Et si vous comptiez les morses pour le WWF… depuis votre salon ?

Devenez un « scientifique citoyen » : comptez les morses pris en photo depuis l’espace par des satellites.

Rédigé par Paul Malo, le 21 Oct 2021, à 10 h 16 min
Et si vous comptiez les morses pour le WWF… depuis votre salon ?
Précédent
Suivant

Envie de vous rendre utile pour la nature ? Le Fonds mondial pour la nature (WWF) cherche des bénévoles pour compter les morses dans l’océan Arctique… en télétravail depuis leur canapé !

Des images ultra-précises prises depuis l’espace

Le télétravail au service de la nature ? Oui c’est possible. La preuve : le WWF recherche en ce moment des volontaires, des « scientifiques citoyens », prêts à donner un peu de leur temps bénévolement.
La mission de ces inspecteurs d’un nouveau genre : pratiquer la science participative bénévolement depuis le confort de leur canapé derrière leur ordinateur.

En effet, le WWF a besoin d’aide pour dénombrer les morses sur des photos satellite. Il faut dire que la résolution des images prises depuis l’espace permet désormais de surveiller la faune à distance, sans la déranger, même dans les lieux les plus inaccessibles.
Ces célèbres mammifères marins dotés de deux grandes défenses vivent en Arctique sur un territoire d’environ 25.000 km2. Pour recenser les représentants de cette espèce en danger, les équipes du British Antartic Survey, qui gère cinq stations de recherche en Arctique, font donc appel au grand public.

Le British Antarctic Survey et le WWF lancent un appel pour recruter des volontaires pour les aider à chercher des morses sur des milliers d’images prises par des satellites © Maximillian cabinet

Surveiller et compter les morses depuis chez soi

Au cours des cinq années à venir, des photos de la Russie, du Groenland, de la Norvège et du Canada vus de l’espace, seront peu à peu mises en ligne. La mission de ces « inspecteurs morses » connectés : compter le nombre de points marrons sur l’image correspondant à des animaux vus de l’espace.
Une mission tout sauf vaine, alors que ces mammifères sont de plus en plus menacés par la fonte de la banquise, conséquence du réchauffement climatique.

« Évaluer les populations de morses via les méthodes traditionnelles s’avère très difficile. Ils vivent dans des endroits extrêmement reculés, passent la plupart de leur temps sur la glace de mer et se déplacent beaucoup, explique le British Antartic Survey. Les images satellite permettent de surveiller de vastes zones côtières, de déterminer où sont les morses, et de nous aider à compter ceux que nous trouvons ».

L’efficacité d’une telle méthode n’est plus à démontrer : l’année dernière, ce sont des observations spatiales qui ont permis de repérer, et littéralement suivre à la trace, onze nouvelles colonies de manchots empereurs au fin fond de l’Antarctique. Le recours aux images satellites constituent ainsi un nouvel outil précieux pour quantifier les espèces sauvages et cartographier leurs habitats.
Le travail d’analyse des images satellites étant tout simplement colossal, qui plus est pour une petite équipe de scientifiques, si vous voulez devenir un « scientifique citoyen » et aider à compter les morses,

Pour en savoir plus et s’inscrire au projet, rendez-vous ici

Illustration bannière : Le morse de l’Atlantique est un grand animal particulièrement reconnaissable à ses longues canines (ou défenses) et à ses nageoires avant et arrière – © kongsak sumano
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis