Pourquoi de plus en plus de couples sont-ils confrontés à l’infertilité ?

De plus en plus de couples doivent faire fasse à l’infertilité, parfois avant même 35 ans. Alors que la 6e semaine de sensibilisation à l’infertilité s’est tenue du 9 au 15 novembre, différents facteurs ont été mis en exergue pour expliquer les raisons de cette infertilité.

Rédigé par Stéphanie Haerts, le 22 Nov 2020, à 8 h 02 min

De nombreux couples semblent avoir de nos jours des difficultés à procréer. Selon les derniers chiffres de 2019, 1 couple sur 8 serait concerné. Même si des zones d’ombre subsistent, les médecins savent aujourd’hui que la qualité et la quantité des spermatozoïdes ont baissé de moitié en trente ans.

Certains facteurs en cause

Alors que les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard, l’âge est certes un facteur déterminant qui peut expliquer l’infertilité, mais pas seulement, d’autres facteurs comme le tabac, le cannabis, les perturbateurs endocriniens ou encore les médicaments sont souvent en cause.

« Le problème, c’est que l’infertilité concerne deux partenaires et est toujours multifactorielle », a expliqué Nathalie Massin, responsable d’un Centre d’assistance médicale à la procréation dans les colonnes de 20 Minutes(1).

D’autres spécialistes pensent que le phénomène s’aggrave. Il faut noter qu’en France, 18 % des couples ne parvenaient pas à avoir un enfant après 12 mois sans contraception en 2003, ce pourcentage est monté à 24 % en 2008 et oscille entre 15 à 25 % de couples concernés en 2019. En outre, 8-11 % de couples qui restent infertiles après 2 ans de tentatives(2)(3).

L’âge, les maladies et les médicaments

Pour les scientifiques, l’âge est l’explication la plus logique. Alors qu’en 1972, le premier enfant était conçu à 24,7 ans en moyenne, il fallait attendre 28,5 ans en 2017. Toutefois, la fertilité décroît avec l’âge. La probabilité d’avoir un enfant par cycle menstruel est de 24 % à 25 ans, de 12 % à 35 ans et de 5 % à 40 ans.

Les maladies sont un autre facteur d’infertilité. Certaines pathologies affectent la fécondité. Une femme sur dix est par exemple atteinte d’endométriose, qui a un impact sur la fécondité, ou encore du syndrome des ovaires polykystiques, une maladie hormonale provoquant des ovulations irrégulières ou inexistantes.

L’infertilité, un problème qui touche de plus en plus de couples en France © golubovystock

Lire aussi : Travailler de nuit affecterait la fertilité des femmes

Les hommes de leur côté peuvent être atteints de varicocèle, une dilatation des veines au-dessus d’un testicule. Cette maladie touche un tiers des hommes ayant des problèmes d’infertilité.
Les médicaments peuvent également nuire à la fertilité d’autant plus dans des maladies graves où une chimiothérapie est nécessaire. Mais pas seulement, l’ibuprofène, largement consommé, est connu pour faire baisser le taux de testostérone.

Les causes environnementales et le mode de vie

L’infertilité peut venir d’autres causes encore. C’est le cas pour 20 % des couples. La baisse de la qualité du sperme est une explication. En Occident, le nombre de spermatozoïdes serait passé de 99 millions par millilitre de sperme en 1973 à 47 millions en 2011.
Certaines substances nocives présentes dans l’alimentation ou encore les produits de beauté, nommés perturbateurs endocriniens pourraient être en cause. Il reste difficile à démontrer comment ces perturbateurs augmentent l’infertilité car il faudrait trouver pour cela un échantillon de personnes qui ne soient pas exposées aux perturbateurs endocriniens, ce qui semble impossible de nos jours.

Lire aussi : La pollution due aux particules fines affecte la qualité du sperme

On parle de stérilité, ou plutôt d’infertilité d’un couple en l’absence de grossesse après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (2 à 3 fois par semaine) et sans contraception © STEKLO

Le mode de vie est également un des facteurs qui réduit la fécondité notamment pour les fumeurs de tabac et de cannabis. L’effet nocif du tabac sur la reproduction est connu. La qualité du sperme est moins bonne chez les fumeurs de tabac et encore moins chez les fumeurs de cannabis.

L’alimentation également peut également nuire à la fécondation. Les sucres raffinés notamment ont une incidence sur le taux d’implantation de l’embryon lors d’une fécondation in vitro.

Illustration bannière : L’infertilité touche énormément de couples, même les plus jeunes ! © Syda Productions
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis