Gaz de schiste, quelle voie entre “laisser faire” et “blocage”

Gaz de schiste, quelle voie entre "laisser faire" et "blocage"

Les gaz de schiste sont un exemple de débat difficile qui montre combien l’écologie et le développement durable ne peuvent se réduire à des simplifications et qui pourtant cristallisent les passions. Les gaz de schiste sont de plus en plus discutés. Faut-il ou ne faut-il pas les exploiter ? Faut-il au moins autoriser l’exploration de cette nouvelle ressource ? Et si oui, sous quelles conditions ? Où en est-on des techniques de protection de l’environnement ?  Vous pouvez prendre part à notre grand débat. En voici quelques clés pour vieux se faire une idée.

Les gaz de schistes, pourquoi une telle polémique ?

Où en est-on exactement en France ?

Le danger de pollution de l’eau et des nappes phréatiques

la nappe phréatique est localisée suivant les lieux à 100 ou 500 mètres sous terre, alors que les gaz de schiste qu’on exploite sont situés entre 2 000 et 3 000 mètres de profondeur. Cela implique que, si le tube de forage est bien étanche, il n’y a aucun risque de polluer la nappe phréatique en la traversant.

La facture pétrolière française, c’est combien ?

- 49 milliards d’euros, c’est le montant théorique maximum que la France aurait économisé si on n’avait pas du importer des hydrocarbures en 2011. 49 milliards sur un déficit commercial français total de 70 milliards d’euros.

Que font les autres pays ?

*
Je réagis