L’énergie nucléaire : solution ou risque ? (4)

Les constructions nucléaires en fin de vie, qu’elles soient civiles ou militaires, sont elles-mêmes contaminées par des matières radioactives. Leur démantèlement produit des quantités très importantes de gravats, ferrailles, tuyauteries, certains radioactifs qui sont alors considérés alors comme des déchets radioactifs.

Comment gérer les déchets radioactifs ?

Il existe des procédés industriels et des techniques médicales qui produisent des déchets radioactifs, tels les accélérateurs de particules, mais la production électronucléaire reste la principale source de déchets, en termes de volume et de durée de vie.

  • Les centrales nucléaires dans le monde produisent tous les ans près de 200 000 mètres cubes de déchets de faible et moyenne activité et 10 000 mètres cubes de déchets de haute activité, en incluant les combustibles irradiés pour ceux qui les considèrent comme déchets.
  • Les membres de l’Union européenne, avant son élargissement, produisaient à eux seuls 10 millions de mètres cubes de déchets industriels toxiques chaque année.
  • Depuis le 11 septembre 2001, des études complémentaires ont été entreprises pour garantir la sécurité des installations nucléaires et des mesures renforcées en matière de sécurité et de garanties de ont été adoptées.

Le stockage des différents déchets

Le stockage des déchets de faible activité et de la plupart des déchets de moyenne activité est une pratique bien établie et certains sites sont déjà pleins et fermés. Par contre, pour le stockage à long terme des déchets de haute activité à vie longue et du combustible irradié, la mise en place de solutions s’est révélée plus compliquée.

contrôle des déchetsStocker les déchets de haute activité : l’éternel problème

Le combustible irradié doit être isolé de l’environnement humain sur de longues périodes, pendant lesquelles sa radioactivité baisse. La solution que l’on privilégie aujourd’hui pour le stockage définitif des déchets de haute activité consiste à les placer dans des dépôts souterrains profonds.

La communauté scientifique et technique est convaincue du bien-fondé éthique et écologique du confinement de ces déchets fortement radioactifs dans des dépôts géologiques. Pourtant, à l’exception des États-Unis et de la Finlande, les pays de l’OCDE n’ont pas encore décidé du lieu où ils installeraient leurs dépôts de déchets de haute activité.

  • Depuis 1971, on a dénombré 20 000 cargaisons de combustible irradié et de déchets de haute activité par trains, camions ou navires qui ont parcouru au total plus de 30 millions de kilomètres.

Jamais aucun incident n’a provoqué la rupture du conteneur ni libéré de la radioactivité dans l’environnement.

>>>Lire la suite L’énergie nucléaire : solution ou risque ? (5)

Lire également