Sécheresse : où sont les restrictions d’eau ?

Rédigé par Jean-Marie, le 25 sept 2012, à 18 h 14 min
Sécheresse : où sont les restrictions d'eau ?

Les sécheresses (et les inondations) ont tendance à se multiplier sur le territoire national. Et en conséquence, les autorités administratives sont fréquemment amenées à annoncer des interdictions de prélèvement d’eau. Des restrictions qui embêtent bien les agriculteurs et pas seulement les vacanciers. Un site permet désormais de savoir si la région où on habite est concernée par les restrictions d’eau ou pas.

La carte des restrictions de prélèvements d’eau

La multiplication des récupérateurs d’eau a une raison : la multiplication des périodes de sécheresse et par conséquence des interdictions départementales de prélever de l’eau dans les nappes phréatiques. Le site est publié par le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, l’outil Propluvia permet de connaître en temps réel la situation sur l’état de sécheresse concernant précisément chaque département.

La liste des départements soumis à des arrêtés de restriction d’eau est facile à lire d’un coup d’oeil grâce à la carte du site Propulvia :

La carte telle qu’on pouvait la voir le 24 septembre

Pour faire face à la sécheresse, les préfets sont amenés à prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de restriction de l’eau.

Vigilance : Information et incitation des particuliers et des professionnels à faire des économies d’eau
Alerte  : Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50 % (ou interdiction jusqu’à 3 jours par semaine), mesures d’interdiction de manœuvre de vanne, d’activité nautique, interdiction à certaines heures d’arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver sa voiture, …
Alerte renforcée : Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50 % (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l’arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, …, jusqu’à l’interdiction de certains prélèvements
Crise  : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)

4 niveaux de restriction d’eau

La carte des arrêtés préfectoraux présente 4 niveaux de restriction :

  1. vigilance,
  2. alerte,
  3. alerte renforcée
  4. crise. Sur la carte, le niveau de restriction indiqué pour un département correspond au niveau le plus élevé recensé dans ce département.

*

Je réagis

Planetoscope : toutes les statistiques sur la consommation d’eau ou sur l’eau dans le monde

Pour en savoir plus : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Plutôt surprenante cette carte !
    “Crise : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles.” pour le département 31, mais à Toulouse les agricultures arrosent à tout va !
    Si vous vous baladez le long de la Garonne, vous ne pouvez pas manquer les pompes de prélèvements !
    Ou il y a un problème surf la carte (ce que je ne crois pas, cf. commentaire de Cocault 100% d’accord) ou les restrictions ne sont pas appliquées.
    Mais à qui la faute ? L’information est-elle donnée ? Y-a-t-il des sanctions si non appliqué ?
    En gros, encore beaucoup de boulot de ce côté là aussi !

  2. Je suis dans le nord du Loiret, limite Seine et Marne, ici, nous n’avons plus d’eau dans les puits depuis belle lurette, les agriculteurs pompent dans les nappes phréatiques à toutes heures du jour et de la nuit pour des arrosages intensifs , sachant qu’une grande quantité s’évaporent avant d’arriver au sol (surtout en plein pleine été sous soleil)….je ne comprends pas ce qu’on attend….

  3. Chez moi les agriculteurs arrosent toute la journée à grand renfort de rampes immenses et en depit du fait que cela emmène le top sol, que cela ravine le terrain, en particulier si il est en pente et surtout sans haies ni arbres pour retenir l’eau surt le terrain. De plus, petite, on me disait toujours qu’il ne fallait pas arroser le fauillage en plein soleil car les gouttes d’eau faisaient loupe et brulaient celui-ci. Je tiens à dire que nos agriculteurs ne font qu’appliqu”z ce qu’ils apprennent dans leurs ecoles et que ce que les groupes petro chimiques leur imposent sinon pas de pret possible etc. encore une fois, gestion à court terme au detriment d’une vie future, encore une fois, l’argent passe avant nos enfants, merci

  4. Le problème avec les agriculteurs irrigants, particulièrement les céréaliers, est que leur seule parade est l’édification de “bassines” qu’ils remplissent en principe l’hiver. Mais beaucoup le font à partir des nappes phréatiques… Résultat, après les périodes d’étiage des cours d’eau et les très bas niveaux de ces nappes, nous assistons maintenant à un débit très réduit des nappes pendant l’hiver également ce qui hypotèque les migrations de plusieurs espèces de poissons dans nos rivières et ruisseaux… De la sorte, il n’y a plus de recharge des nappes phréatiques qui s’appauvrissent un peu plus chaque année. Ne peut-on pas raisonner avec un peu d’intelligence en demandant le subventionnement des céréales non irrigués plutôt que de voir la situation actuelle qui pousse à plus d’investissements pour une production plus grande… et des supers bénéfices ou de la spéculation pour faire monter artificiellement les cours !

    • vous qui avez la chance de pouvoir raisonner avec intelligence, pouvez-vous nous dire qu’elle est la part de votre nourriture qui provient de cultures irriguées ? Et, dans le même sens, nous dire ce qui se passerait sans cultures irriguées. j’espère que vous intégrerez les fruits, légumes et que votre raisonnement sera à l’échelle de la planete. La France étant un des pays où l’on irrigue le moins (à ma connaissance). amicalement.

  5. On voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier. Ce qui montre bien que les économies d’eau doivent se faire au quotidien par chacun d’entre nous ! pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d’eau et préconise la pose de matériel d’économie d’eau sur les robinets et WC.
    L’étude montre qu’une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d’eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d’économie d’eau par an, tout en gardant le même confort.
    Il est indiqué que ces matériels d’économie d’eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d’eau (30% d’économie pour l’eau et 15% supplémentaire sur l’énergie).
    plus d’infos sur activeau.fr/economiseur_eau_douche_reduction_facture.htm

  6. au lieu de nous pomper l’air avec des infos sans importance, les médias feraient bien de nous parler des “vrais” problèmes; je savais que nous étions en pénurie d’eau, j’ai un jardin potager et un pluviomètre sur lequel je relève les précipitations journalières et, à Toulouse, c’est catastrophique (10mm par exemple en septembre, 319mm depuis le début de l’année, c’est à dire 319 l/m2….)mais personne n’en parle, j’ignorai même qu’on était en situation d’interdiction d’arrosage ! heureusement que CONSOGLOBE est là pour palier la carence des médias !!!

Moi aussi je donne mon avis