Avec Pierre Portevin, devenez votre meilleur ami pour mieux prendre soin des autres

« Cultivez votre jardin”, nous enjoignait Voltaire en conclusion du Candide. Mais notre culture nous fait rejeter ce qui peut paraître comme un repli sur soi, une forme d’égocentrisme, voire d’égoïsme. Résultat : on s’occupe bien souvent mieux des autres que de soi-même. Pierre Portevin publie un livre formidable qui nous (ré)apprend à devenir notre meilleur ami, pour mieux prendre soin des autres.

Rédigé par Stephen Boucher, le 4 May 2017, à 7 h 10 min
Avec Pierre Portevin, devenez votre meilleur ami pour mieux prendre soin des autres
Précédent
Suivant

consoGlobe.com – Alors, justement, Pierre Portevin, comment passe-t-on du temps de qualité avec soi-même ?

Pierre portevinPierre Portevin – On parle beaucoup de pleine conscience, de mindfulness, c’est certainement l’une des manières, mais il n’y pas que ça. Se promener seul en forêt en est une autre. Moi je passe du temps à écrire dans un carnet personnel, pas pour être publié, mais pour être avec moi. C’est une pratique que je recommande, parce que l’écriture manuscrite est plus lente que la pensée et donc permet d’avoir plusieurs niveaux de pensée en même temps. Je pense, j’écris ce que je pense et, pendant que les lettres apparaissent sur la feuille, d’autres pensées peuvent naître.

consoGlobe.com – Pierre, vous parlez de compassion, d’auto-amitié : pouvez-vous nous en dire plus ?

Pierre Portevin – J’écris dans le livre que l’auto-compassion c’est l’énergie de l’amitié. La compassion est souvent mal comprise, connotée péjorativement et confondue avec l’empathie ou la pitié. L’empathie, c’est une capacité humaine qui permet de se faire une idée d’une souffrance d’émotion que quelqu’un peut avoir. Cette empathie peut devenir envahissante et nous faire perdre le sens de nous-même : on est tellement envahi par l’émotion de l’autre qu’on est perdu.

La compassion elle, s’appuie notamment sur l’empathie mais va au-delà. Elle se compose de quatre éléments :

  1. la prise de conscience d’une souffrance chez quelqu’un,
  2. l’empathie, qui permet de se faire une idée, une sensation assez précise de cette souffrance et de ce que l’autre peut ressentir.
  3. Mais très vite arrive le désir de faire diminuer cette souffrance et de permettre à cette personne de ressentir plus de bien être.
  4. Enfin, il y a le passage à l’action pour que cette souffrance diminue.

L’empathie est donc un élément de la compassion, mais on ne peut s’y arrêter. C’est comme un médecin : il voit un patient souffrant mais ne s’arrête pas à constater la douleur ; il identifie les soins à apporter, puis soigne.

L’auto-compassion, c’est la compassion pour soi-même. Elle fonctionne dans la même logique : prendre conscience d’une difficulté que l’on vit, s’en faire ainsi une idée claire, identifier une manière de corriger cela, et ensuite passer à l’action. Enfin, pour éviter toute confusion, l’amitié envers soi-même, ce n’est pas l’amour de soi. L’amour de soi, c’est plutôt l’amour de son image, comme Narcisse. Au contraire, quand on est ami avec soi-même, on n’a plus besoin de se soucier de son apparence  vis-à-vis des autres. On peut être pleinement soi-même.

Il y a une confusion entre l’amour de soi et l’amitié envers soi même.

 

consoGlobe.com – Pourquoi un livre de développement personnel de plus : celui-ci manquait-il ?

Pierre Portevin – J’ai lu beaucoup de livres de développement personnel et souvent ils sont partiels, ils touchent à un sujet, mais il n’y a pas d’unité. L’amitié avec soi-même permet de faire de l’unité entre plusieurs sujets.

Je pense qu’il est bénéfique de s’appuyer sur un concept aussi simple, car tout le monde a des amis, des relations d’amitié. Donc chacun peut s’appuyer sur sa propre expérience, c’est un principe qui est facile à comprendre et à exploiter. Mais s’il faut trois minutes pour l’expliquer, il faut toute une vie pour le mettre en oeuvre.

consoGlobe.com – Que vais-je apprendre en 192 pages ? Je sais être ami avec mes amis, ne suffira-t-il pas que j’applique la même approche à moi-même ?

Pierre Portevin – De ce que je constate, dans ma vie, dans celle de mes amis et des gens qui viennent me consulter pour du coaching, l’un des problèmes majeurs les plus répandus est un déficit d’estime de soi ou de confiance en soi. Sous-jacent, réside un déficit d’amitié avec soi-même. Pour beaucoup, l’estime de soi s’établit en comparaison avec les autres. Pour pouvoir bien s’estimer, on a besoin de s’évaluer « au-dessus de la moyenne ». Mais c’est impossible ! Tout le monde ne peut pas mathématiquement être au-dessus de la moyenne. Alors on se considère mal, car en-dessous de cette moyenne. Et c’est tout aussi impossible. Il faut donc sortir de ce mode d’évaluation.

Je vois beaucoup de gens qui ne savent pas être un bon ami pour eux-mêmes. Si je leur explique, ils le comprennent très vite, mais hélas, c’est comme pour les gens qui veulent perdre du poids ou arrêter de fumer : ce qu’ils ont besoin de faire est très simple à comprendre, mais la réalisation est complexe. Le livre est donc rempli d’exercices pratiques, certains très agréables, avec des rituels. Mais c’est comme la gym, on ne va pas en faire qu’une fois par an. L’amitié avec soi-même se cultive tous les jours.

consoGlobe.com – Pouvez-vous nous donner des exemples de méthodes dont vous parlez et qui sont propres à votre analyse ?

Pierre Portevin – Ces méthodes sont de plusieurs ordres. Certaines, je l’ai évoqué, consistent à d’abord apprendre à passer du temps avoir soi. J’aide à le faire d’une manière qui nous apporte du sens et du bien être. D’autres sont profondément structurantes. Sachant par exemple qu’un ami c’est quelqu’un qui me connaît bien, j’apporte des outils pour apporter de la clarté sur ce qui nous importe vraiment et ce à quoi on aspire.

Et enfin, une fois que je me sens mieux avec moi même, que je m’apprécie, que j’élabore des projets, j’aide à mettre cette nouvelle version de moi-même au service des autres, au service du monde, à oser plus, avec énergie, bienveillance, compassion. Le livre offre un parcours qui passe de la compréhension à la mise en oeuvre.

La lecture du livre de Pierre Portevin peut être prolongée avec le site www.monmeilleurami.info, qui propose des exercices et méditations audio, une version imprimable du « Manifeste de l’amitié avec soi-même » et des références académiques.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à la Fondation européenne pour le Climat (European Climate Foundation), où il était responsable des...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis