Le refus des OGM, un caprice de riches ?

Le refus des OGM, un caprice de riches ?

Les OGM progressent au niveau mondial

Bien que l’Europe résiste fortement à l’introduction d’OGM dans ses cultures, au niveau mondial les cultures OGM progressent fortement.

Comme le souligne Joachim Von Braun, Directeur du International Food Policy Research, un organisme qui a toujours été très prudent au sujet des OGM, pour nourrir la planète “nous devons utiliser tous les instruments à disposition, qu’il s’agisse de technologie évoluée, de biotech, de nanotechnologie ou tout simplement de la bonne vieille agriculture“.

Les pays en développement ont besoin des OGM

Sans oublier les inconvénients de la première vague des OGM, des peurs suscitées par la Frankenfood, les maïs résistants aux herbicides et les pratiques de Monsanto, on doit constater que les nouveaux organismes OGM mis sur le marché répondent aux besoins des pays pauvres.

Ces pays recourent à la manipulation génétique pour doper leur production agricole et protéger leurs récoltes des nuisibles, du changement climatique et des agents pathogènes. Ces nouvelles récoltes sont plus résistantes, plus saines et plus stables, comme par exemple :

  • Des pommes de terres sud-africaines qui repoussent les papillons,
  • La laitue brésilienne qui contient plus de d’acide folique, une source naturelle de vitamine B propice au développement neurologique des bébés,
  • Le riz chinois qui supporte la sécheresse et les inondations, etc.
  • L’Inde utilise les biotechs pour améliorer les bananes, les choux-fleurs ; le maïs doux, l’okra, …
  • L’institut agronomique brésilien Embrapa met au point des haricots noirs capables de déjouer le virus mosaique qui endommage jusqu’à 90 % des récoltes.
  • La Malaisie fortifie les papayes contre le virus “ringspot” (PRSV), transmis par des insectes. Indéniablement un changement d’attitude se voit dans le monde entier malgré les dérives passées.

culture riz - OGM - consoGlobe

Dans les pays en développement 13 millions de fermiers plantent des OGM sur un total de 125 millions d’hectares, soit le triple de la surface OGM de l’an 2000. 20 des 25 pays qui cultivent des plants OGM sont des pays émergents.

Les gouverments de l’Inde, du Brésil des Philippines subventionnent la “révolution des gênes”.

  • L’Afrique du Sud est en 2009 le 8ème producteur mondial de semences OGM ;
  • L’Inde est le 4ème producteur de coton OGM ,
  • La Chine est le 1er investisseur dans l’agriculture OGM après les Etats-Unis.