Les Placements “éthiques” voient l’avenir en vert

Malgré le boom des valeurs vertes, il n’y a pas à craindre une surchauffe ou une “bulle” financière verte : ce type de valeurs financières est à la hausse pour longtemps. Le déclic s’est produit en 2005 quand quelques introductions en bourse de sociétés dédiées aux énergies propres ont fait rêver par leur succès. Comme le souligne le magazine Enjeux-Les Echos : “Dans le solaire, la valorisation des introductions atteint 2 milliards de dollars par trimestre. Dans le web2.0, la seule sortie excitante a été celle de YouTube racheté par Google 1,6 milliards”. Ce qu’on appelle les “cleantechs” se multiplient et vos opportunités d’y faire fructifier vos économies aussi.


C’est que les besoins en énergie sont loin d’avoir fini de grandir, de même que les règlementations anti-pollution qui ont tendance à se durcir partout. Si l’on regarde du côté de la Californie, depuis le film d’Al Gore et la politique pro-environnement du gouverneur Schwartzneger, les Californiens sont de plus en plus attentifs à leurs actions personnelles. Les réunions organisées à Hollywood cherchent à être neutre en C02 : papier recyclé, voitures hybrides, plateaux repas bio, etc. Green is great

Tant que la croissance de ces entreprises restent de 40 ou 50 % par an, les analystes pensent que l’on peut payer ces actions 30 à 40 fois leur résultat annuel. Par ailleurs, on peut parier sur une croissance durable car les Etats, du fait des contraintes imposées par le protocole de Kyoto, vont devoir augmenter leurs dépenses en énergies renouvelables. Sans parler des particuliers de plus en plus enclins à acheter des produits éthiques ou environnementaux.



Quelles sont les placements verts disponibles ?

Tout d’abord il faut distinguer les fonds de partage des fonds éthiques :

Les fonds de partage : ce sont des placements, des OPCVM, dont la caractéristique est que leurs revenus ne sont pas versés à l’investisseur qui volontairement préfère les verser à des associations humanitaires ou caritatives ; ce qui lui permet de bénéficier, en retour, d’une économie d’impôt.

  • Les fonds éthiques  : ils sont composés de valeurs émises par des entreprises qui, certes ont des bonnes performances financières, mais qui s’engagent surtout à développer une politique respectueuse de l’environnement, d’éthique sociale ou d’autres critères éthiques.
  • Les fonds d’investissement socialement responsable, ISR  : ce type de placement répondent essentiellement à des critères sociaux, éthiques et environnementaux bien plus que strictement financiers.


    Secteur de l’énergie : le secteur des énergies de substitution aux énergies fossiles devrait être mulitplié par 10 en dix ans et l’Europe vise une part de 21 % d’énergie renouvelable dans sa production électrique en 2010. Bref, ce secteur explose, et les cours de bourse avec.

  • L’action EDF-EN (Energies Nouvelles) (FRR001040043) : présente en Europe et USA, leader mondial de son secteur, l’énergie éolienne. EDF-EN bénéficie du fait que EDF est obligée de lui racheter l’électricité produite par ses éoliennes 8,5 centimes, soit le prix auquel EDF la vend aux particuliers. (Cours fin 06 : environ 39 euros et 43 euros fin mars 07
  • Le fonds Royale CO2 de Prigest (FR0010320028) : spécialisé dans la réduction du CO2 par les énergies propres telles que l’éolien, l’éthanol, le solaire. (Cours fin 06 : env. 164 €)
  • L’action Séchilienne (FR0000060402) : ce constructeur de centrales à biomasse a vu sa valeur multiplié par 6 en 3 ans. (Cours fin 06 : env. 41 €)
  • Le fonds Performance Environnement de la Financière de Champlain (FR0010086520) : fonds à vocation généraliste qui investit dans les énergies renouvelables, dans le traitement de l’eau ou le recyclage des déchets. A progressé de 120 % entre août 2004 et fin 06. (Cours fin 06 : env. 229€)
  • Solarworld (DE0005108401) et Conergy sont deux valeurs allemandes souvent citées pour leur potentiel.
  • Autres fonds ou valeurs à surveiller cette année : Enertech, Vergnet (un fabricant d’éoliennes), Photowatt (un producteur de cellules photovoltaïques issu de Philips RTC et revendu au Canadien ATS).
  • Repower Systems, coté à Francfort, valait un peu plus de 40 euros fin septembre 2006 et a dépassé 150 euros fin mars 07. Theolia , exploitant éolien, coté à Paris, valait un peu plus de 11 euros début octobre 2006 et cotait plus de 28 euros fin mars 2007
  • Vetas Wind Systems , coté à Francfort, cotait 142 euros début octobre 2006 et valait 307 euros le 26 mars 2007.




    Secteur du recyclage

  • L’action Veolia Environnement (FR0000124142) : le leader mondial des services environnementaux réalise 60 % de son activité dans les métiers de l’eau et de la propreté. Son activité est poussée par la hausse lourde des dépenses annuelles allouées à la gestion des déchets. (Cours fin 06 : env. 53 €)
  • L’action Aurea (FR0000039232) : ce groupe est spécialisé dans le recyclage industriel (pneus usagés, …) dont il est un des acteurs phares et croit notamment par croissance externe. (Cours fin 06 : env. 13 €)
  • L’action Pizzorno Environnement (FR0010214064) : cette entreprise est spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets. (Cours fin 06 : env. 40 €)
  • Le fonds Pictet Funds Water (0104884860) : ce fonds franco-suisse investit dans le domaine de l’eau, dans des sociétés comme Veolia, ou encore les technologies du transport ou des services aux collectivités. (Cours fin 06 : env. 150 €)
  • A surveiller cette année : la société Paprec



    Secteur Matières Premières

  • L’action CFF Recycling (-FR0000039059) : spécialisée dans le recyclage des métaux CFF, dont le CA a augmenté de 60 % en 2006, est une valeur qui permet de miser sur la hausse du cours des métaux. (Cours fin 06 : env. 31 €)
  • Le fonds Prim’Univert de Prim Alternative (FR10284224) : ce fonds vends des parts de 10 000 euros minimum injvesties dans les marchés à terme de matières premières, notamment celles qui servent à produire des biocarburants (maïs, sucre, colza, blé, …). Il vise à profiter du boum attendu de l’éthanol.. (Cours fin 06 : env. 1059 €)
  • L’action Chargeurs (FR000130692) : le groupe lainier et textile profite de la hausse du prix de la laine sur lequel repose un tiers de son chiffre d’affaires.(Cours fin 06 : env. 21 €)
  • Le tracker Lyxor ETF Commodities CRB Non energy de Lyxor AM (FR010346025) : créé en 2006, il investit dans une quinzaine de matières premières – hors secteur énergie – comme les produits agricoles, les métaux, maïs, soja, aluminium, … (Cours fin 06 : env. 16,5 €)




    Les certificats et « Trackers »  : ce sont des outils qui permettent d’investir dans un panier de valeurs du secteur des valeurs durables – plutôt que sur un seul titre en particulier – et en une seule fois. Ils permettent ensuite de suivre en temps réel l’évolution de son cours. A la différence des fonds d’investissement classiques (sicav ou fonds commun de placement), ils sont côtés en bourse et peuvent donc être vendus ou achetés facilement et en temps réel. Les frais de gestion, environ 1 %, sont souvent inférieurs à ceux des fonds classiques.




    > Les trackers sont éligibles au PEA car ils sont juridiquement comme des fonds d’investissement. Leur durée de vie est illimitée.

  • Le tracker Easy ETF ASPI Eurozone de Easy ETF chez BNP-Paribas investit dans 120 sociétés connues pour leur implication dans le développement durable.
  • Le tracker Stoxx Sustainability de TrackinDex Fund chez Dexia asset management investit dans une centaine de société de l’indice Stoxx 600




    > Les certificats sont des « titres de créance » ce qui est moins sécurisant pour l’investisseur mais moins contraignant pour celui qui les émet. Leur durée de vie est limitée.

  • Le certificat 100 % Solex de la Société Générale investit dans 10 valeurs du secteur énergie solaire
  • Le certificat 100 % Biox de la Société Générale est investi dans 9 valeurs bio-énergie
  • Le certificat 100 % Performance ISR de la SG. Investit dans 40 valeur connue pour leur politique ISR
  • Le certificat 100 % Energie propre de BNP-Paribas est investi dans 9 titres « énergie propres »
  • Le certificat 100 % Eau de BNP-Paribas est investi dans 10 titres dont une grande part de producteurs de « soft drinks »
  • Le certificat Open End Energie solarie d’ABN Amro investit dans une dizaine de titres énergies renouvelables
  • Le certificat Meryll Linch énergies renouvelables investit à moitié dans des valeurs liées à l’énergie éolienne et pour le reste dans l’énergie solaire et les nouveaux carburants