Il pleut du plastique sur les parcs naturels Américains

Des chercheurs viennent de mettre en lumière l’étendue de la pollution par les micro plastiques à travers le globe, jusque dans la pluie tombant sur des zones protégées, outre-Atlantique.

Rédigé par Paul Malo, le 4 Jul 2020, à 7 h 57 min

Le chiffre est tellement incroyable qu’il faut le relire pour l’appréhender. Il pleut chaque année plus d’un millier de tonnes de particules de micro-plastique sur onze zones protégées reculées de l’ouest des États-Unis.

Après les pluies acides, les pluies plastiques

Cela représente, pour prendre une comparaison imagée, l’équivalent de plus de 120 millions de bouteilles d’eau en plastique. L’Ouest sauvage américain a décidément bien changé, au point que les zones les plus reculées sont tout aussi atteintes que les autres par la pollution plastique.

pluies de plastique

Le magnifique Ouest américain est désormais pollué par les retombées plastiques © Kusska

Ce constat, les chercheurs l’ont fait en analysant l’air et l’eau de pluie tombée au sein de onze parcs nationaux du pays, en principe les zones naturelles les mieux protégées et les plus à l’abri de l’influence de l’activité humaine. Mais aucune zone sur terre ne semble décidément plus épargnée de pollutions plastiques.

Seulement 6 % du territoire américain

Pire encore : sachant que ces parcs nationaux du Grand Canyon à Joshua Tree, représentent environ 6 % de l’ensemble du territoire des États-Unis, on pourrait extrapoler à 16.000 tonnes, un chiffre affolant, le volume de particules microplastique (par définition d’une taille inférieure à 5 mm de long) qui pleuvent, littéralement, chaque année sur l’ensemble du pays.

pluies de plastique

Les déchets plastiques sont partout © Roman Mikhailiuk

Selon l’équipe de chercheurs à l’origine de cette étude au long cours, la plupart de ces particules de plastique viennent en fait des microfibres synthétiques servant à fabriquer les vêtements que nous portons. Un constat qui met en lumière de façon dramatique « l’importance qu’il y a à réduire la pollution venant de tels matériaux », souligne l’étude.

Partout à la surface du globe

« On prévoit que 11 milliards de tonnes de plastique s’accumuleront dans l’environnement d’ici 2025, expliquent les chercheurs(1) Les plastiques étant persistants, ils se fragmentent en morceaux susceptibles d’être entraînés par le vent. » Mais d’où viennent ces plastiques ? Essentiellement des grands centres urbains et de leur remise en suspension par la voie des airs comme dans l’eau.

AgirPourquoi et comment recycler le plastique ?

Ces résultats effrayants ne font que confirmer le fait que la pollution par les microplastiques se retrouve décidément partout à la surface du globe, depuis les glaces de l’Antarctique et de l’Arctique jusqu’aux montagnes des Pyrénées, en passant par les fleuves et les rivières et les profondeurs des océans. Et cela ne devrait hélas pas s’arranger alors que l’on estime, selon les chiffres de McKinsey que le volume des déchets plastiques devrait passer de 260 millions de tonnes aujourd’hui à 460 millions  à l’horizon 2030…

Illustration bannière : Aucun endroit n’est à l’abri de la pollution plastique © Kim Wutimet
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis