Villes submergées par les eaux : l’impact du réchauffement climatique

Rédigé par Hugo Quinton, le 19 Nov 2015, à 17 h 30 min

Que ce soit Shanghai, Bombay ou Hongkong, ces grandes villes sont vouées à partiellement disparaître sous les eaux et cela même si le monde parvient à limiter le réchauffement à 2ºC. C’est le constat de l’institut de recherche Climate Central qui a publié ses projections de la montée des eaux selon l’intensité du réchauffement climatique sur plusieurs villes côtières.

Des projections des grandes villes du monde submergées par l’eau

Le premier objectif de la COP21 qui se tiendra à Paris à la fin du mois de novembre est de parvenir à un accord mondial pour limiter la hausse des températures à 2 degrés celsius. Des chercheurs américains ont publié un rapport montrant le dérèglement climatique qui entraînerait partiellement la disparition des villes si on ne parvient pas à limiter le réchauffement. Cette étude se base sur des données satellitaires des niveaux océaniques.

280 millions de personnes menacées

Mais même en limitant cette hausse de températures, le niveau des mers continuera à s’élever, pour couvrir des territoires aujourd’hui peuplés de 280 millions de personnes, pointe l’étude de l’institut de recherche. « Un réchauffement de +2ºC représente une menace pour l’existence à long terme de nombreuses grandes villes et régions côtières », souligne Ben Strauss, l’un des auteurs de cette étude.(1)

Mais les mesures prises pour réduire rapidement et drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, qui dérèglent le climat et persistent dans l’atmosphère, feront malgré tout une différence : « nous avons encore devant nous un vaste éventail de choix », ajoute le chercheur.

Dans tous les cas, si les émissions continuent sur leur lancée, entraînant un réchauffement de +4°C, le niveau des océans gagnera 8,9 mètres. En termes de population, la Chine serait en première ligne : à +4°C, la montée des eaux concernerait un territoire aujourd’hui peuplé de 145 millions de personnes, un chiffre divisé par deux à +2°C, selon l’étude, qui n’en tient compte ni de l’évolution démographique ni de la construction d’infrastructures.

Visualiser les impacts dans les grandes villes

Sur le site de Climate Central, vous avez la possibilité de visualiser les impacts, par grande ville côtière :

Une dilatation des océans inégale d’une région à l’autre

Ces projections prennent en compte la dilatation de l’océan quand il se réchauffe, la fonte des glaciers mais aussi la dégradation des calottes du Groenland et de l’Antarctique, irréversible au-delà d’un certain seuil. D’une région à l’autre, cette élévation ne sera pas égale : « Dans la plupart des cas, elle peut se traduire en centimètres par siècle, mais les deltas et les zones urbaines » sont plus vulnérables, notamment parce qu’ils sont moins protégés par les sédiments.

Plusieurs chercheurs contactés par l’AFP ont souligné sa validité. « Il y a quelques erreurs par endroits, mais c’est le mieux qu’on puisse faire avec les données disponibles publiquement », estime Steven Nerem, de l’université du Colorado, qui a analysé la méthodologie de l’étude. Jean-Pascal van Ypersele, du groupe international d’experts sur le climat (GIEC), évoque pour l’AFP « une étude solide ».

Ben Strauss, espère qu’il sera « possible de changer, l’économie comme la politique » : « certaines réunions historiques ont dessiné des frontières territoriales. La COP21 de Paris affectera la frontière globale entre terre et mer ».

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. L’homme à voulu gagner du terrain sur la mer celle-ci reprend ses droits, quand aux hauteurs annoncées pour moi c’est de la foutaise, que le niveau change ok, mais certainement pas comme annoncé dans cet article, nos climatologies sont à coté de la plaque, comme d’habitude il affolent les gens pour faire passer leur idées, comme beaucoup ils ne seront plus la pour vérifier leurs inepties.

  2. Vu les photos…… quand il y auras 4 c° en plus
    Pourquoi ne pas commencer a construire des pipeline avec le surplus d’eau vers les pays au l’eau manque et grande sècheresse,pour cultiver les champs et les besoins personnelle.

    Au lieu de toutes ses réunions mondiale sur le réchauffement climatique, encore et encore, si peut de résultats.

    n’est pas encore une fois un question de FRIC ? !!!!!!!!!!!!!

Moi aussi je donne mon avis