Phytoépuration : une solution d’épuration individuelle naturelle

Rédigé par Annabelle, le 22 Nov 2015, à 15 h 45 min

La phytoépuration ou lagunage est un système ou un jardin d’assainissement individuel des eaux usées par les plantes qui gagne à être connu. Facile d’entretien et moins cher qu’une fosse septique classique, le système d’assainissement par phytoépuration a déjà fait ses preuves dans certaines petites communes françaises depuis une vingtaine d’années. Inodore, le système se révèle non seulement efficace, mais aussi plutôt esthétique.

La phytoépuration, un système naturel et efficace

Si en ville la question de collecte et de traitement des eaux usées ne pose en général pas de problème, les habitations des zones urbaines étant reliées au réseau tout-à-l’égout, ce n’est pas forcément le cas en zone rurale. Parce qu’elle est facile à installer, naturelle et inodore, la phytoépuration peut être particulièrement adaptée à la campagne.

Phytoépuration : comment ça marche ?

La phytoépuration utilise les bactéries naturellement présentes dans le système racinaire des plantes pour épurer l’eau. Les bactéries aérobies (c’est-à-dire qui ont besoin d’oxygène et qui ne dégagent pas de mauvaises odeurs) “mangent” les matières organiques. Elles les transforment alors en matière minérale assimilable par les plantes. En retour, les plantes aquatiques fournissent de l’oxygène aux bactéries par leurs racines.

eautarcie-jardin-eaux-uses-plantes

Ainsi, les systèmes de phytoépuration dirigent les eaux usées vers des filtres plantés d’espèces végétales soigneusement sélectionnées et capables d’absorber les polluants tels que les nitrates ou les phosphates. On utilise souvent des plantes persistantes émergentes telles que les bambous, roseaux, massettes, laîches…

Ces filtres plantés reproduisent donc un écosystème épuratoire naturel. Les filtres traitent les eaux usées en plusieurs étapes :

  • un pré-traitement via les graviers et les racines des roseaux qui retiennent les grosses particules à sa surface. Les éléments se transformeront en compost.
  • un traitement des composés chimiques au travers de plusieurs bassins remplis de substrat et de plantes ; les plantes absorbent les nitrates et les phosphates contenus dans les urines et les matières fécales. Le traitement chimique naturel permet aussi la décomposition de polluants ménagers.
  • un traitement biologique, puisque les bactéries décomposent les dépôts accumulés au niveau des racines pour les transformer en éléments nutritifs pour les plantes.

Le traitement peut être affiné grâce à une mare terminale

Phytoépuration

Filtres à roseaux – © D. Klecka

Les avantages de la phytoépuration

La phytoépuration présente de nombreux avantages et notamment écologiques dans la mesure où elle réduit la pollution des eaux de surface et des nappes phréatiques et qu’elle ne nécessite pas d’énergie.

  • Le système de phytoépuration est fiable et performant. De plus, il s’intègre parfaitement au paysage, sans dégager aucune mauvaise odeur

Enfin son prix joue lui aussi en sa faveur comparé à une installation d’assainissement conventionnelle. Comptez en moyenne de 4 000 à 5 000€ pour une famille de 4-5 personnes contre 6 200 à 7 500 euros (hors taxes), selon l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Le système a une durée de vie allant bien au delà des 20 ans. Prévoyez une surface de 2 à 5m² par personne.

Le système de traitement par phytoépuration des eaux usées domestiques est bien entendu conforme aux exigences réglementaires.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

43 commentaires Donnez votre avis
  1. Mon projet est simple puisqu’il se limite à “l’épuration” des eaux de pluie afin qu’elles soient utilisables dans toutes les situations y compris la consommation pour les animaux.
    J’envisage un filtrage par les plantes. Quel budget et quel système envisager ?

  2. Bonjour,

    Je suis en train de remplir ma demande de permis de construire et il est écrit que si mon projet s’accompagne de la réalisation d’un assainissement non collectif, il faut joindre un “attestation de conformité”. Comment fait-on pour obtenir ce document si l’on prévoit de faire soi-même sa phyto-épuration ??

    Merci d’avance !

  3. Bonjour,

    Je suis en train de remplir ma demande de permis de construire et il est écrit que si mon projet s’accompagne de la réalisation d’un assainissement non collectif, il faut joindre un “attestation de conformité”. Comment fait-on pour obtenir ce document si l’on prévoit de faire soi-même sa phyto-épuration ??

    Merci d’avance !

  4. Nous avons installé une phytoépurration avec toilettes à litière biomaitrisée (toilettes sèches) pour notre maison en charente c’est une filière “eau vivante”.Cela fait 1 an et demi que nous y habitons, notre installation n’a pas reçu la conformité mais nous avons signé une convention avec le spanc (service qui gère les assainissements sur la communauté de commune) nous avons une obligation de résultat (analyse des eaux en sortie de bassin qui sont conformes au bout d’un an). Normalement une analyse tous les ans les 1ères années. Pour le prix cela tourne plutôt autour de 3000 euros matériaux et auto construction (y compris les heures de pelleteuse pour creuser les trous). Nous avons aussi prévu de réaliser une mare en sortie de bassins. C’est ainsi que l’on peut s’inscrire dans un cycle plus cohérent aussi bien au regard du traitement de l’eau que du processus de compostage et création de l’humus.

    • Bonjour
      Auriez vous quelques références de livres sur la question? Je cherche en effet à traiter les eaux usées par phytoépuration ( autres que matières fécales qui seront traitées par toilettes sèches) pour une caravane de 4 personnes.
      Merci de votre réponse.
      Cordialement.

Moi aussi je donne mon avis