer les préoccupations éco citoyennes. Lorsque l’humour est utilisé, il ne doit pas s’exercer contre la gravité des enjeux environnementaux en visant à les relativiser.

linge - greenwashing - consoGlobe
6) Un principe de pertinence sera introduit afin d’éviter une communication sur un produit, service ou activité dont l’argument serait mineur au regard de l’ensemble de l’impact environnemental du produit.

7) Le choix des termes comme « durable » ou « écologique », l’utilisation de signes, de couleurs, de vocable scientifique peu compréhensible seront plus fortement encadrés. Les principes issus de la norme ISO 14021, relatifs à l’amélioration de l’information du consommateur, lorsque ceux ci concernent la publicité, seront intégrés.

8) La publicité veillera à respecter plus scrupuleusement l’esprit des textes réglementaires y compris en intégrant, chaque fois que possible, les directives européennes dont la transposition en droit français apparaît imminente.

Le CPP a indiqué dans son communiqué qu’il attend que l’ARPP finalise la nouvelle Recommandation qui lui sera présentée d’ici deux mois. De plus, le CPP interpelle les professionnels de la publicité quant au renforcement de la sensibilisation de ses acteurs et sur les risques de non respect des principes évoqués. Il envisage de poursuivre sa mission autour de 3 axes :

  • la formation des acteurs,
  • les modalités de sanction en cas d’infraction, 
  • les types de supports utilisés (affichage sauvage, internet, publi-reportage).

Selon les écologistes de France Nature Environnement, l’avis publié incarne une étape vers une clarification et un renforcement des principes. Il devrait désormais servir de base à une nouvelle recommandation de l’ARPP vers les professionnels du secteur. Un premier bilan du nouveau dispositif pourra alors être réalisé à l’automne 2009.

Lire également

Article rédigé par Elwina, avril 2009