Etonnant

5 belles traditions de réveillon dans le monde

Des traditions millénaires à d’autres coutumes beaucoup plus récentes et parfois farfelues, chacun exprime sa confiance en l’avenir et tente de commencer la nouvelle année en beauté.

5 belles traditions de réveillon dans le monde

Si le réveillon de la Saint Sylvestre est une coutume désormais installée et bien établie en France, elle est tout aussi répandue et festive dans le monde entier. Que ce soit à Tokyo, Rio, ou Johannesbourg, tout le monde a sa propre manière de fêter le passage vers la nouvelle année, de l’enchanter ou de le rendre mémorable.

Réveillon en Nouvelle Zélande : vacarme général

Fuseau horaire oblige, les Néo-Zélandais sont toujours les premiers à ouvrir les festivités liées au passage vers la nouvelle année. Quelques dizaines d’heures avant nous, aux douze coups de minuit, la tradition invite les Néo-Zélandais à sortir leur plus belles casseroles et à les frapper sans retenue pour un concert aux allures de tintamarre général.

Cette tradition ancienne permet aux Néo-Zélandais d’exprimer leur joie et leur espoir en la nouvelle année. Le concert assourdissant est en général suivi de feux d’artifice pétaradants.

Réveillon en Espagne : 12 grains de raisin

En Espagne, il est de coutume, lorsque les 12 coups de minuit retentissent, de manger, ou d’avaler, un grain de raisin pour chaque coup de minuit. Cette coutume ancestrale espagnole n’a rien de religieux, elle remonte au début du 20ème siècle où des producteurs de raisin réussirent ainsi à écouler un excédent de production en inventant cette tradition.

Depuis, la tradition se perpétue chaque année et elle s’est même étendue à certains pays d’Amérique latine. Attention cependant de ne pas vous étouffer !

Réveillon au Japon : cartes de voeux et grand ménage

Au Japon, depuis la fin du XIXème siècle, la tradition veut que l’on adresse ses voeux par carte postale interposée (dite nengajô) le 1er janvier. La poste met en oeuvre un service efficace pour que la tradition soit bien respectée. On dépose ensuite devant sa porte un kadomatsu, c’est-à-dire une couronne décorative en bambou et pin, pour accueillir les dieux. On accroche ensuite un shimenawa sur sa porte pour protéger l’intérieur des démons.

Il est enfin de coutume, durant les derniers jours de décembre de nettoyer sa maison de fond en comble, une sorte de rite de purification baptisé ôsôji.

Au Quebec : on inverse les rôles pour le réveillon

Autre pays, autre tradition : au Québec, la tradition veut que les hommes s’habillent en femmes et les femmes en hommes le soir du réveillon.

La coutume invite aussi à boire du rhum venu de Terre Neuve, mais on peut aussi vous proposer un « Sour Toe cocktail », littéralement un cocktail aigre à l’orteil. Il s’agit en fait d’une tradition qui remonte aux années 20, on vous apportera alors un cocktail dans lequel flotte un véritable gros orteil et il convient de l’avaler jusqu’à ce que les lèvres touchent l’orteil. C’est une tradition un peu gore mais qui fait beaucoup rire les Québécois.

Au Pérou, on enfile ses gants de boxes pour régler ses comptes

Au Pérou, il est de coutume de régler ses différends avec ses voisins avant la nouvelle année. Pour ce faire, on enfile des gants de boxe dans l’intention d’aller échanger quelques coups bien placés. Mais la tradition veut aussi que le soir du réveillon, chacun porte un vêtement dont la couleur symbolise ce qu’il souhaite pour l’année à venir : le rouge pour l’amour, le jaune pour l’argent, etc.

Enfin, chaque maisonnée confectionne un épouvantail habillé avec de vieux vêtements et à minuit, on l’enflamme avant de s’élancer dans les rues pour y jeter des pétards.

Toutes ces coutumes et rituels de la Saint Sylvestre permettent de mieux comprendre l’intérêt que les sociétés humaines, de manière générale, apportent à ce passage d’une année à l’autre, et tous les espoirs qui les animent pour avancer dans ce monde très incertain.

Illustration bannière : Fête de réveillon – © astarot Shutterstock