L’arsenic dans le riz, un nouveau danger ?

Arsenic, riz et réchauffement climatique : un mélange qui ne fait pas bon ménage et met en péril les millions de personnes dépendantes de cet aliment de base.

Rédigé par Alan Van Brackel, le 15 Nov 2020, à 8 h 00 min
Précédent
Suivant

De l’arsenic dans le riz : un cancérigène bien caché, mais pas que…

Si la présence d’arsenic dans le riz est à présent reconnue, intéressons-nous à l’impact que cela peut avoir pour la santé humaine.

Les consommateurs de riz ont un taux d’arsenic 50 % plus élevé que la moyenne

Une étude menée aux États-Unis en 2009 a démontré que la population d’origine coréenne consommait jusqu’à six fois plus de riz que la moyenne américaine. Elle présentait également un taux d’arsenic trois fois plus élevé que la moyenne.

Une autre étude également américaine a montré en 2011 que les futures mamans consommatrices de riz présentaient un taux d’arsenic 56 % plus élevé que les autres. Le corps des autres femmes contenait également de l’arsenic, présent dans d’autres produits et dans l’eau du robinet, mais à des taux nettement inférieurs : 3,38 µg/L contre 5,27 µg/L.

La différence due à un seul bol de riz par jour semble tout de même significative. Comparé à d’autres aliments, le riz semble avoir tendance à absorber beaucoup plus facilement ce poison qu’est l’arsenic, et au final à en contenir des quantités plus élevées.

Le riz est l’aliment de base de milliards de personnes © kazoka

Les problèmes de santé dus à l’absorption d’arsenic

Au début des années 2010, des études au Bangladesh – où l’arsenic est un problème dans l’eau potable également –  ont montré les conséquences dramatiques de la présence d’arsenic dans le corps à court et à long terme. Les résultats ont révélé que les foetus et les bébés étaient particulièrement touchés : problèmes physiques, affaiblissement du système immunitaire.

L’arsenic aurait également déclenché des cancers chez de jeunes adultes. Les populations jeunes seraient de fait particulièrement sensibles à l’exposition à l’arsenic. Pourtant, à l’instar de la FDA en ce moment, les autorités de divers pays rappellent de temps en temps que seule la consommation fréquente de ces produits fait monter le taux d’arsenic.

Une étude britannique plus récente publiée dans la revue Science of the Total Environment, a fait le lien entre une consommation élevée de riz et une mortalité cardiovasculaire accrue(3).

Comment supprimer l’arsenic du riz ?

Le taux d’arsenic présent dans le riz le rend impropre à la consommation en l’état dans de nombreux pays. Évidemment, il n’est pas envisageable de supprimer le riz, aliment de base de milliards d’êtres humains. C’est donc la quantité d’arsenic présent dans la céréale qu’il faut réguler.

Actuellement, le taux d’arsenic surveillé dans le monde concerne essentiellement l’eau potable, pour laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé a fixé un seuil limite de 10 µg/L. Ironiquement, la Chine a déjà instauré un seuil limite d’arsenic dans le riz, mais ce taux n’est pas respecté en Europe et aux États-Unis.

Que faire contre l’arsenic inorganique en attendant ?

À titre individuel, chacun peut utiliser une astuce pour réduire le taux d’arsenic présent naturellement dans le riz. Le meilleur moyen est de le préparer à la manière asiatique en le rinçant plusieurs fois avant cuisson, et le cuire par absorption d’eau.

Les recherches suggèrent que cela supprimerait déjà 30 % de l’arsenic inorganique présent. Il est également conseillé de vérifier le taux d’arsenic présent dans votre eau si vous ne dépendez pas d’un système public.

Comment ne pas mettre l’arsenic au menu ? © komokvm

Comment cuire le riz sans s’empoisonner à l’arsenic ?

Les dernières recherches suggèrent de(4) :

  • porter de l’eau à ébullition (quatre verres d’eau pour chaque verre de riz),
  • ajouter le riz et laisser l’eau sur le feu pendant 5 minutes,
  • jeter l’eau (qui sera déjà chargée d’une grande quantité de l’arsenic contenu dans le riz),
  • ajouter à nouveau de l’eau (deux verres pour chaque verre de riz), recouvrir avec un couvercle
  • poursuivre la cuisson à feu doux jusqu’à ce que l’eau soit absorbée.

Cette façon de cuire le riz est particulièrement conseillé pour les enfants et les femmes enceintes.

Sachez d’ailleurs que si on conseille souvent le riz brun d’un point de vue diététique, il contient encore plus d’arsenic que le blanc.

Article mis à jour et republié

Illustration bannière : On trouve de l’arsenic dans le riz ! – © gotphotos
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Chercheur dans l'âme, partagé entre l'Europe et les Etats-Unis. Parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan...

24 commentaires Donnez votre avis
  1. Un dossier plutôt confus de 2012 republié en nov 2020. Au top de l’actualité et de l’approximation alarmiste, comme d’habitude. heureusement que vous comptez qqs lecteurs attentifs, lucides et informés pour commenter.

  2. Belle désinformation, car évidemment que si la terre dans laquelle sont cultivées TOUTES les céréales contient « naturellement » de l’arsenic et peut être du souffre (régions volcaniques où tout pousse à grande vitesse) TOUTES ces mêmes céréales en contiendront à l’arrivée.
    Après, bien sûr, il y a aussi la « pollution » des produits soi-disant « pythosanitaires » qui s’y ajoute.
    Arsenic et vieilles dentelles, titre d’un célèbre film à l’humour sombre décapant…
    Sinon, j’ai bien aimé tous les posts sans réponses de la part des « tenanciers » de la page ainsi que du rédacteur de l’article concerné, et la personne l’ayant fait remarquer qui s’est vu répondre « les réponses sont dans l’article sinon que voulez vous savoir? »
    Haha 😀 vous avez dit « langue de bois? » dans le style, difficile d’égaler ce record, la barre est très haute mdr 😀

  3. comment se fait il que trois milliards de chinois asiatiques mangent que du riz et n,en meurent pas du tout,il y a moins de cancer que chez nous,et les boudhistes en mangent chaque jour,et ne sont jamais malade,es que par hasard l,info a été pondu car le riz est le moins cher de l,alimentation,traditionnel,pour faire peur au gens,pour qu,ils n,achète plus de riz et mange autre chose plus cher,il n,y a qu,un pas à franchir tout les coups son permis,certains spécialistes disent avec un verre de vin par jour tu vas au cimetière,moi je bois mon litre de rosé tout les jours en mangeant,et mes dix whisky par jour et j,ai 70 ans et je suis en pleine forme et jamais malade donc tout cela est a médité,un spécialiste a dit ceux qui ont le cancer ont pas de chance c,est tout cela n,a rien a voir avec la nourriture et l,alcool.

  4. Ce serait bien qu’on spécifie les marques concernées.

    • Alors que faut il manger les pommes sont cancérigènes tellement elle sont traité,ont nous dit le riz donne le cancer,certains fruits aussi,même les pommes de terre,car elle,sont toute traité,même le pain,c,est remplie de pesticides alors quoi manger je ne sais plus quoi dire,manger que de la viande,ont nous dit tu manges de la viande,le colon,attrape le cancer alors quoi faire quoi manger de bon.

  5. Il est bien regrettable que, une fois rédigé son article, l’auteur ne s’intéresse pas au forum et à répondre aux questions qu’on lui pose.
    Cette remarque est valable pour tous les rédacteurs de ce site.

    • Bonjour,
      nous répondons généralement aux commentaires, à moins que la réponse se trouve dans l’article. Que voulez-vous savoir ?

  6. *=* Le riz est un nom d’une plante?
    *=* Mais c’est embêtant, le riz cultivé dans la terre, la terre contient un tel pourcentage d’arsenic?
    *=* L’arsenic et une matière toxique encombrant!
    *=* Il est bien d’envoyer cette info aux gens!

  7. Qu’est ce l’arsenic inorganique ?
    je suis chimiste et je ne connais pas.
    A quel taux ? Il faut être précis quand même.
    merci d’avance.

    • C’est un composé arsénical. On appelle arsenic organique celui contenu dans les plantes et les animaux, et inorganique l’arsenic combiné avec un ou plusieurs autres éléments tels que l’oxygène, le chlore et le soufre. C’est le cas ici puisque l’arsenic provient de roches.
      Les taux varient selon les emplacements de culture.

  8. Bonjour
    C’est bien inquiétant votre article sur l’arsenic dans le riz mais vous ne nous dites pas pourquoi ils en mettent?

  9. Bonjour
    J’aurais pensé que la cuisson à l’occidentale permettait de se débarrasser d’une autre partie de l’arsenic puisqu’on jette l’eau excédentaire, qui en contient forcément encore…
    Autre chose : quelle serait selon vous la « dose » de riz (brun bio) à consommer pour être dans les clous ?
    Nos marques bio préférées font-elles des analyses ?
    Merci !

    • Bonjour, la cuisson à « l’occidentale » c’est « Créole », donc pas occiddentale pour un vieux sous troué (monnaie déjà ancienne) 😀
      L’autre cuisson étant « pilaf » celle où l’on fait devenir le riz translucide dans un corps gras chaud, avant de rajouter bouillon ou eau au fur à mesure.
      Pour ce qui est des doses, il n’y a pas lieu de s’alarmer puisque ici il est fait mention du « riz Américain » et que l’on parle « d’arsenic inorganique » provenant du sol de culture.
      Dans les régions volcaniques, il peut y avoir de grandes quantités d’arsenic et souffre ainsi que d’autres composants nocifs à certaines concentrations dans le corps humain.
      Ces substances à l’état « naturel » dans le sol, peuvent être draînées dans les plaines par les pluies et les cours d’eau / sources.
      Donc, ce sont TOUTES les céréales qui seront cultivées dans ces sols, qui bien évidemment, se retrouveront surchargées en arsenic et autres substances.
      Pas seulement le riz.
      Après, il est facile de ce focaliser sur une céréale en particulier, ou un pays, pour sous couvert d’informer, casser en partie un marché.
      C’est de bonne guerre, surtout que l’Amérique est un gros « trafiquant » à grande échelle sur un tas de produits, pour tenter de les « améliorer » entre guillemets.
      Et voilà pas très longtemps, ils avaient comme par hasard tenté une « opération amélioration » sur le riz Thaï parfumé, pour en adapter la culture « chez eux ».
      Fort heureusement, la Thaïlande, le pays où l’on se salue le matin en demandant à l’autre si il a déjà mangé son riz, l’a su in-extremis et a fait « bloquer » le brevet Américain! Ouf!
      Nous l’avons échappé belle!
      Mes parents et moi avons failli mourir dans les années soixante, après avoir ingéré des poireaux vinaigrettes achetés directement chez le Paysan.
      Ils avaient été « traités » à l’arsenic, et le brave Paysan nous les avait vendus sans penser qu’aucune goutte d’eau n’était tombée du ciel pour les prélaver avant la vente.
      Le trempage-lavage-cuisson de ma mère n’avait pas suffi à en tomber suffisamment le taux d’arsenic.
      Perso jeune enfant, j’avais paradoxalement été le moins touché, et pourtant j’adorais déjà ce légume et en avait avalé une bonne quantité, mais mes parents, j’ai bien crû qu’ils y passaient tous les deux, à se tordre des douleurs au ventre qu’ils subissaient.
      Cela fait belle lurette que sous nos latitudes l’arsenic pur est interdit à l’épandage en traitement des plantes réservées à l’alimentation, ou alors réduit à de faibles taux de concentration en mélange avec d’autres substances.
      En principe, pour répondre cinq ans après à votre question dont la réponse n’était pas dans l’article ci-dessus,les organismes (par exemple Ecocert) de certification de vos produits « bio » font des analyses des toxiques et pesticides contenus dans les produits qu’ils certifient, et c’est même à « ça » que ça sert, d’ailleurs.
      Donc pour savoir quelles substances sont dépistées et analysées, mieux vaut vous adresser directement à vos organismes de certification, en principe toujours mentionnés sur l’emballage de vos produits.
      Cordialement en espérant que cela serve à d’autres, passant par ici.

  10. Bonjour
    La cuisson à l’occidentale ne permet-elle pas de se débarrasser d’une autre partie de l’arsenic puisqu’on jette l’eau excédentaire, qui en contient forcément…
    Autre chose : quelle serait selon vous la dose de riz (brun bio) à consommer pour être dans les clous ?
    Nos marques bio préférées font-elles des analyses ?
    Merci !

  11. Bonjour
    La cuisson à l’occidentale ne permet-elle pas de se débarrasser d’une autre partie de l’arsenic puisqu’on jette l’eau excédentaire, qui en contient forcément…
    Autre chose : quelle serait selon vous la « dose » de riz (brun bio) à consommer pour être dans les clous ?
    Nos marques bio préférées font-elles des analyses ?
    Merci !

  12. bonjour de l’arsenic dans le riz americain , on n’arréte pas le progrés merdique , les produits contiennent des chose pas trés bonne pour la santé humaine , parlez de l’alimentation francaise de phtalate qui se diffuse a travers l’emballage plastique sur les aliments etc…

  13. On en trouve même dans l’eau du robinet en ce moment.
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/10/15/97001-20121015FILWWW00438-saint-yorre-l-eau-n-est-pas-potable.php
    Il me semble que certaines roches relarguent de l’arsenic.

    A faible dose, il n’a pas de vertu oligoélément ? Ou toxique à toute dilution ?

  14. Sur le site lié à ma ferme de spiruline, je viens de faire un article spiruline-arsenic .. Me serais-je montrée trop optimiste en disant que

    Hors cas particuliers de surexposition, les sources principales d’arsenic sont principalement les produits marins et la viande ‒ lesquelles représentaient par exemple aux États-Unis 79% des apports en arsenic en 1986. Il peut être d’ailleurs assez facile pour un gros mangeur de viande et de poisson d’atteindre les premiers seuils de toxicité chronique de 10 µg/j puisque les viandes issues d’élevages utilisant des anti-parasitaires à l’arsenic utilisés par les éleveurs (Roxarsone…) permettent d’atteindre ces seuils avec des quantités de viande blanche d’entre 115 et 170 grammes. Plus occasionnellement le riz (surtout en Chine populaire) et les champignons peuvent poser problème.

    occasionnellement ? merci de l’info, je vais approfondir la question

    décidément qu’est ce qu’on nous fait manger ! Je ne vais bientôt ne manger plus que de la spiruline de mon « jardin ». Je fais faire des analyses de métaux lourds, moi 🙂

    • Se sont de gros dégeulasses les américains , grace a eux cela remonte au année 1950 ? Ou il fallait reconstruire la france d’aprées guerre, ils nous ont libéré, mais ils nous ont instauré les produits phytosanitaires agrées par les français de l’époque .MOI je dis que sait produit vont nous revenir tout ou tard comme un effet boomerang. Dénoncer , et il faut dénoncer et dénoncer !

  15. quels sont les noms d echantillons analyses

  16. « Le meilleur moyen est de le préparer à la manière asiatique en le rinçant plusieurs fois avant cuisson, et le cuire par absorption d’eau. »

    Le cuire par absorption d’eau ? Comment peut-on le cuire autrement ??

    • La cuisson à l’occidentale se fait comme pour les pâtes, en jetant l’excédent d’eau après la cuisson. La cuisson à l’asiatique se fait en mettant deux volumes d’eau pour un volume de riz et en attendant que le riz ait absorbé toute l’eau.

    • On peut le cuire dans de l’huile d’olive accompagné d’échalotes… ajouter un petit peu d’eau si nécessaire… COUVRIR ! une fois cuit, ajouter du curcuma !!! le riz est parfumé et le curcuma est très bon pour la santé…

    • riz créaole = cuisson par excès d’eau
      riz pilaf = cuisson par absorbtion d’une petite quantité d’eau

      (source paquet uncle ben’s ^^)

Moi aussi je donne mon avis