Polluants de l’air : l’étiquetage des produits devient obligatoire

La pollution intérieure ayant des conséquences sur la santé, le gouvernement impose l’étiquetage des produits de construction et de déco dès le 1er janvier 2012

Polluants de l'air : l'étiquetage des produits devient obligatoire

C’est aujourd’hui de notoriété publique : l’air intérieur (maison, bureau) est plus vicié que celui que nous respirons au-dehors. La cause ? Les quantités astronomiques de polluants provenant de diverses sources comme les produits d’entretien, les acariens, la fumée de tabac, les animaux de compagnie… sans oublier les matériaux de construction et de décoration. Alors comment diminuer la quantité de ces polluants chez soi ? Une réponse émanant du Ministère de l’Ecologie : en informer le consommateur pour qu’il choisisse des produits plus sains.

Janvier 2012 : l’étiquetage des produits de construction et de déco obligatoire

En 2006 déjà, l’OQAI (l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur) publiait les résultats d’une étude démontrant que l’air intérieur était 8 fois plus pollué que l’air extérieur. La faute aux COV, formaldéhydes et autres phtalates qui sont présents en quantité dans nos atmosphères intérieurs, qu’il s’agisse de la maison ou du bureau.

  • Pour en savoir plus, téléchargez la fiche sur les polluants de l’air intérieur !

Accéder à la fiche pratique : Téléchargez la fiche polluants de l'air

Et comme nous passons plus de 85 % de notre temps enfermés, nous sommes donc exposés à des sources de pollution en quasi permanence.

Pour protéger le consommateur et l’informer des produits particulièrement émetteurs de ces pollutions, la loi Grenelle 1 impose aux fabricants de nouveaux matériaux de construction, de revêtements de mur et de sol, de peintures et de vernis, un étiquetage portant à la connaissance du consommateur le niveau d’émission dudit produit, à compter du 1er janvier 2012. Pour les produits commercialisés avant le 1er janvier 2012, l’obligation d’étiquetage est reportée au 1er septembre 2013.

La règlementation concerne aussi les produits permettant la pose ou la mise en oeuvre de ces produits : les isolants, les colles et les adhésifs par exemple devront eux aussi être étiquetés.

Le taux d’émissivité sera classé en catégories, sur le principe de classes, comme pour l’électroménager.
On retrouvera 4 classes, allant de A+ pour un niveau d’émission peu élevé à C, pour un niveau d’émission très élevé.

 

*

Je réagis

 

Sur le thème de la pollution de l’air :