La cuisine à petits prix : les cucurbitacées, courges à idées !

Rédigé par Emma, le 26 Nov 2014, à 12 h 31 min

Curcurbitacées, les trucs et astuces :

Épluchage obligatoire !
potimarronLa peau de la plupart des cucurbitacées n’est pas comestible. Il faut donc l’enlever (ce qui n’est pas toujours facile, surtout quand elle est très dure. Mais c’est ce qui garantit sa longue conservation !).

Deux exceptions : le potimarron et le butternut. Pour eux, pas la peine d’éplucher.
Ne pas oublier d’enlever les graines et les parties très filandreuses lors de l’épluchage.
Petit truc en plus pour les flemmards de l’épluchage : faites-les cuire avec leur peau et enlevez-là après. C’est nettement plus facile !

Pour remplacer les cacahuètes
Ne jetez pas les graines !  Avec leur forme en amande, elles peuvent remplacer les cacahouètes en apéro.  Nettoyez-les, faites-les griller à la poêle, ajoutez un peu de sel et dégustez.

Citrouille ou potiron ?

On les confond souvent. Pourtant, elles sont bien différentes. Voilà quelques signes distinctifs :

citrouilleLa citrouille  : elle est ronde comme un ballon de baudruche et d’une belle couleur orange, uniforme.
Son pédoncule est épais et dur, avec 5 côtés anguleux, sans renflements à son point d’attache.
Sa chair est filandreuse et contient beaucoup d’eau.
C’est la citrouille qui est utilisée pour Halloween.

potironLe potiron : il est plus aplati et présente des ondulations, avec une couleur variable qui peut aller d’un rouge orangé au vert foncé selon les variétés.
Son pédoncule est cylindrique et tendre
Sa chair est moins filandreuse que celle de la citrouille, plus ferme, plus sucrée, avec un goût de châtaigne.

Comment cuisiner les cucurbitacées ?

Les cucurbitacées sont des filles faciles ! Une fois cuites, elles peuvent se transformer en une multitude de plats (en plus du carrosse !) :

Salé :
purée de citrouille–    en poêlée, presque nature, avec un peu d’huile d’olive, des oignons et de l’ail. On peut y rajouter un 4 épices, ou du curry.
–    dans un risotto.
–    en gratin, ou avec une béchamel.
–    en purée (avec ou sans pommes de terre)
–    en soupe, avec de l’ail et du gingembre pour un velouté revigorant
–    dans les légumes d’un plat de couscous et de caris
–    à la place des patates douces

Sucré :
pumpkin pie–    en tarte (les Américains préparent une pumpkin pie = tarte au potiron, comme dessert  traditionnel de Noël)
–    en crème, avec du miel
–    en gâteau, dans la préparation des muffins par exemple.

L’avis de la diététicienne :

Laissez-vous tenter par les cucurbitacées ! Ces filles de l’hiver sont non seulement faciles et rapides à cuisiner, mais elles sont surtout gorgées de vitamine C et de béta-carotène, les vitamines à privilégier pendant les mois froids. Leur couleur orangée est un véritable éclat de soleil dans les assiettes et donne l’impression de « manger » cette vitamine C !

Les enfants raffolent de leur goût sucré et de cette couleur originale. Choisir avec eux la prochaine courge à déguster peut faire l’objet d’un jeu sur les formes et les coloris. Il est rare qu’un aliment rassemble autant d’atouts ! Les cucurbitacées sont loin d’être des courges… !

*

Cela me donne une idée

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,

    D’accord sauf pour la cuisine au micro-ondes puisque « ondes » qui détruisent les aliments. Il a été prouvé ces deux aspects. Je suis étonnée que ce mode de cuisson ait sa place chez vous…

  2. Les cucurbitacées en SALADE :
    Rapés comme des carottes, une vinaigrette bien relevée et voilà qui est tout aussi bien ou même mieux, ça fait des crudités pour l’hiver.

  3. Bel article ! Nous avons beaucoup à apprendre de ces produits. Pour les graines , avant de servir de cacahuètes , j’imagine qu’elles peuvent engendrer la génération suivante . Mais quand faut il planter ces graines ? Avez vous d’autres conseils pour optimiser la conservation des graines ? Pour aider à la culture ? Merci

    • Pour ma part, je récolte environ 25 potirons chaque année.
      De quoi tenir tout l’hiver en soupe, purée et en faire profiter amis et famille.
      Pour la conservation des graines, il suffit dans les mettre dans une boite à fromage remplie d’une feuille d’aluminium pour repousser l’humidité qui ferait pourrir les graines.
      Au printemps, après les dernières gelées, mettre les graines en godet. Une fois la plante mesurant une quinzaine de centimètres, on peut repiquer en pleine terre avec le godet.
      Mais attention, les potirons prennent pas mal de place dans le jardin, il faut donc prévoir un espace d’au moins 4 mètres carrés pour chaque pieds.

Moi aussi je donne mon avis