Face au défi énergétique, les pays de l’OCDE avancent en ordre dispersé

Face au défi énergétique, les pays de l'OCDE avancent en ordre dispersé

Etats-Unis, Union européenne, Japon… Les pays de l’OCDE réagissent très différemment au défi énergétique posé par la raréfaction des hydrocarbures conventionnels et la lutte contre les gaz à effet de serre, selon l’état de leurs ressources énergétiques ou l’héritage des politiques énergétiques passées.

Là où certains voient dans le boom de l’extraction du gaz de schiste aux Etats-Unis une véritable nouvelle révolution industrielle (ou restauration industrielle) d’autres considèrent cette nouvelle comme une catastrophe écologique, en ce qu’elle n’a d’effet que de retarder la transition énergétique. Tour du monde des stratégies des pays de l’OCDE.

Etats-Unis : hydrocarbures non conventionnels, miracle ou cauchemar ?

Avec la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel, les ressources d’hydrocarbures non conventionnels sont devenues soudain intéressantes à exploiter. En se lançant, au milieu des années 2000, dans une course à la prospection et l’extraction du gaz de schiste et du pétrole de schiste, les Etats-Unis ont réussi à redevenir le premier producteur mondial d’hydrocarbures en 2013, et devraient atteindre l’indépendance énergétique vers 2017.

Ce boom énergétique a sans doute dynamisé la croissance américaine, qui atteint 2,5 % en rythme annuel, en générant de nombreuses créations d’emplois (entre 400 000 et 650 000 selon les estimations), réduisant la facture énergétique de bon nombre d’industriels, relançant la pétrochimie et amorçant même une relocalisation de certaines industries comme la sidérurgie, attirées par la baisse des coûts de l’énergie.

défi énergétique usa

Une exploitation de gaz de schiste aux Etats-Unis

Mais cette révolution des hydrocarbures non conventionnels ne résout qu’une partie du défi énergétique — faire face à la raréfaction des énergies fossiles — en ignorant et aggravant l’autre aspect — la lutte contre l’effet de serre et la préservation des équilibres naturels.

  • En effet, la technologie de la fracture hydraulique fait peser une menace sérieuse sur les nappes phréatiques et les sols agricoles. S’il tente certains pays européens comme la Pologne, le modèle américain d’exploitation extensive n’est pas transposable tel quel en Europe, où les gisements sont majoritairement situés dans des zones très peuplées.

Fukushima, accélérateur d’innovation énergétique ?

Au Japon, qui ne dispose d’aucune ressource énergétique fossile, la catastrophe de Fukushima a bouleversé le mix énergétique du pays. La décision de l’arrêt partiel ou total de la production d’électricité d’origine nucléaire risque à terme de faire flamber les prix de l’énergie et de relancer les exportations de gaz et de charbon en provenance de la zone pacifique.

défi énergétique japon

Ce choc énergétique, pour l’instant compensé, pourrait mettre un coup d’arrêt à l’économie japonaise, très gourmande en énergie. Ou pousser l’avantage des énergies renouvelables dans l’archipel, qui dispose d’une ressource renouvelable abondante avec ses côtes ventées, son importante sismicité, les courants des mers qui l’entourent…

En Europe, la question sociale au coeur des questions énergétiques

En Europe, la grande diversité des politiques énergétiques nationales empêche actuellement l’UE de définir un mix énergétique commun pour faire face au défi énergétique.

défi énergétiqueQuand l’Allemagne décide unilatéralement d’abandonner le nucléaire pour recourir au gaz russe ou au charbon polonais, la France compte sur son industrie nucléaire pour réduire sa signature carbone et atteindre l’objectif de réduction de ses émissions de 20 % d’ici 2020, 80 % d’ici 2050, aux côtés des énergies renouvelables qui tardent à se développer de manière suffisante.

défi énergétique europe

Avec une énergie importée de plus en plus chère, le défi énergétique concerne au premier chef les plus démunis, qui sont de plus en plus souvent exclus de la distribution d’énergie faute de revenus suffisants. L’observatoire de la précarité énergétique préconise ainsi l’établissement d’un véritable bouclier énergétique reposant sur une hausse des tarifs sociaux de l’énergie, une généralisation de ceux-ci à l’ensemble des personnes en situation de précarité, et surtout en lançant un large chantier de rénovation énergétique de l’habitat pour lutter contre les déperditions d’énergie et la surconsommation des plus pauvres.

Une politique qui permettrait de traiter trois aspects du défi énergétique : réduire les inégalités, réduire la consommation, réduire les émissions de CO2.

*

témoignage défi énergétique

Pour poursuivre votre lecture sur la question de la précarité énergétique :
http://www.legrand.com/FR/agir-contre-la-precarite-energetique_13065.html