L’île-de-France défend sa biodiversité

La France se préoccupe de l’érosion de sa biodiversité… En effet, l’Union mondiale pour la nature nous place parmi les 10 pays les plus concernés par ce phénomène. Il faut dire que l’île-de-France est constituée à :

  • 80 % d’espaces naturels et ruraux,
  • abrite 228 espèces d’oiseaux sur les 375 répertoriés en France,
  • 18.000 espèces d’insectes sur 35.000,
  • 60 espèces de mammifères sur 121,
  • ainsi que 1.500 espèces de plantes sur 6.000.

                                                                                                                  surface boisée île de France

Pour respecter la fragilité de la nature et la biodiversité qui ne connaît pas de limites, il est indispensable de mettre en place des coopérations en matière de biodiversité de l’interrégional à l’international.

C’est pourquoi la Région a décidé de contribuer au projet LAB (Action Locale pour la Biodiversité) coordonné par l’ ICLEI (International council for local environnemental initiatives).

Depuis  2006, la Région  est adhérente à l’Union mondiale pour la nature. Elle participe donc au compte à rebours 2010 pour l’arrêt de la perte de la biodiversité.  Grâce au programme LAB, elle s’attribue un outil supplémentaire qui s’inscrit dans la perspective de la stratégie régionale pour la biodiversité voté en juin dernier.

  • En rejoignant les 550 pays, villes et régions du programme LAB, l’Île-de-France réaffirme sa politique de protection de la nature et de développement durable.

Ce programme de coopération qui  reunit déjà des villes telles que  Cape Town , Barcelone, Leicester , Sao Paulo, Séoul… a pour principal objectif d’échanger sur les pratiques et les politiques locales les plus performantes pour la préservation de la planète.

Le président de la région, Jean-Paul Huchon, qui cherche à sensibiliser ses administrés à la situation de repli de la biodiversité, a inauguré en juin dernier une agence régionale consacrée à la biodiversité et à la nature  : Natureparif.

                                                                                                   président de la région île-de-France, Jean-Paul Huchon

L’agence s’occupera de l’établissement d’un tableau de bord régroupant les données et observations sur l’évolution de la nature et de la biodiversité.

  • Ces informations devraient permettre d’adapter les projets de la région en matière d’équipement et d’aménagement du territoire entre autres.

Alimentation, médicaments, habitat, traitements des déchets… tout ce qui fait notre quotidien, et les industries qui en résultent, reposent sur les ressources naturelles préservant l’équilibre vital de la biosphère ; liant de ce fait intimement la survie de l’homme à celle de la biodiversité.

Les missions que se sont fixées les gouvernements locaux sont donc essentielles pour garantir un développement économique et social durable dans le respect des ressources.

                                                                                                                  oiseau de Paris, le goeland argent

La Région envisage un budget de 5 millions d’euros par an consacré à la préservation de la biodiversité. Avec le  programme LAB, celui-ci pourra être utilisé de façon plus efficace en s’appuyant sur les expériences déjà existantes.
                                                                                                                     

Lire aussi Les sols, fondements de la biodiversité

Biodiversité. 6 des 8 espèces d’ours menacées de disparition

Zoom sur la biodiversité en danger

Article rédigé par Elwina, juillet 2008