Enquête sur les nouvelles étiquettes écolo des téléphones

Afficher la performance écologique de ses téléphones portables :  Orange l’avait fait (voir notre article), et voici que SFR s’y met aussi. Une initiative à saluer ? Sans doute… mais il faut rappeler que cet affichage des caractéristiques environnementales des produits sera rendu obligatoire en France à partir de 2011…

Anticiper cette mesure est donc une bonne manière pour les opérateurs de se faire un joli coup de pub, et pour les consommateurs de pouvoir prendre en compte dès à présent le critère écologique dans le choix de leur mobile… Enfin presque…
Developpement durable article

L’impact écolo des téléphones noté sur 5

Que ce soit pour SFR ou Orange, la performance environnementale des téléphones est calculée à partir de l’analyse de cycle de vie du produit, c’est-à-dire de sa fabrication à son recyclage, en passant par son utilisation et sa distribution (transports…). 
Et les 2 opérateurs proposent au final aux consommateurs une note environnementale globale établie sur 5, avec des classifications par catégorie de téléphone différentes :

  • classique / multimédia / webphone pour SFR, qui se limite aux téléphones portables,
  • mobile / fixe pour Orange.

Developpement durable article

Des étiquettes "écolo" non sans défaut…

Mais consoGlobe a relevé quelques "hics"  assez dommageables  concernant ces affichages  :

Un manque d’homogénéité qui peut troubler les consommateurs

S’appuyant sur des cabinets d’expertise environnementale différents, les deux opérateurs ont ainsi développé 2 méthodologies sensiblement distinctes, basées notamment sur différents indicateurs.Résultat : des notes divergentes, voire contradictoires pour un même mobile selon l’opérateur choisi… (voir notre tableau ci-dessous).

Un affichage encore limité

Tous les téléphones actuellement sur le marché, et même les plus récents, n’ont pas encore leur étiquette écolo. Si les 2 opérateurs promettent d’étendre cet affichage à l’ensemble de leur réseau de distribution, ce n’est pas encore le cas :

  • consoGlobe a relevé 34 téléphones comportant une note environnementale sur le site de SFR et 126 sur celui d’Orange (dont 80 mobiles).

Il est ainsi dommage que des produits "stars" comme les iPhone n’aient pas encore leur impact environnemental de calculer…

Un affichage trop peu visible

Affichées en magasin, ces notations sont également présentes sur leurs boutiques en ligne. Faut-il encore pouvoir les trouver :

  • sur le site de SFR, nous sommes encore obligés de nous  rendre sur la fiche individuelle de chaque téléphone pour vérifier s’il comporte une note écolo ou non. En page d’accueil, nous n’avons trouvé aucune information relative à cette initiative, ou de liens qui auraient pu nous renvoyer vers la liste de tous les téléphones évalués.

Developpement durable article

  • C’est encore pire pour Orange, où nous avons dû avoir recours au service client pour trouver cette notation, qui en réalité n’est pas présente sur sa boutique en ligne mais sur un site externe (www.agir-reflexesverts.orange.fr).

Notre tableau comparatif pour y voir plus clair…

consoGlobe a comparé les notations des téléphones chez SFR et Orange. Vous trouverez sur ce tableau les listes de l’ensemble des téléphones évalués pour chacun des opérateurs et classés selon leur note et marque :

Developpement durable articleZoom

Sur les 10 téléphones mobiles notés en commun, seul un mobile (BlackBerry Curve 8520) obtient la même note (3/5) ! Pire, certaines notes font le grand écart d’un opérateur à l’autre… Exemples :

  • les mobiles Samsung Player Style, HTC HD2 et LG Pop GD510 sont notés 1/5 chez SFR mais… 4/5 chez Orange !
  • Inversement, le Blackberry Bold 9700 obtient 5/5 chez SFR mais seulement 3/5 chez Orange.

Et, si on regarde encore de plus près, c’est-à-dire au niveau d’un indicateur commun (bilan carbone), les écarts d’émission de gaz à effet de serre sont conséquents. Par exemple, le Blackberry Bold 9700 émettrait selon SFR 11 kg d’équivalent CO2 durant son cycle de vie contre 43,2 kg selon Orange !

Conclusion :   il est difficile pour le consommateur de s’y retrouver, de faire des comparatifs entre téléphones selon leur impact environnemental et donc de choisir son mobile en fonction de ce dernier critère.

Un affichage commun, basé sur une même méthodologie, aurait été mieux approprié non ?

A Lire également :