Semaine du microcrédit  : une aide alternative à la création d’entreprise

Cette semaine, l’ADIE tente de faire mieux connaître le microcrédit et la création d’entreprise comme solution pour réintégrer le marché de l’emploi.

Semaine du microcrédit  : une aide alternative à la création d'entreprise

Du 1er au 5 février 2016 se tient la 12e édition de la Semaine du Microcrédit, une occasion de lever le voile sur ces héros du quotidien qui décident de (re)lancer leur activité malgré un climat morose. Cette semaine, l’Adie, l’Association pour le droit à l’initiative économique et ses partenaires se mobilisent sur tout le territoire à travers plus de 300 évènements locaux qui rythmeront cette campagne d’information.

Que sont le microcrédit et l’Adie ?

Le microcrédit doit permettre aux personnes n’ayant pas accès au marché du travail et au système bancaire classique, à créer leur entreprise, et donc leur emploi, grâce au un capital de départ et à un accompagnement adapté.

L’Adie, reconnue d’utilité publique, fut fondée en 1989 par Maria Nowak, sur le modèle de la Grameen Bank développée au Bangladesh par Muhammad Yunus (prix Nobel de la paix 2006).

Le microcrédit accompagné

L’Adie pense que la micro-entreprise correspond aux besoins de la nouvelle économie et à l’évolution de notre société, durement frappée par la désindustrialisation, le travail précaire et le chômage. Les incertitudes liées au travail salarié viennent conforter le désir de la population de créer son propre emploi.

Avec 120 antennes et 250 permanences, l’Adie couvre tout le territoire français. Près de 500 salariés sont à l’écoute des créateurs d’entreprises, aidés par près de 1 300 bénévoles disposant de compétences variées (gestion, appui administratif, développement commercial, marketing, insertion bancaire, etc…).

Les missions de l’Adie

L’entrepreneuriat via le microcrédit accompagné, vient de remporter une victoire puisqu’il est désormais pensé au niveau de l’exécutif comme une alternative pour générer de l’activité et créer de l’emploi.
précise Catherine Barbaroux, présidente de l'association Adie

 

Si le gouvernement et les décideurs régionaux légitiment de plus en plus l’action de l’Adie, c’est qu’ils ont compris l’importance de son action pour aller à la rencontre du plus grand nombre de personnes fragilisées professionnellement. Les actions de l’association tendent à :

  • Financer les micro-entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire, et plus particulièrement les demandeurs d’emploi et les allocataires des minima sociaux.
  • Accompagner les micro-entrepreneurs avant, pendant et après la création de leur entreprise pour assurer la pérennité de leur activité.
  • Contributer à l’amélioration de l’environnement institutionnel du microcrédit et de la création d’entreprise.

Les événements de la semaine du microcrédit

L’Adie propose sur tout le territoire :

  • Des ateliers d’information collective destinés soit au grand public, soit  spécifiques aux seniors ou aux jeunes : astuces pour jeunes créateurs, se lancer après 45 ans…
  • Des « cafés créateurs » qui permettent aux porteurs de projets de tous âges et créateurs d’entreprises jeunes et seniors déjà en activité, de se rencontrer, d’échanger et d’apporter leurs témoignages.
  • Des web-conférences chaque jour pour s’informer sur le parcours de la création d’entreprise depuis chez soi.
  • Des journées portes ouvertes dans les antennes de l’Adie, offrant notamment aux créateurs d’entreprises potentiels, la possibilité d’entretiens individuels pour discuter de leur projet, leur proposer des conseils adaptés et répondre à leurs questions.
  • Des marchés de créateurs d’entreprises.

Vous voulez en savoir plus sur l’Adie et le microcrédit ? Vous trouverez plus d’informations sur : http://www.adieconnect.fr/semaine-du-microcredit-de-l-adie