Loups en Haute-Savoie : les chasseurs chargés de les compter vont-ils en abattre plus ?

Les chasseurs discutent depuis longtemps le comptage officiel des loups, réalisé par l’Office français de la biodiversité (OFB). Le département de la Haute-Savoie vient de leur accorder une subvention pour la réalisation d’un nouveau comptage. Si cette nouvelle revue des troupes était à la hausse, ils pourraient alors en supprimer davantage.

Rédigé par Anton Kunin, le 24 May 2022, à 11 h 12 min
Loups en Haute-Savoie : les chasseurs chargés de les compter vont-ils en abattre plus ?
Précédent
Suivant

Le nouveau comptage des loups sera visuel

Les chasseurs aimeraient « prélever » plus de loups. Depuis des années, ces derniers font valoir que les estimations du nombre de loups fournis par l’Office français de la biodiversité (OFB) ne correspondent pas à la réalité. Plus précisément, ils affirment que le nombre réel de loups dans nos forêts est bien plus élevé que ce que veut bien nous faire croire l’OFB. En Haute-Savoie, les chasseurs ont donc reçu le feu vert du Département pour effectuer un recomptage des loups « contradictoire à celui de l’OFB », via une subvention de 270.000 euros accordée à la Fédération nationale des chasseurs.

Dans son « Plan pour la chasse en Haute-Savoie » adopté en avril 2022 (sur la couverture duquel figure d’ailleurs fièrement le slogan « Une valeur ajoutée pour les territoires »), le Département prévoit l’achat de longues-vues, caméras thermiques, enregistreurs sonores, pièges photo et phares de comptage, « permettant le suivi des loups sur les 19 massifs du département ».

A lire aussi : Hautes-Alpes : une louve retrouvée pendue devant une mairie

En Haute-Savoie, le loup menace gravement les élevages

En Haute-Savoie, l’opposition de l’équipe départementale au loup est un combat de longue date. En septembre 2021, Marie-Louise Donzel-Gonet, la vice-présidente du Département de Haute-Savoie à l’Agriculture, Forêt et Alimentation, a même écrit à Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture de l’époque, en lui demandant d’« exclure le loup en Savoie, sur les territoires de production du lait en alpage », invoquant les attaques incessantes de loups contre les élevages. Le soutien du Département à un scénario qui permettrait d’abattre ces loups se comprend donc.

Cette aide départementale s’ajoute aux 650.000 euros sur cinq ans déjà alloués par le Département à la Fédération, ainsi qu’à une subvention de 304.100 euros sur trois ans de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Reste à savoir si le chiffre qui sera produit par les chasseurs correspondra ou non à la réalité. Il est en effet très difficile de distinguer un loup d’un autre sur une photo. Le risque est donc qu’un même loup soit compté plusieurs fois si sa présence est enregistrée dans plusieurs endroits…

le loup en france

A lire aussi : Braconnage et tirs dérogatoires finiront par avoir la peau du loup en France

Un 3e loup abattu dans la Drôme par un tir de défense

Il n’y a pas qu’en Haute-Savoie que la présence du loup pose problème. Dans la Drôme, un lieutenant de louveterie a procédé à un tir de défense sur un loup dans la nuit de samedi à dimanche dernier, à Gigors-et-Lozeron. Ce spécialiste était appelé à intervenir chez un éleveur, qui avait déjà subi plusieurs attaques de loup durant les 12 derniers mois.

Dans la Drôme, les attaques de loups se multiplient : officiellement 88 depuis le 1er janvier 2022. Plus de 300 animaux en ont été mortellement victimes. Ce tir, considéré comme un « tir de défense renforcée », est le 3e abattage de loup dans le département depuis le début de l’année.

Illustrations : ©Shutterstock.
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. une fois de plus, une fois de trop, c’est le grand n’importe quoi, que peut-on attendre de gens dont le président de la chasse dit ouvertement « qu’ils aiment tuer »! ….les chasseurs ne sont pas les protecteurs de la biodiversité (on suit leurs déchets après leur passage : canettes, paquets de cigarettes, etc …)et c’est énormément d’argent qui serait mieux utilisé ailleurs, pour les écoles et hôpitaux par exemple. La France régresse …….et faire confiance aux chasseurs est de la stupidité

  2. Demander aux chasseurs de compter les loups pour savoir s’il faut en tuer plus ou non, c’est vraiment se foutre du monde!

    • Les chasseurs donneront de vrais chiffres, très loin des chiffres minimisés des escrolos!

      De toute manière, les ravages du loup et de l’ours devraient être indemnisés par les escrolos, principe responsable payeur

    • Au pire, ils pourraient ne pas être objectifs en donnant un chiffre plus important que la réalité, histoire d’avoir « le droit » d’en abattre en se faisant un grand plaisir…!!!

Moi aussi je donne mon avis