Combien de gaz de schiste en France

Rédigé par Jean-Marie, le 17 Jun 2013, à 14 h 34 min

La France, serait avec la Pologne, un des deux pays les mieux dotés en gaz de schiste en Europe. Une nouvelle estimation américaine, moins optimiste que la précédente, le confirme : énormément de gaz et de pétrole de schiste dort sous nos pieds.

Les réserves de gaz de schiste en France

pp_hydraulic_fracturing_090112.jpgIl y avait jusqu’à aujourd’hui un relatif consensus sur l’estimation du gas de schiste en France : il y aurait 2 380 milliards de m3 de gaz de schiste dans le sous sol français, de quoi alimenter la France de 2010 à 2060. C’est une estimation théorique qui a été obtenue en multipliant la teneur théorique en gaz d’une couche de schiste par sa surface.

Les premières estimations portent ses réserves de gaz de schiste à 100 ans de consommation (base 2010), le moratoire imposé sur la fracturation hydraulique en empêche aujourd’hui l’exploitation et la production à des fins commerciales.

  • En France, les gaz de schistes se trouvent notamment en France dans le bassin du Sud-est.

Il y a quelques jours, l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a estimé qu’il y a, dans le sous-sol français, quelque 3 900 miliards de m3 de gaz de schiste, soit 1 200 mds de moins que sa précédente estimation. Il y aurait également l’équivalent de 4,7 milliards de baril de pétrole de schiste sous nos pieds. Une manne potentielle dont on ne sait pas très bien combien serait facilement accessible et exploitable faute de pouvoir forer pour estimer ce patrimoine énergétique.

gaz-schiste-ressources-exploitables.JPG

Le gaz de schiste, un gaz non conventionnel

Le gaz de schiste (shale gaz en anglais) est un gaz non conventionnel. C’est un gaz non conventionnel car il ne concerne pas les poches de gaz présents naturellement dans le sous-sol. Le gaz de schiste, gaz “non conventionnel”, se trouve piégé dans la roche et qui ne peut pas être exploité de la même manière que les gaz contenus dans des roches plus perméables.
> Son exploitation nécessite le plus souvent des forages horizontaux et une fracturation hydraulique de ces roches profondes, une technique contestée.

Rappel : La loi du 13 juillet 2011 qui interdit en France la fracturation hydraulique

Les gaz de schiste sont de plus en plus discutés. Faut-il ou ne faut-il pas les exploiter ? Faut-il au moins autoriser l’exploration de cette nouvelle ressource ? Et si oui, sous quelles conditions ? Où en est-on des techniques de protection de l’environnement ? Vous pouvez prendre part à notre grand débat.

Gaz de schiste, quelle voie entre "laisser faire" et "blocage"

*

Je veux témoigner

Faut-il exploiter les gaz de schiste en France ?
Encylo : Les gaz de schiste

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Impossible. Il faut revenir à la petite maison dans la praitrie et arrêter de consommer autant. Mais bon sens, c’est quoi ce monde!!!

  2. Non

  3. Je suis absolument contre l’exploitation du gaz et pétrole de schiste, à cause de ses effets extrèmement nocifs sur l’environnement.

    • La France ne sait même pas si elle a du gaz dans les schistes du bassin parisien ou de Provence, ne pensez vous pas que des intérêts financiers souhaitent interdire pour construire.
      Nous au non d’un principe de précaution ridicule on interdit sans savoir, de toute façon on continuera à acheter très cher notre pétrole et on continuera à payer des chômeurs.

  4. La France n’est pas les Etats Unis au niveau espace non urbanisé surtout dans le bassin du Sud Est, où seraient ces réserves.
    Quand on voit les réticences pour l’implantation d’éoliennes, je vois mal comment la population acceptera au nom de la profusion énergétique d’avoir des puits d’extraction à côté voir sur leur terrain d’habitation.

  5. Personnellement, je crains le pire … aujourd’hui en 2013, on dit NON en France, mais si la conjoncture économique ne change pas, on peut penser que l’exploitation du gaz de chiste se fera bien, sans doute, après 2017 ?? il y a effectivement de l’argent sous certains de nos pieds mais encore une fois, ce sera “courte vue” puisque la ressource en eau étant ce qu’elle est, avec cette exploitation très gourmande en eau justement, une catastrophe est en vue …

  6. En effet – une difficulté qui avait également été souligné dans les travaux Green Cross sur les gaz de schistes.
    Et la loi promulguée l’an dernier n’est que de peu d’utilité face à ces modes d’actions.

    gcft.fr/WP/gds/

Moi aussi je donne mon avis