Covid-19 : les masques en tissu maison controversés

La bonne volonté ne suffit pas : gare aux masques en tissu faits maison, qui ne peuvent être utilisés en fait que par des non soignants et des non malades.

Rédigé par Paul Malo, le 25 Mar 2020, à 9 h 59 min

Alors que les bonnes volontés se multiplient pour produire des masques en tissu, les autorités de santé déconseillent leur port.

Coronavirus : des masques en tissus à l’efficacité relative

Face à la pénurie dramatique de masques en France, les Français se mobilisent pour fabriquer ce qu’ils peuvent à la maison. Les masques en tissu se multiplient, tandis que les réseaux sociaux et le web foisonnent de patrons et de conseils pour en fabriquer. Mais si certains modèles sont présentés comme conçus par un ingénieur ou répondant aux exigences de l’institut Pasteur, leur efficacité demeure souvent des plus relatives, au-delà du côté symbolique.

coronavirus coudre un masque

Ce type de masque en coton a la forme d’un masque chirurgical mais est parfaitement inefficace – © Lucie Peclova

Ainsi, en Nouvelle-Aquitaine, en train d’être atteinte par la vague de l’épidémie de coronavirus, le Dr Daniel Habold, directeur de l’Agence régionale de santé, appelle à ne pas utiliser ces masques faits maison. « Aujourd’hui, il n’est pas question de donner un mot d’ordre à toutes les couturières de fabriquer des masques en coton maison », a-t-il ainsi tenu à préciser lors du point presse quotidien avec la préfète de région.

Une seule méthode valable pour le moment

« En voulant bien faire, on ne sait pas ce qu’il faut faire » explique en effet le directeur du pôle santé publique de l’ARS (Agence régionale de santé). Certes, ces masques en tissu faits main « peuvent être utilisés pour faire face à certaines situations comme dans la chaîne alimentaire ». Mais il ne peuvent en aucun cas l’être dans d’autres situations, car « ils sont vraiment insuffisants par rapport aux masques chirurgicaux qui, eux-mêmes sont inférieurs aux masques FFP. »

Pour le Dr Habold, il convient que les masques en tissu « soient réalisés avec les bons tissus filtrants et qu’ensuite les modes de lavage correspondent à une désinfection efficace ». Le coton est par exemple trop poreux et il faut des tissus polyester spécifiques, aux mailles suffisamment serrées pour ne pas laisser passer les virus.
Ainsi, « la seule recette qui est pour l’instant valable pour confectionner des masques en tissu est celle établie à partir de deux types précis de tissus identifiés par l’ARS de Lille et des scientifiques. De plus, ces masques sont pour des non-soignants et des non-malades ». Ils remplacent seulement les masques chirurgicaux, qui ne permettent pas de se protéger des virus mais empêchent de transmettre un virus à une autre personne.

Pour fabriquer vous-même votre masque qui vous servira à aller faire vos achats (à n’utiliser en aucun cas en présence de malade ou si on est soi-même malade), retrouvez le tuto du CHU de Grenoble ici. Attention n’oubliez pas de laver votre masque après chaque utilisation !

Illustration bannière : Coronavirus : le masque en tissu cousu maison se multiplie – © Lubo Ivanko
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




24 commentaires Donnez votre avis
  1. Incroyable! Enlevez cet article périmé et aussi totalement en désacoord avec l’Afnor! Nous sommes de nombreuses souturières à avoir suivi dès le début les recommandations de cet organisme et ils disent bien que coton serré en plusieurs couches fonctionne. Et les masques passent le test de la bougie, pas les chirurgicaux! Des petites mains ont été les seules à se mobiliser quand il n’y avait rien, se sont perfectionnées, ont permis à de nombreuses personnes de se protéger, tout ça, sans fournitures accessibles et maintenant tout cela serait à banir d’un revers? Au profit de quoi? De masques chirurgicaux polluants made in China pour la plupart (et on encourage encore la consommation de ce type)?? Mais bon sang, réservez ces masques à ceux qui sont dans la médecine, aux personnes fragiles ou malades et pour les autres les masques ne tissus bien faits suffisent largement! Ils ne polluent pas, sont agreables à porter et sont faits par ceux qui ont permis de sauver des vies en dehors des hôpitaux. Rendez à César ce qui est à César !!!

  2. Votre article date du 25 mars est n’est plus du tout d’actualité! Certaines personnes semblent ne pas l’avoir vu…
    A l’heure actuelle le gouvernement nous encouragent, au contraire à faire des masques et à les porter car il n’a pas les moyens ne nous en fournir. Certes les masques en tissu « maison » ne sont pas parfaits mais c’est mieux que de ne rien porter. Dans certains pays où la population porte des masques artisanaux l’épidémie est restée stable.

    • Il est important de vérifier que l’air ne passe pas trop facilement, que ce ne soit pas une passoire. Mais aussi, il faut le laver souvent, tous les jours, surtout que c’est vite lavé, avec liquide vaisselle et eau assez chaude, on peut ensuite passer du savon qui en plus permet d’avoir un effet mécanique. Surtout bien rincer pour bien chasser mousse et savon et en même temps éventuellement le virus s’il y en a. On trouve aussi des produits bactéricides, levuricides et virucides pas très chers sous forme de pulvérisateurs, on peut en passer aussi et laisser agir un moment et rien rincer ensuite, en plus du reste. Attention, l’eau trop chaude bousille les élastiques.
      Vu les dépenses que le gouvernement va faire, le pays va être ecxangue, donc moi, je ne réclame rien, pour les masques, je suis autonome et je fais tout ce qui est à ma portée.
      Et les médecins connaissent la médecine, mais lorsqu’ils sortent de leur domaine, parfois, ils ne sont pas très fiables.

  3. bonjour, maintemant que les usines couturier font des masque payant les couseuses les couturiéres qui ont fabriquer les premiéres masque aujourd’hui ne son plus bon ont sais tres bien qu’ il ne son pas pour le personnels soignant sa veux dire que l’on a protéger personnes en mettant nos masque fait maison car nous les non pro. nous ne pouvons pas avoir de tissus merci pour l’intèrer que vous portez aux personnes bénévole nos masque son bon a mettre a la poubelle

  4. chercher : « youtube comment faire un masque » il y a plein de tutos, on peut choisir.

    La machine à coudre n’est pas indispensable, on peut utiliser une aiguille du fil, et un ciseau.

    J’ai utilisé de la doublure acrylique pour l’extérieur de couleur beige, assez discrète. J’ai fait comme une poche à l’intérieur, j’ai mis un tissus plus serré que la doublure. Et avec les 3 couches, ça ralenti bien le passage de l’air, c’est un peu comparable aux masques officiels.

    Ceci dit les masques officiels, il faut bien voir que tout l’air ne peut pas passer au travers. Une partie de l’air passe sur le côté, heureusement car on serait au bord de l’asphyxie.

    Les poumons contiennent 6 litre d’air, mais à chaque inspiration on prend un demi litre d’air, et on expire la même quantité.

    Moi lorsque c’est possible, j’aime bien de vérifier ce qu’on me raconte. Et je ne prends pas tout pour argent comptant. Lorsqu’ils ont dit que les masques ne servait à rien, je n’étais pas du tout de cet avis, alors je me suis mis à en fabriquer.

  5. chercher : « youtube comment faire un masque » il y a plein de tutos, on peut choisir.

    La machine à coudre n’est pas indispensable, on peut utiliser une aiguille du fil, et un ciseau.

    J’ai utilisé de la doublure acrylique pour l’extérieur de couleur beige, assez discrète. J’ai fait comme une poche à l’intérieur, j’ai mis un tissus plus serré que la doublure. Et avec les 3 couches, ça ralenti bien le passage de l’air, c’est un peu comparable aux masques officiels.

    Ceci dit les masques officiels, il faut bien voir que tout l’air ne peut pas passer au travers. Une partie de l’air passe sur le côté, heureusement car on serait au bord de l’asphyxie.

    Les poumons contiennent 6 litre d’air, mais à chaque inspiration on prend un demi litre d’air, et on expire la même quantité.

  6. On peut aussi être solidaires en se protégeant et ainsi protégeant les autres en espaces publics.

    A defaut de pouvoir coudre à grande échelle…
    car pour ceux coudant a la main par sûr que ça aide beaucoup.

  7. Dans le même style de betise, il est aussi deconseillé de porter des gants car on peut avoir le virus dessus en touchant des choses contaminées… car on est trop betes pour eviter de se gratter le bout du nez peut-etre?

    Et sans gants alors? Où elles vont les saletés?
    Ou c’est encore une astuce car risque de penurie de gants?!

    En l’absence de possibilité de desinfection efficace (gel sans eau), ni d’avoir un robinet+ savon + frottage methodique à portée de main, cela est l’ideal, notamment lors des courses.
    On les retire et voilà!

    Sinon ce sont volants,guidon, portières, portes, clefs de contaminés..

  8. On n’a pas fini de polémiquer sur le port ou non du masque.Qui a raison où tort?…Nos grands pontifes médicaux au début de la crise les jugeaient inutiles!
    Et maintenant ils font machine arriére…A qui pouvons nous donc faire confiance?
    Eh bien à notre bon sens naturel,à notre objectivité qui nous poussent à regarder ailleurs!!Le meilleur exemple nous vient d’Asie, plus exactement de la Corée du Sud, de Taîwan,d’Hong Kong où le port du masque est obligatoire depuis le DEBUT
    Résultat=un nombre excéssivement limité de morts…tout les pays qui ont préconisé le port du masque sont ceux ou le taux de contamination est le moins élévé!!!!!
    A bon entendeur salut!

  9. Que pourrait valoir un filtre à café, version « jetable », voire en plusieurs couches?
    Je dis ça, j’dis rien…😉
    Fred de Mably

  10. Je serais curieux de savoir ce que vaudrait un filtre à café « version jetable » et voire en plusieurs couches? Je dis ça j’dis rien…
    Fred de ably

  11. bonjour, J’ai fabriqué plusieurs masques en tissus. Il n’y a pas que le « tuto », il y a aussi la qualité du tissus à employer.

    Je me suis fait mes « normes ». j’avais quelques masques « périmés » par rapport à la date de fabrication, mais parfaitement fonctionnels

    J’ai pris le masque chirurgical, je l’ai appliqué devant la bouche en jointant bien en appuyant avec les doigts, et j’ai soufflé pour évaluer comment l’air passe. J’ai fait pareil avec un masque « bec de canard ».

    Avec le bec de canard, il faut davantage souffler pour que l’air traverse.

    Alors, partant de là, j’ai essayé avec des tissus différents d’avoir un peu la même chose. J’ai pris de la doublure acrylique, j’ai fait comme une poche. Ensuite, j’ai découpé un rectangle dans un sweet trop petit.
    J’ai mis le rectangle de sweet dans la poche, et j’ai essayé de souffler comme j’avais fait avec le masque canard. J’ai obtenu à peu près l’équivalent. Alors, j’ai cousu la poche pour la fermer.

    J’ai fait des plis sur les bords, j’ai mis des élastiques de chaque côté qui vont derrière les oreilles. Et ça va plutôt bien. Le seul souci c’est qu’il est difficile de trouver un morceau de métal pour pincer autour du nez comme les masques qu’on achète. J’ai mis un élastique réglable en longueur. ça jointe assez bien.

    Je veux en faire au moins une dizaine, pour en donner à ceux qui le souhaitent.

    Et là, à partir du moment où on les lave à mesure, on ne sera jamais à cours. Je les lave à la main au liquide vaisselle qui est efficace vu que le corona virus est un lipide, je rince plusieurs fois, ensuite je passe du savon de Marseille qui est efficace aussi, et j’ai même un pulvérisateur de produit virucide. Il faut bien rincer et laisser bien sécher,

    C’est vrai que si on se les fabrique, ça fera du manque à gagner aux marchands….

    Reste qu’il faut que ça fasse barrage au virus, donc les tissus employés comptent.

    Ceci dit avec les masques de chirurgie et les becs de canard, tout l’air ne passe pas à travers le masque, il en passe beaucoup sur le côté où de chaque côté du nez. Et si ça ne passait pas, ce serait impossible de le supporter longtemps. De plus, avec l’été qui arrive, on aura beaucoup de mal à supporter n’importe quel masque.

    Bien sûr il n’y a pas de normes, on les fabrique comme on le sent, et pour les soignants, il faut des masques industriels aux normes. Mais pour les particuliers, pour aller faire les courses, ce n’est pas tout à fait pareil. Et puis, on n’en trouve pas. Il paraît qu’au Maroc, on peut en acheter des paquets au supermarché. On peut faire le tri dans l’armoire et utiliser des vêtements qu’on ne met plus, ou des vêtements d’enfants devenus trop petits.

    A noter que lorsqu’on voit comment sont portés parfois les masques, y compris par les soignants, même s’ils sont aux normes, ils ne doivent pas être très efficaces.

    Et pour le déconfinement, il faut bien ajouter les masques aux autres précautions, sinon la contagion va « flamber » de nouveau.

    Sans compter qu’il faut penser aux montagnes de déchets que ça va produire. Il paraît que déjà, on en trouve sur certains trottoirs…

    Les masques fait maison qu’on lave, du point de vue écologique, ils sont imbattable.

    Autre chose : j’ai entendu que les masques « officiels » fabriqués en usine ne devaient pas être lavés qu’ils étaient moins performants etc…. J’ai fait le test : lavage à la main avec liquide vaisselle et savon de marseille et j’ai fait couler de l’eau bien chaude en évitant les élastiques qui ne supporteraient pas. Je les ai fait sécher….
    Eh bien ils étaient intacts, seule l’encre de la marque s’était effacée.

    J’ai fait le test du soufflage… eh bien c’est identique que le masque soit neuf ou lavé.
    Donc les infirmières à domicile ou les aides à domicile qui n’ont pas beaucoup de masques, elles peuvent les laver pour en avoir suffisamment au lieu de les garder toute la journée et d’aller chez tous leurs patients.

    Certains même y ajoutent du sopalin à l’intérieur et le change pour faire durer, mais ça ne change pas grand chose au fait que ne pas changer de masque entre chaque patient favorise la contamination.

    Autre chose, les masques ne « fonctionneraient » que dans un sens… Là je comprend pas trop. Même si ce n’est pas parfait à 100%.

  12. dommage que nous n’avons pas eu actuellement ,Roselyne Bachelot,comme ministre de la santé.car elle au moins nous aurions des masques .On a critiqué cette femme car elle dépenser de l’argent pour l’achat de ses masques .en Grandequantité 2 milliards de masques en stok à l’époque a o,60€ pièce.aujourd’hui on va les payer trois fois plus cher ,et en plus on est obligé de mettre des services d’ordre àsurveiller cette denrée rare ,on voit aujourd’ui ses politiques qui se contredisent les uns les autres ainsi que ses grands professeurs soidisant qui ne sont même pas d’accord ensemble .Il y a trois semainres les masques en tissu étaitt proscrit soi-disant ne servent à rien contre le virus . mais aujourd’hui on va en fabriquer pour les soignants ça fait peur .Mais aujourd’ui je ne jetterai la pierre à personne ,car je ne voudrais pas être à la place de ses décideurs , mais j’esppére que l’on va tous tirer une leçon de c’est crises ,et en premier lieu d’arrêter de délocaliser nos entreprises pour avoir moins cher .

  13. Il faut mettre tout le monde d’accord. Si les politiciens et sommités médicales étaient compétents, la situation ne serait pas telle qu’elle est. Donc, ne pas écouter ces « bras cassés ». Faites vos masques vous-même, c’est certain qu’ils ne seront pas FFP2, mais s’ils empêchent quelques contaminations autour de vous, c’est déjà ça.

    • Faites vos masques vous-même, c’est certain qu’ils ne seront pas FFP2, mais s’ils empêchent quelques contaminations autour de vous, c’est déjà ça….. merci !!

  14. Plutôt que de faire son propre masque il faut en faire pour des structures qui en ont besoin et qui les réclament désespérément…Cela s »appelle la solidarité….

  15. J’aime l’aplomb des dirigeants. Rassurez-vous, demain ils remercieront les petites mains qui ont cousu des masques en tissu. Comme aujourd’hui ils(et elles) sont tous béats d’admiration devant le sens de l’abnégation des infirmières, caissières, médecins, facteurs, épicières de village, chauffeurs de camions, bref, toutes les petites sous-merdes qu’ils méprisaient hier.

  16. Si nos politiques avaient anticipé cette pandémie, qui était prévisible depuis décembre 2019, on en serait pas là à faire n’importe quoi.

    • C’est pas constructif !
      Une idée plutot que de dénigrer ?

    • Ah un bon Français, je sais mieux que les autres et MOI j’avais tout prévu.

  17. Évidement, les masques en tissu faits maison ne rapportent pas aux rois du marché. Mais vaut-il mieux ne rien porter, en mode « admission directe », ou porter un semblant de filtre qui, à défaut d’être « agréé efficace », rassure son porteur et ceux qui le croisent et au moins arrête les poussières et les particules grosses (il n’y a pas de particules fines en ce moment puisque les voitures sont confinées avec leurs conducteurs)?

  18. En l’absence de masques sur le marché, ne pouvant rien attendre des services de santé pour obtenir un masque, il faut bien que nous ayons des protections!
    c’est débile de disqualifier les masques maisons sans donner la référence des tissus validés par l’ARS!
    Nous devons nous débrouiller par nous mêmes pour le moment.
    La photo montre un masque fait maison évidemment trop léger.
    Il y a un tutoriel de masque avec autant de couches de tissus que l’on veut sur #DIYJeCoudsMonMasque
    J’en ai fait 5 pour le moment et j’en utilise 2 tous les jours pour protéger les autres: si tout le monde en porte, on protègera tout le monde un minimum!

    • Enfin ce que je cherchais! Du bon sens! et une adresse de tutos pour ffaire son masque.

Moi aussi je donne mon avis